Nikon 58 mm f/1,4 G

Un 58 mm est une optique bien adaptée au portrait (même si son utilisation nécessite d'être assez proche du sujet pour des gros plans) et au reportage (focale se rapprochant du champ de vision "actif" de l’œil humain). L'ouverture de f/1,4 apporte deux avantages en terme d'usage. Le premier avec la profondeur de champ. Une telle ouverture, couplée à un capteur 24 x 36 mm, permet d'obtenir une profondeur de champ très courte. Nos différents essais à f/1,4 ont mis en évidence un bokeh doux, voluptueux et rond : très agréable à l’œil. Le second se rapporte plus à l'utilisation en faibles conditions lumineuses, à main levée. On regrette l'absence de stabilisation optique qui aurait encore plus démultiplié les possibilités de l'optique dans ces conditions.

La qualité de fabrication, les finitions, le design sont irréprochables. C'est clairement une optique haut de gamme. Le poids plume de 400 grammes et le faible encombrement (moins de 7 cm de longueur) lui confèrent un confort d'utilisation remarquable. La bague de mise au point manuelle est, elle aussi, presque parfaite.

D'un point de vue qualité optique, on peut saluer l'absence totale d'aberration chromatique et de distorsions (pourvu que la distance de mise au point ne soit pas trop courte). Le vignetage est présent, mais juste aux plus grandes ouvertures. Jusque ici c'est donc un presque sans faute !

Par contre, question piqué, c'est la déception : principalement à f/1,4. En effet, à la pleine ouverture, on est très loin d'obtenir des images piquées. Même le centre est mou ! On a une impression de rendu type soft focus. En fermant un peu à f/1,8, on voit apparaître une zone centrale très piquée, mais beaucoup trop restreinte. En s'éloignant du centre, la sensation de netteté chute de manière assez importante. Il faut attendre f/5,6 pour commencer a avoir une image très piquée du centre aux bords. L'optique délivre ses meilleures performances sur ce point à f/8 et f/11.

Lancée à 1900 euros, cette optique est chère et entre en concurrence avec le nouveau 55 mm f/1,4 de chez Zeiss, encore plus chère puisque la firme allemande a lancé son nouvel objectif à plus de 3500 euros.  Dans cette gamme de prix, on est en droit d'être exigent et on s'attend à un objectif irréprochable en tous points. Malheureusement, les faiblesses de piquée aux grandes ouvertures et l'absence de stabilisation optique ne jouent pas en faveur de ce nouveau Nikon. Quoi qu'il en soit, l'optique a cependant un argument de choix, la beauté de son bokeh qui en convaincra sans doute plus d'un.

Points forts

Points faibles

Légèreté et encombrement

Pas de stabilisation optique

Qualité de construction, design

Vignetage aux très grandes ouvertures

Bague de mise au point

Manque cruel de piqué à f/1,4

Beauté du bokeh

Non homogénéité du piqué de f/1,8 à f/8 entre le centre et les bords

Ouverture de f/1,4

 

Pas d'aberration chromatique

 

Pas de distorsions

 

Piqué de f/5,6 à f/11

 

Pas de vignetage dès f/2,8

 

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation