5 questions, un photographe

Pour débuter cette année 2014, rien de mieux qu’un peu de fraîcheur avec le travail de la très jeune photographe Alexandra Sophie et son goût prononcé pour la poésie des images. Restituer la magie et la fragilité d’un instant constitue, pour cette autodidacte, un leitmotiv. Ses modèles féminins se métamorphosent en fées modernes au contact de son objectif. Du haut de ses 20 ans, avec ses clichés d’une grande spontanéité, Alexandra Sophie nous entraîne dans un monde onirique nimbé d’un nuage de grâce où Dame Nature est partout omniprésente.

Cliché Alenxandra Sophie

[1]

Focus numérique : Quand et comment a débuté ton intérêt pour la photographie ?

Alexandra Sophie : Lorsque j'étais enfant, mes parents avaient pris l'habitude de glisser un appareil photo jetable dans mon sac, lors des sorties scolaires. À 8 ans, j'ai demandé un appareil photo argentique pour mon anniversaire et je m'en servais pour tout photographier, simplement capturer des instants de vie, ou m'exprimer à travers de petites histoires. Ce qui est sûr, c'est que je prenais bien trop de photos et, le coût des pellicules et du développement étant élevés, mes parents me l'avaient rapidement retiré. À partir de ce moment j'ai économisé par tous les moyens possibles afin d'acheter mon premier reflex numérique lorsque j'avais 15 ans. Je n'ai plus cessé de prendre de photos depuis.
Tout cela a naturellement évolué vers quelque chose de plus sérieux, comme si je suivais un chemin déjà tracé. Je prenais des photos de jeunes filles de mon village, et j'ai commencé à les poster en ligne, puis celles-ci ont été beaucoup vues. Parmi les personnes qui les regardaient, il y a avait des gens qui souhaitaient faire appel à mes services pour des séances photo pour des particuliers ou qui voulaient acheter les droits de certaines images pour des couvertures de livres ou de magazines.



Cliché Alenxandra Sophie

Cliché Alenxandra Sophie

Cliché Alexandra Sophie

[2]

Focus numérique : Quel matériel utilises-tu ?

Alexandra Sophie : J'utilise un Canon 5D Mark II avec un seul objectif, qui fut pendant de nombreuses années un 50 mm f/1.8. Envie soudaine de grand changement, je viens de le troquer contre un 28 mm f/2.8 ! J'utilise aussi parfois du matériel argentique tel qu'un moyen format Mamiya ou même une vieille chambre photographique grand format. Tant qu'il fonctionne, le matériel est le dernier de mes soucis. Il me faut certes une certaine qualité d'image afin de proposer un travail propre aux clients ou de réaliser de grands tirages, mais à part ça, j'aime pouvoir (et devoir !) m'adapter à l'instant avec ce que j'ai, plutôt qu'adapter le matériel.



Cliché Alexandra Sophie

Cliché Alexandra Sophie

[3]

Focus numérique : Qu'est ce qui t'intéresse dans l'acte photographique ? 



Alexandra Sophie : J'aime énormément garder cette part de mystère avant une séance photo afin de travailler spontanément, à l'instinct. Pour cela, je préfère ne pas rencontrer les modèles avant un shooting. J'aime conserver cette première rencontre intacte et le fait de ne rien connaître des modèles au moment où nous réalisons les photos. J'aime les imaginer plus que de savoir qui elles sont réellement. Souvent, je ne sais pas non plus où le shooting va avoir lieu. Les modèles me parlent de leur endroit préféré qu'elles ont découvert par hasard et nous nous y rendons ensemble. Sur le lieu, je regarde alentour, règle mon appareil photo selon les conditions lumineuses et la prise de vues peut commencer.



Cliché Alenxandra Sophie

Cliché Alexandra Sophie

Cliché Alexandra Sophie

[4]

Focus numérique : Si tu ne devais qu'en citer un, quel est pour toi le photographe incontournable ou ta source d'inspiration ?

Alexandra Sophie : Bien que ce ne soit pas une source d'inspiration, c'est sans doute tout de même une motivation générale, tant ses images me donnent du baume au cœur. Je dirais Tim Walker.



Cliché Alexandra Sophie

Cliché Alexandra Sophie

[5]

Focus numérique : Quel est ton prochain projet ?

Alexandra Sophie : Je travaille en ce moment sur plusieurs projets bien différents, dont une collaboration artistique hebdomadaire avec un journal national impliquant des réflexions telles que "Où est la frontière entre ce qui est normal et ce qui ne l'est pas ?", ainsi qu'un projet/thérapie qui a lieu à l'hôpital avec des patients gravement atteints. Je m'oriente de plus en plus vers la photographie de mode, sans oublier mes projets plus spéciaux, et suis maintenant en agence. Ajoutez à cela quelques conférences au Mexique et à Dubaï en gardant quelques espaces vides à remplir à la dernière minute, et vous avez, à peu de choses près, mes projets pour cette année qui débute.

> www.alexandra-sophie.fr

Cliché Alexandra Sophie
 

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation