Viseur et écran

Viseur électronique

La visée électronique est sans doute l'un des éléments les plus décriés des COI face aux reflex traditionnels. En toute logique Olympus a donc travaillé sur ce point précis et propose sur l'E-M1 un viseur électronique assez confortable. Confortable par son grossissement important (0,74x en équivalent 24x36) proche de ce que l'on peut voir sur un reflex professionnel et confortable par la définition importante : 2 360 000 points soit un affichage en 1024 x 768 pixels. La fréquence de rafraîchissement est désormais de 120 vps, ce qui assure une bonne fluidité. Autre point important, l'E-M1 est capable d'ajuster la luminosité de l'affichage en fonction de la lumière ambiante pour conserver une visée plus naturelle. Une fonction qu'il est possible de débrayer pour ceux qui souhaitent justement pouvoir mieux voir dans l'obscurité.

La visée électronique a certains avantages sur la visée optique : un cadrage 100%, la possibilité d'afficher de nombreuses informations (histogramme d'exposition, niveau électronique, grille d'aide à la composition, courbe de tonalité...) et vous pouvez également prévisualiser certains réglages comme la balance des blancs ou les filtres artistiques.

Malgré tous les progrès, la visée électronique reste en retrait face à la visée optique sur certains points. Elle n'est pas aussi précise et pas aussi réactive. En effet, le passage brutal d'une zone sombre à une zone lumineuse n'est pas immédiatement retranscrit dans la visée qui doit s'adapter pendant un petit laps de temps. Bon point, l'affichage sait rester assez fluide même en basse lumière. Vous noterez toutefois qu'en mise au point manuelle, l'affichage s'assombrit (pour faciliter la lecture de focus peaking ??) et saccade davantage.

Écran

L'autre moyen de visée est naturellement l'écran. Olympus reprend le modèle du E-P5 qui affiche 1 037 000 points. La définition est donc en 720*480 pixels. L'écran utilise sans doute une dalle Samsung AS-IPS (identification par les sous-pixels) qui offre des angles de vision très larges. En outre, celui-ci est monté sur une double rotule qui permet une orientation sur -50/+80°. Vous pourrez donc aisément photographier au-dessus d'une foule ou au ras du sol sans la moindre contorsion.

Un petit tour sous une sonde donne les résultats suivants :

Olympus E-M1 test review mesures écran

Globalement, l'écran du nouveau COI est satisfaisant avec une température des couleurs calée à 7000 K (légèrement trop froid), un delta E94 moyen à 3,3 (correcte) et constrate moyen à 1200:1. Sur le graphique du gamma, la mesure à 80% n'est pas valable, elle est due à une erreur dans le protocole de test.

Mise au point

autofocus

C'est l'une des nouveautés les plus marquantes dans l'E-M1 : la présence d'un système autofocus hybride qui combine à la fois la détection de contraste et la corrélation de phase. Son nom ? Dual FAST AF.

Si la détection de contraste est intégrée depuis l'origine du Micro4/3 (elle fonctionne vraiment bien sur les boîtiers Olympus et Panasonic), la corrélation de phase sur le capteur principal est unique pour l'instant. Rappelons que cette technologie propose quelques avantages intéressants :

> Aucun problème de front ou back focus, la mise au point se réalisant sur le capteur lui même ! C'est la fin du micro-ajustement, alléluia.
> Pas d'effet de pompage : l'appareil sait dans quelle direction il faut faire la mise au point
> Une reconnaissance des visages sur l'ensemble du champ couvert. Idéal pour le suivi d'une personne notamment en vidéo.
> Pas de limitation d'ouverture. Le système en visée directe sur écran devrait fonctionner même avec des ouvertures supérieures à f/8 ou f/11.

Le système embarqué dans le nouveau capteur 16 Mpx propose 37 collimateurs à corrélation de phase répartis en losange au centre de la visée. Contrairement au capteur du 70D dont l'intégralité des photodiodes est utilisée pour la capture de l'image, les photosites dédiés à l'autofocus sont, par définition, réservés à... l'autofocus. Les données manquantes sont reconstruites par interpolation des points avoisinants.

Olympus OM-D E-M1 test review collimateurs en autofocus par contrasteOlympus OM-D E-M1 test review collimateurs en autofocus par corrélation de phase
Répartition des 81 collimateurs en détection de contraste à gauche et répartition des 37 collimateurs en corrélation de phase à droite.

Un des avantages des systèmes autofocus par corrélation de phase réside dans la prédiction du mouvement de la mise au point. En effet, le décalage observé sur le capteur principal permet de définir dans quel sens il faut réaliser la mise au point. On gagne donc en réactivité notamment pour le suivi d'un sujet en déplacement. 

Le système par corrélation de phase est utilisé :
> avec les optiques 4/3 et la bague d'adaptation
> avec les optiques Micro4/3 et le mode autofocus en mode continu. Dans ce cas, les deux systèmes autofocus coexistent pour donner le meilleur résultat.

Répartition des «pixels» dédiés à la corrélation de phase (gauche). Regroupement des informations environnantes pour la création du pixel manquant (droite).

En mode Simple AF avec une optique «classique» Micro4/3, c'est le système par détection de contraste qui est utilisé tout comme en mode vidéo.

Le module AF par contraste propose 81 collimateurs couvrant une bonne partie de l'image cadrée. Notez qu'en zoomant, il est possible de sélectionner des points sur 800 zones possibles.

Une lampe d'assistance permet également d'éclairer (couleur rouge) la scène pour épauler le système autofocus.

Notez qu'un système de micro ajustement de la mise au point est également disponible sur l'E-M1, même si avec la mise au point sur le capteur principal, cette fonctionnalité devient inutile, elle pourra toujours servir à corriger les erreurs de front ou back focus avec les optiques 4/3 utilisées avec la bague d'adaptation.

Mise au point manuelle

Pour vous aider à réaliser le point, l'E-M1 propose à la fois une loupe et un système de peaking qui surligne à l'aide de pixels colorés la zone de netteté.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation