Le nouvel E-M1 embarque à la fois un nouveau capteur et un nouveau processeur de traitement des données. Ce nouveau couple fait-il des merveilles dans la gestion du bruit électronique ? C'est ce que nous allons voir en studio sur notre scène désormais classique.

Pour notre test, nous changeons légèrement le protocole habituel : la scène est éclairée sous 200 lux, l'Olympus OM-D E-M1 positionné en mode A avec une valeur de 100 ISO. L'objectif (12-50 mm) est fermé à f/5,6 et positionné pour un équivalent 50 mm en 24x36. Nous faisons ensuite varier la sensibilité ISO ainsi que la vitesse d'obturation. Les images sont visibles à 100% et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (ORF).

Les JPeg

Les images prises à 100 (low), 200, 400 et 800 ISO sont très propres avec des images très détaillées et bon rendu des couleurs. Vous noterez toutefois à 100% sur écran les premiers stigmates du traitement du bruit électronique, notamment sur les plats : un moutonnement parfois peu esthétique.

Ce moutonnement gagne les images à 1600 ISO, mais les images restent bien détaillées et les teintes sont naturelles. Vous pourrez sans crainte pousser d'un cran la sensibilité, les images à 3200 ISO conservant une bonne tenue : si les plus fins détails sont dilués, les images ont encore beaucoup de matière et les couleurs sont bien denses. La dynamique offre encore de nombreux détails dans les zones sombres.
Le premier palier est atteint à 6400 ISO. À partir de cette sensibilité, l'image se dégrade plus sensiblement. La dynamique diminue légèrement, les fins détails disparaissent, les transitions colorées commencent à baver et les aplats se parent d'un moutonnement désormais bien visible à 100%.

Les deux valeurs supérieures (12 800 et 25 600 ISO) sont plus compliquées à exploiter. La perte de qualité est sensible avec un grain grossier un lissage très appuyé et une dynamique en berne.

Au final, l'E-M1 n'est pas fondamentalement différent de l'E-M5 en terme de rendu. Les deux boîtiers proposent une plage ISO parfaitement exploitable de 100 à 3200 ISO ce qui est déjà une belle performance. On pourra facilement pousser à 6400 ISO et utiliser avec modération les valeurs extrêmes 12 800 et 25 600 ISO.

Pixum partenaire de Focus Numérique pour l'évaluation de la qualité des imagesPour l'observation de la qualité des images en format 30x45 cm, nous réalisons un tirage chez notre partenaire Pixum. Cela nous permet de comparer facilement les appareils à la plus basse sensibilité et à 6400 ISO.


Olympus E-M1 : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Olympus E-M1 : Réduction du bruit standard 1600-25600 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (100-200-400-800-1600-3200-6400-12800-25600 ISO)



Vous pouvez également comparer les images de l'OM-D E-M1 par rapport à ses principaux concurrents au format Micro 4/3comme l'E-M5 et le GX7 de Panasonic ou les Fujifilm X-Pro1 et Sony Nex-7 dotés de capteurs APS-C.

Le nouveau vaisseau amiral de la gamme Micro 4/3 ne bouleverse pas totalement la donne chez Olympus et les images sont meilleures, mais finalement assez proches de ce que délivre déjà un E-M5. Les résultats sont donc tout à fait satisfaisant et vous pourrez photographier sans trop de souci de 100 à 3200 ISO voire 6400 ISO. Une belle polyvalence donc.

Olympus E-M5 : Réduction du bruit standard 200-1600 ISO
Olympus E-M5 : Réduction du bruit standard 3200-25600 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (200-400-800-1600-3200-6400-12800-25600 ISO)


Avec le GX7 Panasonic a fait de beaux progrès et pratiquement gagné 1 IL par rapport aux précédents modèles. Il se hisse finalement assez facilement au niveau des derniers modèles Olympus et se permet même de faire un peu mieux dans les hautes sensibilités à 3200 ou 6400 ISO. Reste que cette dernière valeur est un véritable palier pour le format MIcro 4/3.

Panasonic GX7 : Réduction du bruit standard 125-800 ISO
Panasonic GX7 : Réduction du bruit standard 1600-25600 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (125-200-400-800-1600-3200-6400-12800-25600 ISO)


Le capteur X-trans de Fujifilm reste la référence dans le traitement du bruit électronique et même s'il est beaucoup plus ancien (début de l'année 2012) il devance encore aujourd'hui les boîtiers Micro 4/3 avec une granulation peu visible à 1600 et 3200 ISO et une image parfaitement exploitable à 6400 ISO. Une performance que personne n'arrive aujourd'hui reproduire.

Fujifilm X-Pro1 : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Fujifilm X-Pro1 : Réduction du bruit standard 1600-25600 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (200-400-800-1600-3200-6400 ISO)


Même Sony avec un capteur APS-C n'arrive pas à égaler le boîtier expert de Fujifilm. Toutefois, il devance légèrement les Micro 4/3 dans les sensibilités usuelles : 1600 et 3200 ISO.
Sony NEX-7 : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Sony NEX-7 : Réduction du bruit standard 1600-16000 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (100-200-400-800-1600-3200-6400-12800-16000 ISO)



Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation