Test Olympus OM-D E-M1

Lors de sa sortie en février 2012, l'Olympus OM-D E-M5 avait déjà défrayé la chronique avec un look de petit reflex ravageur, un viseur électronique intégré et des performances à la hauteur des ambitions de la marque. Aujourd'hui, avec l'E-M1 Olympus relève un double défi : présenter un digne successeur au E-M5 et proposer une alternative crédible aux reflex experts / semi professionnels.

 
Capteur : - 4/3 16 Mpx Live Mos (16,8 Mpx total)
Monture : - Micro4/3
Optique livrée : - selon kit
Stabilisation : - oui, mécanique sur 5 axes
Antipoussière : - Filtre à onde supersonique
Viseur : - électronique, 2 360 000 points, couverture de champ de 100%, grossissement de 1,48x (0,74x en éq. 24x36). Dégagement oculaire 21 mm
Visée écran LCD : - oui
Écran : - LCD de 1 037 000 points. 7,6 cm de diagonale. iinclinable. 
Mise au point : - Autofocus hybride par détection de contraste et corrélation de phase. 
Modes autofocus : - Simple AF, AF continu, AF tracking et détection des visages
Mesures d'exposition : - TTL sur 324 zones. 
Modes d'exposition : - Programme automatique, Priorité ouverture, Priorité vitesse, Manuel, Pose Temps, i-Auto, Modes scène, Filtres artistiques, Album photo -
Vitesse d'obturation : - 1/8000 - 60 s (par palier de 1/3, 1/2, 1 IL) et jusqu'à 30 mins.
Motorisation : - jusqu'à 10 vps sans AF, 6,5 vps avec AF mais sans stab et 3,5 vps avec AF et stabilisation
Sensibilité ISO : - 200 - 25600 ISO
Mémoire : - Carte mémoire SD (Compatible SDHC, SDXC, UHS-I)
Format image : > Photo : Raw et JPeg (4608 x 3456 px)
> Vidéo : .MOV HDTV 1080 (30 vps), HDTV 720p (30 vps) en AVI (MJPeg) également. VGA (30 vps) en AVI. Son stéréo
Alimentation : - Batterie Li-Ion (330 vues annoncées)
Connexion : - mini HDMI type D, USB 2, entrée micro mini-jack 3,5 mm, synchro flash, Port Externe 2 (pour accessoires spécifiques), Wi-Fi
Dimensions : - 130 x 94 x 63 mm
Poids : - 500 g
Logiciels : - Olympus Viewer 3
Dans la boîte : - Batterie, chargeur, courroie de cou, câble USB
Pour y parvenir, la marque nippone a mis les bouchées doubles pour proposer ce qui se fait de mieux dans la gamme Micro4/3 et le résultat est plutôt impressionnant.

Impressionnant de par sa construction puisque l'E-M1 est résistant à l'humidité (une bonne pluie) et la poussière. Il faudra toutefois l'équiper d'une optique disposant de la même finition pour éviter les mauvaises surprises. Le châssis en magnésium assure également une bonne résistance aux chocs tout en conservant un poids correct (497 g).

Le viseur fait également un bon en avant avec une dalle  LCD de 2 360 000 points et surtout un grossissement de 1,48 (0,74x) très confortable. La visée s'adapte également aux ambiances lumineuses pour plus de fidélité dans le rendu des tonalités. 

 L’œil est également nouveau. Le capteur Live Mos de 16 Mpx intègre désormais des pixels dédiés à l'autofocus par corrélation de phase. L'E-M1 dispose donc d'un autofocus hybride fonctionnant, via le truchement d'une bague, avec les optiques 4/3 reflex ! Une avancée qui signe sans doute définitivement l'arrêt des reflex chez Olympus. La fin d'une époque. L'obturateur grimpe au 1/8000 s et le processeur avale sans broncher des rafales à 10 vps sans limite en JPeg. 

Olympus ne s'arrête pas là puisque le boîtier propose également une connexion Wi-Fi pour un pilotage distant sans fil, une prise synchro flash (mais pas de flash pop-up), la possibilité de piloter des flashes distants sans fil, un écran LCD monté sur charnière et tactile...

Ce modèle haut de gamme est-il réellement taillé pour se frotter aux reflex experts Canon et Nikon ? Réponse dans notre test.





Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation