Sony RX01 test review avis recommandé

Allons-y sans ambages : le Sony RX10 est une petite bombe ! Dans la catégorie des bridges, il est ce qui se fait de mieux actuellement. Pour les plus anciens d'entre nous, il est le digne héritier des F707 et R1.

Le RX10 est une excellente synthèse du savoir-faire de la marque en photo. Si la poignée est un peu courte, le bridge tient toutefois bien en main et s'avère finalement bien équilibré, malgré son beau zoom optique 24-200 mm f/2,8 stabilisé. Un zoom de belle qualité, qu'il est tout simplement impossible de trouver aujourd'hui sur un modèle à objectif interchangeable. Le boîtier offre suffisamment de raccourcis personnalisables pour séduire à la fois le photographe novice et l'expert. On pourra toujours déplorer l'absence de molette de réglage à l'avant, mais la bague de diaphragme sur l'optique tient parfaitement ce rôle.

L'écran LCD n'est pas tactile (pourquoi ?!?), mais orientable et d'assez bonne qualité. La visée est confiée à un afficheur Oled affichant 1 440 000 points. Ce dernier est large, mais sa définition est tout juste suffisante et la trame, visible. Pour ce prix, le modèle à 2 360 000 points aurait été appréciable. Mais l'afficheur reste toutefois assez fluide, même en basse lumière.

Le zoom optique est d'excellente facture et offre un bon piqué dès la pleine ouverture (f/2,8) sur pratiquement toute la plage focale. Le système de stabilisation est également très bon et permet de gagner facilement 2 à 3 IL, voire plus dans certaines conditions. La bague de diaphragme est, à la demande, crantée (photo) ou fluide (vidéo). Nous regrettons toutefois que le zoom ne soit pas mécanique, la commande électrique étant toujours peu précise et peu rapide : impossible de réaliser un effet de zooming avec une pose lente par exemple.

Le capteur 1" de 20 Mpx est également l'un des points forts du RX10. Il offre une grande définition qui permet de recadrer facilement dans les images. En outre, et malgré cette belle définition, la gestion du bruit électronique sur ce capteur CMOS BSI est remarquable jusqu'à 1 600 ISO avec l'aide du processeur de traitement des données Bionz X. Ce dernier autorise également une rafale à 10 ips (sans autofocus), permettant de réaliser des images panoramiques à main levée par simple balayage. Toutefois, en mode autofocus continu, la cadence baisse nettement. Avec une rafale à moins de 2 ips, le RX10 ne sera pas vraiment à l'aise pour de la photo d'action.

La vidéo n'est pas oubliée, bien au contraire. Là encore le couple capteur-processeur délivre une belle qualité d'image avec peu de moirage et d'aliasing. Le RX10 est équipé d'une entrée micro et d'une sortie casque pour le contrôle du son, et vous pouvez connecter un bloc XLR pour une connexion plus sécurisée. Le boîtier dispose d'assistants bien pratiques comme les zébras d'exposition et le focus peaking pour la mise mise au point manuelle. En outre, la sortie HDMI non compressée pourra être reliée à un enregistreur externe. Un filtre ND de -2 IL est également présent.

Au niveau des connexions, le RX10 propose le pilotage distant sans fil à partir d'un terminal Wi-Fi avec une configuration facilitée à l'aide d'une puce NFC.

Le RX10 de Sony obtient donc aisément un recommandé.

Points forts

Points faibles

Déclenchement totalement silencieux

Temps de mise sous tension trop long

Bague de diaphragme crantée / silencieuse pour la vidéo

Viseur électronique Oled à 1 440 000 points seulement (d'autres modèles sont meilleurs)

Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 1600 ISO

Pas d'écran tactile

Bonne dynamique de fichiers bruts

Effet de la diffraction visible à partir de f/8

Zoom 24-200 mm f/2,8 d'excellente facture. Stabilisation optique performante. Mode macro 3 cm.

Pas de zoom mécanique (le zoom électrique est parfois peu précis, mais bien pour la fluidité en vidéo)

Écran de qualité et inclinable. Viseur électronique relativement confortable.

Molette arrière de réglage petite et peu pratique à utiliser

Mode vidéo complet et de qualité. Sortie HDMI non compressée.

Poignée un peu petite pour une bonne préhension

Entrée micro stéréo et sortie casque

Pas de chargeur fourni en standard

Connexion griffe accessoire multiformat pour flash, micro XLR, torche...

Pas de connexion USB 3.0

Chargement par micro USB

Pas de GPS intégré

Mode panoramique par balayage

Impossible de zoomer avec le déclencheur à mi-course

Nombreuses commandes personnalisables

Une seule vitesse pour le zoom électrique

Compact et assez léger pour 24-200 mm f/2,8 stabilisé

Rafale avec suivi autofocus insuffisante pour de la photo sportive

Écran LCD de rappel rétroéclairable

 

Connexion Wi-Fi pour un pilotage à distance sans fil et transfert vers Internet et NFC pour la configuration

 

Beaucoup d'informations affichables : niveau électronique sur 2 axes, zébra, focus peaking, vumètre audio...

 

Face à la concurrence

Panasonic FZ200
Panasonic FZ200. Le bridge de Panasonic dispose également d'un zoom optique f/2,8 constant. Avec une plage focale 25-600 mm (macro 1 cm), ce dernier est même plus polyvalent que le "simple" 24-200 mm du RX10. Mais pour obtenir cette plage focale équivalente en 24x36, le FZ200 utilise un capteur 1/2,3" à la fois bien plus petit et moins pixelisé que le CMOS BSI 1" (13 x 8,8 mm) 20 Mpx. Long zoom ou grand capteur, il faudra donc trancher. L'écran du FZ200 est également orientable, mais comme sur le RX10, il n'est pas tactile. Sur les autres aspects techniques, le Sony RX10 l'emporte : viseur électronique plus large, connexion Wi-Fi, personnalisation de l'interface, gestion du bruit électronique, mode vidéo...

Canon G1X Mark II
Canon G1X Mark II. Impossible d'évoquer le RX10 sans penser à Canon et au G1X Mark II récemment présenté. En l'absence de viseur électronique "par défaut", le G1X n'est pas véritablement un bridge, mais ce compact dispose d'un grand capteur 1,5" et d'une optique 24-120 mm f/2-3,9 assez intéressante. Nous ne l'avons pas encore testé (son arrivée à la rédaction est imminente...), mais nous pouvons d'ores et déjà comparer les fiches techniques. Le capteur du Canon est à la fois plus grand (1,5") et moins défini : 14 contre 20 Mpx. Les deux boîtiers peuvent grimper jusqu'à 12 800 ISO. Côté optique, le RX10 l'emporte avec un zoom plus long et plus lumineux. Le viseur électronique du Canon G1X Mark II est optionnel (999 € en kit), mais de meilleure qualité (2 360 000 points). Côté vidéo, le RX10 semble plus complet avec de nombreuses options et un attirail pour l'audio mieux pensé.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation