DXO MArk
Cette année, Focus Numérique s'associe au laboratoire DxO Mark pour son guide d'achat optique de noël 2013. Nous vous proposons notre sélection des meilleures optiques (zooms et focales fixes) selon les modèles de boîtiers reflex ou compact à objectifs interchangeables : Canon, Nikon, Pentax, Sony, Olympus et Panasonic.

> Toutes les mesures DxO Mark (en anglais)
> Tous nos guides d'achat

guide optique 2013

Bien définir vos besoins

Il faut bien comprendre que l'objectif de votre appareil est un élément fondamental pour la qualité de vos photos. Souvent, les prix des objectifs sont impressionnants et démesurés vis-à-vis des prix des boîtiers. Psychologiquement, pour beaucoup d'entre nous, il est plus difficile d'imaginer dépenser plusieurs centaines voir milliers d'euros dans un objectif que de les dépenser dans un boîtier. Dans une certaine mesure, il faudrait avoir le raisonnement inverse. Il est plus judicieux de choisir des objectifs hauts de gamme plutôt que de s'offrir le tout dernier boîtier à la mode ! La mode change, les objectifs eux, restent.

Point important, un objectif parfait et polyvalent faire n'existe simplement pas. En optique tout est question de compromis. Il faut choisir son ou ses objectifs en fonction de ses usages et de son budget. Dans de nombreuses situations, il faudra faire des compromis entre prix, qualité et fonctionnalités.

Voici les différents éléments auxquels il faut prêter attention dans le choix d'un objectif :

- focale ou plage de focale (en fonction des usages)
- ouvertures maximales et forme du diaphragme
- présence ou non de stabilisation optique
- motorisation de l'autofocus
- poids et encombrement
- qualité de construction, conception, design et finitions
- qualité optique
- rapport de grandissement (pour la macro)
- protection aux intempéries

Focale ou plage de focale

Pour rappel et pour les plus novices d'entre nous, il existe deux types d'objectifs : les zooms et les focales fixes. Les zooms sont des objectifs à focale variable. Bien qu'ils soient les objectifs les plus attirants, ils sont souvent également plus chers si vous voulez de grandes ouvertures et une bonne qualité optique. De plus, ces objectifs sont souvent lourds et encombrants. Les focales fixes sont plus discrètes et plus abordables. Elles disposent souvent de grandes ouvertures et d'une qualité optique qui n'a rien à envier aux zooms professionnels. Cependant, vous devez en disposer de plusieurs pour couvrir tous vos besoins.

focale

Une focale correspond à un angle de champ. Plus la focale est courte, plus l'angle est large et plus la focale est longue, plus l'angle est étroit. Bien entendu, on n’utilise pas la même focale pour tous les types de sujets. Même s'il n'y a pas de règle , le bon sens impose des choix. Par exemple, en portrait, on va privilégier une focale normale, voire un peu longue, afin de garder une certaine distance avec le sujet, éviter les déformations et jouer avec le bokeh. Pour le reportage on va préférer une focale large ou standard, proche de la vision humaine (35 ou 50 mm) pour donner un rendu "comme si on y était". Pour un paysage, on optera pour un grand angle (20 ou 28 mm) pour couvrir un maximum de la scène. La photo animalière ou sportive nécessite une longue focale pour pouvoir cadrer depuis une longue distance du sujet.

Dans ce guide, nous avons réparti les focales en trois catégories : les grands angles, les standards et les longues.

Ouverture maximale et forme du diaphragme

Un objectif est un système optique qui laisse plus ou moins de lumière. C'est le diaphragme (élément mécanique à lamelles) qui module la quantité de lumière qui le traverse. Plus un objectif ouvre, plus il laisse rentrer de lumière. À l'inverse, plus il ferme, moins il laisse passer de lumière. On peut prendre le contrôle de cette quantité de lumière en jouant sur l'ouverture. L'ouverture est symbolisée par des valeurs numériques. Plus l'ouverture est petite (f/2,8 par exemple), plus l'objectif laisser passer de lumière. Plus la valeur d'ouverture est grande (f/22 par exemple), moins l'objectif laisse passer de lumière.


On a tout intérêt à disposer des objectifs les plus lumineux possible. En effet, de grandes ouvertures permettent de faire plus facilement des photos à main levée de nuit sans flash (les temps de pose sont plus courts) ou alors de jouer avec les effets de profondeur de champ : plus la valeur d'ouverture est petite, plus la profondeur de champ (distance entre le premier plan et dernier plan net du sujet) sera courte.

Généralement, les zooms sont des systèmes à ouverture maximale variable. Par exemple un 18-35 mm f/3,5-5,6 est capable d'ouvrir à f/3,5 en position 18 mm, mais seulement à f/5,6 en position 55 mm. Plus un objectif est lumineux, plus il est compliqué à concevoir et généralement plus il est cher. Les focales fixes sont souvent très lumineuses (f/1,8 par exemple) et il existe des zooms lumineux à ouverture constante à f/2,8 par exemple

Stabilisation optique

La stabilisation optique n'a de sens que si le capteur n'est pas déjà stabilisé. Par exemple, les utilisateurs de Pentax ou Olympus peuvent passer leur chemin. La stabilisation permet de compenser le phénomène de flou de bouger du photographe et de pouvoir faire des photos nettes à main levée avec de relativement longs temps de pose.

Le flou de bouger du photographe correspond à une incompatibilité entre le temps pose utilisé par l'appareil et l'aptitude physique du photographe à ne pas bouger pendant ce temps. En cas de bouger, on observe un voile flou plus ou moins marqué sur l'ensemble de l'image. Certains facteurs augmentent ce phénomène : la longueur de la focale (plus la focale est longue, plus le risque de bouger est important) et la distance de mise au point (plus on est prêt du sujet, plus le risque de bouger est important).



Il est d'usage de considérer que le temps de pose minimal avec lequel on peut faire une photo nette à main levée sans  flash correspond à l'inverse de la focale. Par exemple avec un 24 mm on utilisera au plus long 1/25 de seconde, avec un 300 mm, 1/300 de seconde.Le stabilisateur optique permet de limiter le phénomène de bouger. Une lentille flottante dans l'objectif associée à un système gyroscopique de micromoteurs compense les déplacements du bras du photographe. Par exemple si le bras monte involontairement, la lentille baisse si bien que les deux mouvements se compensent.

Grâce à une stabilisation optique on peut par exemple gagner 2 IL ce qui permet de pouvoir photographier à main levée au 1/25 de seconde lorsque l'on aurait dû utiliser 1/100 sans. Bien entendu, tous les objectifs ne sont pas stabilisés et il existe différents niveaux de "qualité" dans les technologies de stabilisation optique.

Motorisation

Presque tous les objectifs sont motorisés. Le moteur permettant de déplacer les lentilles et de faire la mise au point se situe dans l'objectif et est contrôlé par le boîtier. Il existe des motorisations ultrasoniques qui permettent des mises au point très rapides, silencieuses et précises. On retrouve aussi des motorisations adaptées pour la vidéo avec des déplacements pas à pas pour des mouvements fluides.

motorisation

Prise en mains

La prise en mains d'un objectif est très importante. Premier point l'objectif doit être proportionné en poids par rapport à l'appareil pour ne pas déséquilibrer l'ensemble et éviter ainsi des douleurs au poignet. Le poids est donc fondamental, mais il faut aussi prêter attention à l'encombrement pour la praticité d'usage et le look !

prise en main

La qualité de construction doit être au rendez-vous. On l'a vu plus haut, un objectif est fait pour durer et doit donc être costaud. Si votre appareil est protégé contre les intempéries, il serait dommage que votre objectif ne le soit pas. Prenez donc garde à cette caractéristique.

Il faut aussi porter une vive attention au confort et à la maniabilité des bagues de mise au point et/ou de zooming. Les bagues doivent être larges, confortables, fluides avec une course modérée et des repères de butée. Sur ce point, tous les objectifs ne se valent pas du tout.

Qualité optique

Enfin bien entendu la qualité optique est fondamentale. Soyons bien clairs dès le début, un objectif parfait n'existe pas. On pourra toujours trouver des défauts et pinailler. Le plus important est le piqué, autrement dit la précision avec laquelle l'objectif va restituer les détails de votre sujet. On attend d'un objectif que les images soient nettes, mais surtout homogènes (même sensation de netteté au centre que sur les bords) à toutes les ouvertures !

mtf

Pour les autres défauts comme les aberrations chromatiques, le vignetage, les distorsions : ils se corrigent relativement bien en postproduction avec un logiciel de retouche ou de développement RAW.

> Tous les tests d'objectif sur Focus Numérique
> Toutes les mesures DxO Mark (en anglais)
> Tous nos guides d'achat

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation