Nous avons vu la semaine dernière comment faire des photos high-key avec les moyens du bord. Nous allons faire de même pour quelques portraits low-key. Et la démarche est un peu plus complexe qu'il n'y paraît, puisque le low-key n'est pas simplement l'inverse du high key. La méthode requiert une utilisation précise de son flash. Car c'est lui, sa puissance, son dosage et son angle qui donneront ou non de l'ampleur à votre photo. 
Comme pour le high-key nous nous plaçons dans un environnement tout... sauf professionnel. Pas de studio, pas d'arrière plan noir, et juste un flash cobra. L'équipement minimal, qui devra nous permettre de photographier en low-key dans une pièce normalement éclairée, et sans artifices de studio. Pas facile à priori ? Effectivement...

pratique : comment réaliser une image low-key

L'exposition

La première chose à faire est de s'assurer que l'arrière plan sera noir. Pour une photo en high key notre histogramme montrait la quasi totalité des informations dans les zones claires. Fort logiquement, en low key, ce sera l'inverse:

pratique : comment réaliser une image low-key

Pour ceci, on va régler son boîtier pour qu'il expose bien... c'est à dire qu'il fasse des photos très sombres. Dans notre cas, en passant en manuel et en réglant la sensibilité au minimum (entre ISO 100 et ISO 50), avec une obturation à 1/320s, le résultat est impeccable:

pratique : comment réaliser une image low-key

Attention à un détail... ne baissez pas trop la vitesse d'obturation. En effet, nous allons travailler au flash, et il faut veiller à ne pas exposer au delà de la vitesse de synchronisation maximale du flash. En l'occurrence le SB-600 utilisé ici peut synchroniser au maximum à 1/320s. Le plus simple pour bien régler son exposition est donc de régler son déclenchement sur cette vitesse maximale, de baisser la sensibilité ISO au maximum, puis de faire quelques essais en modulant l'ouverture. D'abord à pleine ouverture, puis en fermant progressivement jusqu'à ce que l'image soit bien sombre. 

Le flash

Le flash sera notre source de lumière. La seule. Utilisé en déporté, il est parfois à manipuler en manuel. Ce qui n'est pas un réel problème, vu que pour la suite nous allons pas mal tâtonner. Prenez le temps de vous familiariser avec l'utilisation de votre flash, et avec ses réglages dans le menu de votre boîtier. C'est primordial. 
En studio les photographes utilisent volontiers des parapluies, des bols de beauté, des softboxes... si vous en avez ou si vous avez accès à ce type de matériel, ne vous privez pas !

Placer le sujet... et la lumière

C'est là que les choses se corsent. Il faudra procéder de manière empirique. Y aller petit à petit, faire pas mal de photos de réglages jusqu'à obtenir le résultat voulu. La difficulté ici est triple: on travaille sur une scène volontairement noire. La seule lumière sera celle apportée par le flash au moment du déclenchement. Il faut donc:
- que le flash ne soit pas trop puissant pour ne pas éclairer l'arrière plan
- que l'éclair soit assez bien dosé pour n'éclairer que ce que l'on veut
- que l'angle donné au flash soit judicieux. 

Et très rapidement on se rend compte que le piège numéro un, c'est le "spilling", ce phénomène qui fait que votre arrière plan est éclairé par la lumière du flash, et pas seulement votre sujet. Et les premiers résultats sont souvent décourageants:

pratique : comment réaliser une image low-key

Flash trop fort, mal positionné, mal dosé... le photo est lavasse, l'arrière plan éclairé, et le sujet mal exposé. Argh !
Mais malgré les apparences, c'est un bon début, et une situation facile à corriger. Plusieurs options sont disponibles: 

- utiliser un diffuseur
- diminuer la puissance du flash
- l'approcher ou l'éloigner du sujet selon l'effet voulu.

Nous avons approché le flash, l'avons réglé à la moitié de sa puissance, et l'avons orné d'un diffuseur. Le résultat est déjà plus probant. Mais encore assez loin de ce que nous attendions... 

pratique : comment réaliser une image low-key

Pour éviter tous les problèmes, on pourra également bouger le sujet pour l'écarter du fond. Mais la chose n'est pas toujours faisable. 

En continuant à jouer sur la distance entre le flash et le sujet, et sur la puissance du flash, on arrive assez rapidement à un résultat encore plus marqué, plus intéressant:

pratique : comment réaliser une image low-key

A partir de là on peut commencer à vraiment travailler son sujet. En déplaçant le flash on modifiera ce qui est "vu"... et donc tout le contenu de l'image. 
Attention, nous précisons encore une fois que ces photos ont été faites dans une pièce normalement éclairée... et pas de nuit ni dans une chambre noire. 

pratique : comment réaliser une image low-key

Développement et post processing

Le développement est assez simple. Si la prise de vue a été bonne, alors peu de choses seront à retoucher. On pourra amplifier les contrastes, baisser la luminosité des teintes sombres pour accentuer les noirs, et augmenter l'intensité des teintes claires... si besoin est. 

Attention si vous photographiez en RAW... le résultat à l'import du fichier dans un dématriceur sera certainement très différent de celui renvoyé par l'écran LCD de votre boîtier à la prise de vue. Souvent  votre image sera bien plus claire, et les noirs moins sombres. Il faudra retravailler un peu ceci, mais on retombe très vite sur ses pieds. 

De plus, n'hésitez pas à utiliser toutes les armes mises à disposition par votre dématriceur. Nul n'est infaillible et une belle image low key peut être "gâchée" par un flash mal maîtrisé et un arrière plan trop clair. Si le sujet est bon, n'hésitez pas à jouer avec les corrections localisées offertes par Lightroom ou ACD See par exemple, pour assombrir ou éclaircir ce qui doit l'être. 


Enfin le low key et ses contrastes marqués s'accomode très bien d'un passage en noir et blanc. N'hésitez pas à essayer les mêmes clichés en couleur et en monochrome. Quitte à pousser encore un peu les contrastes en noir et blanc. Souvent le résultat est assez intéressant. 

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation