Pentax K-3 prise en mains

Après un K-5 II un peu terne en nouveautés, Pentax décide de jouer un plus gros calibre avec le K-3. La gamme des reflex Pentax se compose donc désormais de 7 modèles mais certains sont vraiment vieillissants comme le K-r (capteur 12 Mpx APS-C) ou le K-30 (APS-C 16 Mpx) que l'on peut encore dénicher sur Internet à des prix peu intéressants. Ces boîtiers seront rapidement remplacés par les plus récents K-500 et K-50 (APS-C 16 Mpx). Les deux versions K-5 II et K-5 IIs sont toujours au catalogue et devraient le rester, le nouveau fer de lance des reflex, le K-3, venant chapeauter l'ensemble.

Prise en main

Les premiers contacts avec le K-3 sont à la fois rassurants et surprenants ! En effet, le reflex Pentax est, à l'image des K-10, K-5, K-5 II, bien construit : les matériaux sont qualitatifs et le revêtement au niveau de la poignée, agréable. L'ensemble inspire donc confiance et le K-3 se positionne bien en chef de rang des reflex pour baroudeurs de Pentax.

Pentax K-3 test review face sans optique
Revers de la médaille, le K-3 est un boîtier qui pèse son poids... 760 g tout nu avec batterie et cartes mémoire. L'ensemble est toutefois bien équilibré et la poignée, bien dimensionnée, permet une bonne préhension. Une poignée d'alimentation est également disponible pour faciliter les cadrages en mode portrait et doubler l'autonomie de l'appareil. 

Pentax K-3 test review chassis

Débutons notre prise en main par le dessus de l'appareil. Sur l'épaule gauche, vous trouverez un barillet pour le choix du mode d'exposition. Par défaut celui-ci est verrouillé par un bouton central. Vous pouvez choisir le mode en le maintenant enfoncé. Les ingénieurs japonais ont également eu l'excellente idée de proposer un lever Lock qui permet, au choix, de libérer ou non la molette. Voilà qui contentera tout le monde. Bravo. Le K-3 propose les traditionnels modes PASM, mais également deux modes propres à Pentax : le Sv ou priorité à la sensibilité ISO (le boîtier adaptant le couple ouverture / vitesse en conséquence) et le mode TAv. Ce dernier agit de manière inverse, adaptant la sensibilité ISO automatiquement en fonction du couple ouverture / diaphragme, comme un mode P avec l'ISO Auto en quelque sorte. Pentax K-3 test review vue de dessus

Vous trouverez un mode Bulb (B), synchro flash (X), un mode tout automatique (vert) et 3 modes personnalisables U1, U2 et U3. Au centre, vous trouverez une griffe porte-flash ainsi qu'un flash pop-up NG 13 (100 ISO et en mètre). Sur l'épaule droite, vous trouverez un écran LCD de rappel des principaux réglages de l'appareil. Sur la poignée, le déclencheur est serti d'une couronne pour mettre le reflex sous tension. À l'arrière du déclencheur, deux commandes pour régler le correcteur d'exposition (-/+ 5 IL. Notez toutefois que l'écran LCD n'affiche que -/+ 3 niveaux...) et la sensibilité ISO sont présentes. À l'avant de la poignée, une molette de réglage est naturellement présente.

Au dos de l'appareil, la refonte par rapport au K-5 II/IIs est importante. À gauche, le bouton lecture reste, mais la commande «poubelle» en mode lecture est complétée par les modes d'exposition. À droite du viseur, la touche rouge permet à la fois de basculer en visée directe sur écran et d'enregistrer les vidéos. Pour rester dans la vidéo, un levier permet de basculer du mode photo au mode vidéo. Un excellent choix qui permet de cadrer correctement en mode photo (3/2) et en vidéo (16/9) avant de lancer l'enregistrement. La touche verte dite «anti-panique» permet de basculer d'une simple pression de n'importe quel mode en mode P.
Pentax K-3 test review vue de dos
Plus à droite, vous trouverez une commande AF et AE-L pour effectuer la mise au point et mémoriser l'exposition. Un trèfle de sélection est toujours présent pour accéder rapidement à la motorisation, ajuster les styles d'image, gérer le flash ou la balance des blancs. En bas, une commande Info permet d'accéder à un écran récapitulatif des paramètres de l'appareil et l'autre aux menus. Enfin, une touche permet de permuter rapidement entre les deux logements de cartes en mode lecture. Cette touche permet également de déplacer le collimateur AF en mode visée sur écran.

Le flanc gauche de l'appareil est également bien fourni avec la commande pour déployer le flash pop-up, la prise synchro flash, une commande Raw / Fx personnalisable (raw, bracketing d'exposition, testeur profondeur de champ optique, testeur de profondeur de champ numérique, stabilisation mécanique et éclairage de l'écran LCD sur le dessus de l'appareil). Une touche permet de régler rapidement le mode AF (AF-Auto, AF-Simple, AF-Continu) avec la molette avant et le fonctionnement des collimateurs AF avec la molette arrière. Un levier permet enfin de choisir entre mode autofocus et mise au point manuelle. Sachez que dans ce dernier cas et en mode visée sur écran, il est possible d'activer un peaking (surlignage des zones nettes avec des pixels colorés).
Pentax K-3 test review vue de côté

Vous aurez sans doute noté la présence d'une entrée micro stéréo au format mini-jack 3,5 mm ainsi qu'une sortie casque ! Alléluia ! Vous pouvez ENFIN contrôler de manière précise l'enregistrement audio pendant les vidéos. Apparemment, il n'est toutefois pas possible de régler le niveau des micros pendant l'enregistrement. Allez, encore un petit effort !

Connexions

Toujours dans la connectique, le Pentax K-3 intègre une sortie USB 3 ! Applaudissements ! C'est, avec le Nikon D800, le second reflex à proposer ce type de connectique désormais assez courante et rétrocompatible avec l'USB 2. Bravo Pentax. La prise mini HDMI est de type D et ne nous a pas laissé l'opportunité d'enregistrer le signal en sortie avec notre carte d'acquisition. Dommage, mais nous poussons nos investigations. En bas, un connecteur pour brancher une alimentation secteur est présent. L'ensemble des connecteurs est protégé derrière une trappe en caoutchouc de bonne facture. Pentax K-3 test review connectique 1

De l'autre côté, vous trouverez derrière une protection en caoutchouc, une prise pour une télécommande filaire.

Malheureusement, le K-3 est dépourvu de connectiques modernes comme le Wi-Fi ou le GPS. Pour une connexion sans fil, Pentax recommande l'utilisation de cartes FLU (il y aura peut-être des offres groupées, la marque reste pour l'instant muette sur ce point) qui intègrent une puce Wi-Fi. Une FluCard Pro 8 Go Class 6 se négocie actuellement 40 euros sur Amazon. 

La documentation indique qu'il est possible alors de transférer les données en mode P2P entre la carte et un ordinateur, une tablette ou un smartphone. Il est également possible d'envoyer ses images sur les réseaux sociaux via un portail propriétaire en mode infrastructure. Sur notre exemplaire de prise en main, nous n'avons pas trouvé de menu pour gérer la connexion Wi-Fi. Pourtant, Pentax indique bien qu'il sera possible de piloter le Pentax à distance et sans fil via une carte Flucard Pentax. À vérifier donc. 

Pentax K-3 test review connectique 2
Pour le GPS, le menu existe et il faudra acquérir le module GPS O-GPS1 (plus de 200 euros tout de même...) en supplément pour marquer ses images.

Bruit au déclenchement

Les déclenchements du K-3 sont toujours aussi doux et feutrés que ceux des précédents modèles. Sans avoir recours à un quelconque mode silencieux, le reflex de Pentax est moins bruyant que la plupart des concurrents. Vous pouvez entendre les enregistrements audio en cliquant sur la vignette ci-dessous.

Pentax K-3 son déclenchement


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation