Canon G1X Mark II test review conclusion

Après 15 jours passés en compagnie du G1X Mark II de Canon, il est temps de rendre notre verdict. Sur le papier, le compact expert de Canon a de nombreux atouts pour séduire les photographes exigeants. Sur le terrain, différents détails viennent ternir un tableau presque idyllique.

Le premier point est le poids de l'appareil : il est lourd. Si cela rassure sur la solidité du boîtier, autour du coup ou dans une - grande - poche, le G1X Mark II pèse et pèse trop au bout d'une journée. La finition est de qualité - mais pas étudiée pour résister aux intempéries - et la petite poignée permet une bonne préhension et l'interface du compact s'avère hautement personnalisable : bagues autour de l'objectif, touche S. On est encore loin de la richesse d'un Ricoh GR par exemple, mais le G1X Mark II sait s'adapter aux desiderata des photographes. Nous nous étonnons que Canon n'ait pas repris les menus des reflex sur son compact afin de créer une passerelle plus naturelle entre les deux gammes. Les options du G1X Mark II sont moins nombreuses, mais l'essentiel est là. L'écran LCD est de qualité et le tactile est plutôt bien implanté. Vous pouvez facilement choisir la zone de mise au point au doigt. Dommage que cette option soit désactivée lorsque vous utilisez le viseur électronique, il aurait très pratique de suivre un sujet avec le pouce tout en cadrant dans le viseur. L'écran s'oriente vers le haut et le bas. Il est donc un peu plus limité que sur les précédents modèles à écran orientables. Le Wi-Fi est bien implémenté et facile à mettre en œuvre grâce à la puce Wi-Fi (il faut toutefois un smartphone compatible). Vous pouvez piloter le compact à partir de votre smartphone avec un retour vidéo, mais les options sont assez réduites. L'utilisation des services Web (Facebook, YouTube...) nécessite le passage par Image Gateway et n'est pas des plus intuitive.

Le G1X Mark II dispose d'un autofocus plutôt réactif - il patine un peu dans le noir - et le boîtier s'avère agréable à utiliser avec une latence au déclenchement quasi nulle. Seul le temps de mise sous tension vient pénaliser le boîtier. Le mode rafale est honorable pour un compact de ce calibre : 3 ips avec le suivi autofocus et pratiquement 6 ips en mode classique. Le mode vidéo est malheureusement trop classique avec certes du HTDV 1080 à 30 images pleines. Les options sont limitées et il n'est pas possible de réaliser une mise au point manuelle pendant l'enregistrement ou de brancher un micro / casque pour s'assurer de la qualité du son enregistré.

Côté capteur, le G1X Mark II se défend bien avec un grand modèle proposant une excellente gestion du bruit électronique jusqu'à 1600 ISO et capable d'être "poussé" jusqu'à 3200 ISO. Avec une optique ouverte à f/2 au grand-angle, le compact sera à l'aise dans les ambiances feutrées. L'optique prometteuse sur le papier déçoit un peu : les images sont au final peu piquées et il faut (trop) fermer le diaphragme pour gagner en homogénéité. En outre, l'ouverture glissante glisse très (trop) rapidement. La stabilisation optique est remarquable d'efficacité et permet de gagner jusqu'à 3 IL. Une belle performance.

Points forts

Points faibles

Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 1600 ISO

Ouverture glissante de l'optique trop glissante

Ouverture f/2 au grand-angle

Performances optiques décevantes

Mode macro intéressant (mise au point à 5 cm au grand-angle)

Boîtier lourd et viseur électronique en option

Excellente stabilisation optique

Mode vidéo anecdotique : pas de mise au point manuelle, pas de modifications possibles pendant l'enregistrement, pas de photo, pas de mode PAL, pas de prise micro ou casque

Ecran LCD de qualité monté sur double charnière pour l'inclinaison

Obturateur limité au 1/4000 s

Mode Creatice Shot intéressant

En mode A l'obturateur ne descend pas au-dessous de 1 seconde

Filtre ND physique de -2 IL

Pas de finition contre les intempéries, pas de connexion USB 3, pas de GPS

Ecran tactile et interface réussis

Pas de mode panoramique par balayage

Autofocus rapide en pleine lumière

Pas d'intervallometre (timelapse)

Rafale à plus de 5 ips sans suivi autofocus et en JPEG

Rendu macro à pleine ouverture décevant

Connexion Wi-Fi avec NFC facile à mettre en oeuvre

Rafale à seulement 1,5 ips en RAW (5 en JPEG)

Interface personnalisable

Configuration des services Web peu intuitive

Belle finition du boîtier

Pas de mode panoramique par balayage

Zoom optique 24-120 mm polyvalent

Autonomie de la batterie un peu juste notamment avec le Wi-Fi

 

Pilotage distant par Wi-Fi très restreint

 

Format des fichiers bruts (RAW) propriétaire (CR2)

Face à la concurrence

Les compacts à gros capteur et zoom sont plutôt rares (nous avons écarté le Leica X-Vario) et nous avons dû sélectionner des concurrents à petits capteurs, mais disposants de zooms optiques.

Sony RX10
Sony RX10. Dévoilé à la rentrée 2013, le "gros zoom" de Sony équipé d'un capteur 1" nous fait forte impression lors de notre test. Malgré un capteur plus petit, le RX10 propose une plus grande définition (20 Mpx) et un zoom plus important 24-200 mm et surtout une ouverture constante à f/2,8. Certes, le G1X Mark II ouvre à f/2, mais le zoom est à ouverture glissante et termine sa course à f/3,9 et s'avère moins précis que le Sony. Le compact Canon se montre un peu meilleur pour la gestion du bruit électronique, mais les différences sont ténues. En vidéo, le RX10 offre un panel d'options largement supérieur au compact Canon. Si la vidéo vous intéresse, le modèle Sony, qui dispose d'un viseur intégré, est incontournable. Seule l'absence d'un écran tactile - présent sur le G1X Mark II - pénalise vraiment ce boîtier.

Fujifilm X20 test review
Fujifilm X20. Testé au début de l'année 2013, le compact expert de Fujifilm nous avait séduits par sa petite taille, son zoom optique manuel, son viseur optique et la qualité de ses images. Un an après, le X20 a logiquement pris un petit coup de vieux, mais il reste vaillant notamment avec un autofocus par corrélation de phase intéressant, une mise au point macro à 1 cm, la possibilité de brancher un micro ou le zoom manuel encore unique dans cette catégorie. Le G1X Mark II doté d'un capteur 1,5" surclasse aisément le Fujifilm en gestion du bruit électronique et permet de créer de beaux arrières plans cotonneux. Le G1X Mark II dispose d'un écran orientable et tactile fortement apprécié. La personnalisation est également mieux pensée sur le modèle Canon qui dispose d'un grand-angle plus large (24 contre 28 mm). Le X20 est toutefois plus lumineux à fond de télé (f/2,8 contre f/3,9).

Sony RX100 Mark II test review
Sony RX100 Mark II. Le petit compact de Sony embarque le même capteur 1" de 20 Mpx présent également dans le RX10. Le RX100 Mark II est plus un compact haut de gamme qu'un modèle expert qui dispose de nombreux raccourcis (correcteur d'exposition, molettes de réglages...). Le RX100 Mark II se démarque du G1X Mark II par sa compacité et son poids : il tiendrait presque dans une poche. Revers de la médaille, le capteur est plus petit que celui du G1X Mark II et le zoom moins polyvalent et par certains côtés moins lumineux (28-100 mm f/1,8 - 4,9 contre 24-120 mm f/2 - 3,9). Si l'écran du Sony est inclinable, il n'est pas tactile contrairement à celui du compact Canon. Le RX100 Mark II est réactif et dispose de fonctionnalités intéressantes comme le mode panoramique par balayage ou un mode vidéo assez complet. Avec un plus grand capteur, le G1X Mark II prend le dessus au niveau de la gestion du bruit électronique et la gestion de la profondeur de champ.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation