Nick Brandt across the ravaged land

Chronique d’une terre dévastée
est le troisième opus d’une trilogie débutée en 2000 par le photographe anglais, Nick Brandt et édité cet automne par les Editions de La Martinière. Avec ses belles dimensions, c’est un ouvrage à la hauteur de la majesté des animaux photographiés qui documente la disparition de cette faune sauvage en Afrique de l’Est.

Cette odyssée photographique est là pour nous rappeler un constat désolant et sans appel : le massacre inutile d’éléphants, de rhinocéros, de lions pour leurs ivoires, cornes, os, dents...une extermination massive d’espèces entières pour satisfaire la convoitise effrénée de marchés asiatiques et occidentaux. 30 à 35 000 éléphants seraient massacrés pour leur défenses par an sur tout le continent (vérité qui se passe de commentaire!)

L’ouvrage débute par la lecture de deux textes de Nick Brandt. Le premier explique son engagement à cette cause, le but de sa fondation créée en 2010, Big Life Foundation. Fondation qui contribue à la préservation d’écosystèmes vitaux au Kenya et en Tanzanie. Big Life, avec ses 280 rangers est le seul organisme d’Afrique de l’Est qui mène des actions transfrontalières contre le braconnage.
Le second texte, I am the Walrus, porte sur la photographie comme moyen d’expression et de témoignage.

Nick Brandt across the ravaged land
Nick Brandt across the ravaged land
Nick Brandt across the ravaged land

Au milieu du livre, une série de portraits étranges et incroyables d’animaux morts transformés en pierre. Pour la plupart, il s’agit d’oiseaux et de chauve-souris, littéralement calcifiés, que Nick Brandt a découvert par hasard en 2010 sur les rivages du lac Natron en Tanzanie, lac au taux d’alcalinité très élevé. Cette acidité extrême (autant que celle de l’ammoniaque) associée à une eau riche en sels et soude serait la cause de cette mort momifiante.

A noter également que pour la première fois, l’homme apparaît dans les photographies de Nick Brandt, sous les traits des rangers de la fondation Big Life.

Cinquante photographies pleine-page, en noir & blanc, argentiques, très graphiques nous révèlent qu’il ne peut pas y avoir d’Afrique sans cette majesté animale. Des portraits qui impriment sur la pellicule, la puissance de cette présence magistrale de la nature où calme, silence et force règnent.
Nick Brandt, tout comme Sebastiao Salgado, à travers leur regard respectif, atteste de la grandeur d'un trésor fragile face à la barbarie de l'homme.



Nick Brandt dédie cet ouvrage « Aux milliards d’animaux passés, présents et futurs, qui sont morts sans raison aux mains de l’homme ».

Les photographies seront exposées à partir du 15 octobre à la A-Galerie à Paris et jusqu'au 7 décembre 2013
 
 Nick Brandt. Chronique d’une terre dévastée.
Editions de La Martinière, octobre 2013, 119 pages
9782732458786
69€

 

A-Galerie
Rue Léonce Reynaud, 4
75016 Paris

www.nickbrandt.com
www.a-galerie.fr

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation