The Eyes

Le 17 octobre, la Gaîté Lyrique à Paris fut le décor du lancement de la revue dédiée à la photographie, The Eyes par Aman Iman Publishing. Vous me direz, encore un magazine ! Oui, sauf que nous avons en main, une revue bilingue européenne, bi-média disponible sous la forme d’une publication imprimée élégante et d’une application digitale interactive, The Eyes Link, pour tablettes numériques.

Avec une maquette soignée d’une grande qualité graphique, un logo bien pensé, un papier mat The Eyes permettent le dialogue, le questionnement et l’échange à travers le médium photographique. Une nouvelle approche du magazine photo ! Autre qualité (rare dans les revues pour être souligné), c’est le peu de publicité au fil des pages, qui permet une lecture aérée et non polluée visuellement.
Portfolios, conversations, livres, focus sur l’actualité photographique d’une ville, The Eyes avec ses deux numéros par an, est une fenêtre ouverte sur l’image, faisant la part belle à la photographie européenne.

pages interieur magazine


Rencontre avec Vincent Marcilhacy, directeur de la publication.

♦ Focus numérique : En 2013, plusieurs revues de photographies ont vu le jour. Quel serait le mot, l’adjectif pour décrire/ définir The Eyes?
Vincent Marcilhacy : Deux mots ! Le premier, l'inspiration européenne.The Eyes est la première revue photo à placer l'Europe au cœur de sa ligne éditoriale. L'inspiration européenne dans The Eyes c'est regarder l'Europe et le monde avec des yeux d'Européens.
Le second mot, le papier connecté.The Eyes est la première revue photo à explorer les potentialités du "papier connecté" : un dialogue équilibré et interactif entre le papier et le digital, avec des expériences en réalité augmentée grâce à l'application The Eyes Link et un mouvement du digital vers l'imprimé par la fonction The Eyes Limited qui invite à commander des tirages de collection depuis la version iPad de la revue.


♦ Focus numérique : comment s’est fait le choix du titre de la revue?
Vincent Marcilhacy : Il s'agit d'une revue européenne. Nous ne voulions pas un titre français.
Il s'agit d'une revue photo, mais aussi de réflexion autour des cultures et du devenir européens; dans ce sens nous ne voulions pas un titre trop "photo".
The Eyes, c'est tout à la fois l'image et le regard.

Exemples de réalité augmentée

♦ Focus numérique : quelle est la ligne éditoriale, l’angle d’attaque de The Eyes?
Vincent Marcilhacy : La ligne éditoriale vise à faire découvrir l'Europe ainsi que les regards et sensibilités européennes dans tous leurs états.
Pour cela nous avons choisi trois grands axes :
  • •  Imago : redécouvrir des courants de la photographie, en explorer les tendances et les mutations contemporaines.
Europa : la photographie pour regarder l'Europe autrement, en comprendre le devenir, les enjeux et les manifestations politiques, sociales, culturelles.
• Agora : la photographie a su devenir un medium universel qui se retrouve et s'exprime partout en Europe. Cette partie entend mettre en avant et faire dialoguer la multitude d'initiatives intéressantes partout en Europe autour de la photographie.



♦ Focus numérique : dans le dossier de presse il est écrit que The Eyes est "un véritable espace d’expression pour les artistes". Comment se font les choix d’artistes par la rédaction ?

Vincent Marcilhacy : C'est très ouvert. Il y a un comité éditorial, chacun fait des propositions qui sont débattues. Nous écumons les festivals, rencontrons les auteurs et sommes particulièrement sensibles au hasard des rencontres et contextes. C'est le cas du travail particulièrement touchant de la photographe Poline Harbali publié dans le premier numéro de The Eyes.



♦ Focus numérique : quels sont les artistes qui ont collaboré à ce premier numéro?
Vincent Marcilhacy : Il serait compliqué de tous les citer au risque d'en oublier. Je prendrais quelques exemples significatifs de nos ambitions.
D'abord la notion de découverte et de photographes émergents est très importante pour nous. Dans ce sens nous sommes heureux d'avoir présenté les images de Carlos Spottorno et de Poline Harbali par exemple. Ces photographes donnent un nouveau souffle à la photographie par l'approche même de leur travail.

L'expérience de grands photographes est également importante. C'est le cas d'Anders Petersen qui nous a livré un témoignage particulièrement touchant de sa relation à l'image.



Mais The Eyes est aussi une affaire d'écrit ! La confiance mise par des critiques de livres photo associés au premier numéro est importante. De même que d'inviter des intellectuels ou des politiques à écrire ou témoigner, comme Pascal Lamy ou Paul Wombell.

The Eyes est un espace de partage, un objet vivant qui ne se veut pas figé, mais qui doit tourner autour de l'Europe et de la photographie en nous permettant d'être au plus près de la réalité du monde. Nous espérons d'ailleurs que nombreux seront ceux qui nous proposeront leurs idées, leurs envies, leurs suggestions de sujets ou de contributions. C'est comme en photographie, il y a ceux qui sont devant et ceux qui sont derrière l'objectif, mais au final on est face à la même image, une image que l'on fabrique ensemble.

Pour découvrir ce petit bijou, courez chez votre marchand de journaux pour 15€.

www.theeyes.eu

 

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation