La prise en main de ce nouvel objectif est excellente. Pour commencer, il est sobre et beau. Le design reprend clairement les codes établis sur les objectifs Leica : un corps en métal noir mat, une police orange pour la référence de la focale (même police au passage), une police blanche pour les diaphragmes, un point rouge de repère pour le montage, des bagues de contrôle rainurées...

Panasonic Leica DG Nocticron 42,5 mm f/1,2 ASPH

Bref, ce nouveau 42,5 mm dispose de tout cela, mais attention, il ne s'agit pas ici d'un objectif Leica. À caractéristiques équivalentes, un objectif allemand pèserait deux fois de la version japonaise (425 g tout de même). La qualité des matériaux, bien qu'élevée sur cet objectif, serait encore supérieure, la fluidité des bagues serait différente, etc. Notons que Panasonic a essayé au maximum de cacher sa présence sur ce produit. On retrouve un petit Lumix sur le côté, un très discret Panasonic en dessous de l'objectif avec le numéro de série et les logos d'usages. Même sur la lentille frontale ne figure pas de référence à la firme japonaise.

Panasonic Leica DG Nocticron 42,5 mm f/1,2 ASPH

Quoi qu'il en soit, cet objectif fait de l'effet : il est élégant, construit avec des matériaux de qualité en métal et dispose de finitions tout à fait correctes. Monté sur un Lumix GX7, l'ensemble est assez bien équilibré en main. Les doigts viennent naturellement se positionner sur la bague de mise au point et sur la bague de diaphragme.

Panasonic Leica DG Nocticron 42,5 mm f/1,2 ASPH

Notons que cet objectif dispose d'un système autofocus rapide, précis, mais un peu bruyant. On sent beaucoup les déplacements de lentilles. La bague de mise au point manuelle est assez confortable à utiliser. Elle est peut-être un peu trop souple. Malheureusement elle ne dispose pas de butée pour la MAP minimale et l'infini.

Panasonic Leica DG Nocticron 42,5 mm f/1,2 ASPH

La bague de diaphragme est un réel plus qui donne du cachet à l'utilisation. Elle est crantée au 1/3 de diaphragme ce qui assure une bonne précision. Malheureusement elle est, elle aussi, trop souple et manque de caractère. Sur le côté on retrouve deux discrets interrupteurs pour basculer en mise au point manuelle ou activer ou non la stabilisation optique. Notons l'absence de repères de distance de mise au point.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation