La neuvième mouture d'Optics Pro 9 amène son lot de nouveautés. La plus importante d'entre elles étant le nouveau traitement antibruit dont l'éditeur est particulièrement fier. Traitement pour le moins efficace, comme nous le verrons plus loin. Mais ce n'est pas le seul, et au-delà du bruit, quelques évolutions sont à l'ordre du jour: meilleure gestion des hautes lumières, un mode Portrait protégeant mieux les tons chair, de nouveaux autoréglages... et mieux présentés, un module d'export repensé, et une interface légèrement simplifiée. Bref, une belle évolution, un cru très technique placé sous le signe du débruitage de haut vol, et aux allures de démonstration technologique. 

DxO Optics Pro 9 test review interface

PRIME

La grande nouveauté de Optics Pro 9, c'est PRIME. Les nouveaux algorithmes de débruitage de DxO, mis en avant avec force, qui promettent un gain de 4IL... et aux résultats vraiment très bons. Pour chaque pixel de l'image PRIME va analyser plus d'un millier de pixels voisins pour chercher les similitudes entre eux et traiter le bruit parasite. On identifie l'information, le reste, c'est du bruit... éliminable. Voilà pour le bon côté. Le revers de la médaille c'est que les algorithmes font à peu près 30 fois plus de calcul que le débruitage standard.

DxO Optics Pro 9 test review interface

Et ça se paie en temps. Nous avons comparé les traitements: comptez 6 mn 40 pour rendre le RAW d'un D800 avec Prime sur un gros Core i7 de dernière génération, alors que le même fichier ne demande que 17 s avec le traitement standard. 

Tout ceci fait de PRIME un traitement aussi efficace qu'exceptionnel. Celui que l'on réservera à ses meilleures images. Il semble difficile de l'utiliser sur toutes ses images, et encore plus de l'utiliser sur un portable léger.

DxO Optics Pro 9 test review interface
 
Le traitement en lui-même est si lourd que son activation fait partie de celles que l'on ne peut pas prévisualiser à l'écran. Pour avoir un aperçu de son effet il faudra bouger la fenêtre de prévisualisation ci et là sur l'image. Difficile alors de se rendre compte du gain potentiel. 

DxO Optics Pro 9 test review interface

Le gain, il est pourtant tangible. Ci-dessous une image (très réduite) traitée avec Prime:

DxO Optics Pro 9 test review bruit électronique

La même image avec le traitement standard:

DxO Optics Pro 9 test review bruit électronique

À première vue, peu de différences. Mais en se penchant sur certains détails, les différences sont notables. 
Avec le traitement standard, un peu de bruit est perceptible dans l'image, mais le lissage est déjà bien prononcé. Si on débruite plus... on perdra tout.

DxO Optics Pro 9 test review bruit électronique

Avec Prime la différence est flagrante. Le bruit est presque totalement éliminé, les lueurs préservées, et bien plus de détails sont restitués. On note également une bien meilleure préservation des reflets sur le verre: ils sont allègrement gommés dans le traitement standard, et bien préservés par Prime. 

DxO Optics Pro 9 test review bruit électronique

Comment s'en sort PRIME face à la concurrence ? 

Un traitement de la même scène par Lightroom 5:

DxO Optics Pro 9 test review bruit électronique

Le débruitage par LR5 est fait avec le curseur du bruit de luminance sur 40 et celui du bruit de chrominance sur 25 (par défaut). Le grain est encore visible, mais aller plus loin lisserait considérablement l'image. On est assez proche du rendu par défaut de DxO Optics Pro. PRIME mène la danse assez facilement.

L'exemple précédent est instructif, mais manque de texture. Place à une scène un peu plus riche en détails, un portrait réalisé au D800 à 6400 ISO et 25 600 ISO, à f/5.6:

DxO Optics Pro 9 test review bruit électronique


À 6400 ISO, voici un détail à 100% de l'oeil du sujet:
DxO Optics Pro 9 test review bruit électronique

Le même après débruitage standard dans Optics Pro 9:
DxO Optics Pro 9 test review bruit électronique
 

Et encore le même après débruitage avec PRIME:
DxO Optics Pro 9 test review bruit électronique

La préservation des détails est bonne, et le bruit sensiblement diminué. Mission accomplie. Mais aussi pointu soit-il le traitement PRIME n'est pas toujours miraculeux, et certains lissages un peu agressifs peuvent apparaître quand on travaille un fichier fortement bruité. Ci-dessous le rendu d'un fichier à 25 600 ISO:
 DxO Optics Pro 9 test review bruit électronique

La partie la plus sombre du visage et les cheveux sont très marqués par le lissage. Mais à la décharge de DxO on part quand même d'un fichier très bruité. Toutefois il serait peut-être bon dans ce cas là de conserver un peu de bruit... et un peu plus de texture. 

Meilleures couleurs - mode Portrait

Un nouveau rendu baptisé "portrait" est dédié aux tons chairs et vise à préserver les couleurs naturelles. Plusieurs variations sont proposées dans les autoréglages. Ci-dessous une photo développée avec ce mode:

DxO Optics Pro 9 test review rendu couleur

Et la même sans (avec le rendu des couleurs choisi dans la liste des boîtiers du logiciel). Le visage est un peu plus chaud, un peu plus vivant avec le mode portrait:

DxO Optics Pro 9 test review

Meilleure récupération des hautes lumières

DxO Smart Lightning fait partie des modules de base d'Optics Pro. Cette 9e édition l'a encore amélioré, notamment pour la récupération des hautes lumières.

DxO Optics Pro 9 test review récupération hautes lumières DxO Optics Pro 9 test review récupération hautes lumières

On notera au passage que la gestion de l'exposition n'est pas la seule à briller. Si Smart Lightning équilibre judicieusement la scène ci-dessous, on constate un remarquable travail des algorithmes DxO sur la récupération des informations de l'image.

DxO Optics Pro 9 test review récupération hautes lumières

Non seulement la villa a repris de la teneur, mais le traitement Optics Pro a récupéré la finesse des détails sur la ville. La photo a été prise à travers une vitre très épaisse, et à l'import le rendu était assez décevant, les détails étant un peu estompé, et un voile semblant perturber l'ensemble de la photo. Voici le résultat avant / après:

DxO Optics Pro 9 test review récupération hautes lumières


Nouveaux autoréglages

Les autoréglages sont une des spécificités d'Optics Pro 9. Mais la version 9 les présente d'une manière bien plus efficace puisqu'à chacun est associée une miniature de l'image ouverte avec l'effet appliqué. Ce qui est bien plus utpour choisir son autoréglage. 

DxO Optics Pro 9 test review autoreglage

Nouveau module d'export

Le troisième onglet de l'interface d'Optics Pro a disparu. "Traiter" est désormais remplacé par un module d'export plus complet. On pourra désormais exporter facilement ses images directement sur son compte Flickr:

DxO Optics Pro 9 test review export

Les exporter sur le disque dur d'un simple clic droit, en choisissant parmi des paramètres prédéfinis (ou que l'on aura personnalisés):

DxO Optics Pro 9 test review export

Et on pourra également très facilement les exporter vers d'autres applications pour en continuer l'édition:

 
DxO Optics Pro 9 test review export

Ce nouveau module d'édition est une amélioration fort bienvenue, bien plus agréable et efficace que l'ancien onglet Export pas toujours facile à dompter. 
 

Conclusion

Cette version 9 est placée sous le signe de PRIME. Ce dernier apporte un vrai plus... bien que pour le moment tout ceci ressemble plus à une démonstration technologique qu'à un véritable outil de travail tant les traitements sont gourmands en ressources. On le réservera à certaines images et non à tout son flux. Mais on ne pourra toutefois pas pinailler sur un point; PRIME offre bien un débruitage d'une qualité inégalée. Bravo.

De même on apprécie toujours autant la capacité à restituer des détails, à travailler les hautes lumières ou à déboucher les zones sombres. Optics Pro est efficace, aucun doute là dessus. 

Mais tout de même... on restera un peu sur sa faim quant au reste. Les différentes améliorations examinées sont bel et bien là. Mais on en attendait un peu plus. On regrettera par exemple que DxO continue à ne pas supporter les fichiers issus des capteurs X-Trans de Fujifilm. De même que certains outils désormais classiques chez la concurrence ne soient pas encore intégrés, comme la retouche localisée pour ne citer qu'elle.

Points forts

Points faibles

Efficacité de Prime

Traitement Prime long

Récupération des ombres et des hautes lumières

Manque la retouche localisée

Rendu des détails

Pas de support des capteurs X-Trans de Fuji

Corrections des distorsions et aberrations

 



PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation