Panasonic GX7 : les meilleures offres

Si la définition du capteur du GX7 plafonne toujours à 16 Mpx, Panasonic annonce une nouvelle conception permettant une meilleure gestion du bruit électronique. Nous attendions, pour ce modèle haut de gamme, une toute nouvelle technologie (Panasonic a annoncé des recherches dans ce sens en début d'année), mais finalement, il s'agit d'un capteur 16 Mpx de construction assez classique et conserve toujours un filtre passe-bas.

Pour notre test, nous reprenons le protocole habituel : la scène est éclairée sous 200 lux, le Panasonic GX7 positionné en mode M avec le couple 1/4 s et f/5,6 pour une valeur ISO de 100. Nous faisons ensuite varier la sensibilité ISO ainsi que la vitesse d'obturation. Les images sont visibles à 100% et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (RW2). Pour notre test, le compact est équipé du 12-42 mm f/3,5-5,6.

Les JPeg

Sur écran et à 100%, le grain est invisible jusqu'à 400 ISO et il faut vraiment chercher les petites bêtes pour soupçonner un léger moutonnement dans les aplats sombres à 800 ISO. Un premier cap est franchi à 1600 ISO avec une granulation visible sur les aplats colorés. Cette granulation associée au lissage dilue légèrement les plus fins détails. En poussant à 3200 ISO, le grain devient plus visible, mais il reste assez fin et peu coloré. Les bordures «bavent» un peu, mais globalement, cette sensibilité ISO reste facilement exploitable. Un autre cap est franchi à 6400 ISO, le grain devient plus grossier et le lissage sur les aplats colorés plus marqué. Toutefois les zones avec des textures ou des détails sont relativement préservées. Naturellement, en montant encore en sensibilité ISO, les images se dégradent, mais le résultat à 12800 ISO est encore étonnant. Les plus fins détails ont certes disparu, mais l'image globale conserve une bonne tenue. Impossible de tirer un grand format, mais en n’étant pas gros gourmand, il sera possible de tirer des 13x18 sans trop de problèmes. La sensibilité 25600 ISO sera à réserver aux cas les plus extrêmes : la dynamique baisse brutalement, les aplats sont très lissés et l'image perd en tonus en se couvrant d'un voile terne. Globalement, le nouveau capteur 16 Mpx de Panasonic est en progrès avec un gain d'environ 1 IL.

Pixum partenaire de Focus Numérique pour l'évaluation de la qualité des imagesPour l'observation de la qualité des images en format 30x45 cm, nous réalisons un tirage chez notre partenaire Pixum. Cela nous permet de comparer facilement les appareils à la plus basse sensibilité et à 6400 ISO.

Panasonic GX7 : Réduction du bruit standard 125-800 ISO
Panasonic GX7 : Réduction du bruit standard 1600-25600 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (125-200-400-800-1600-3200-6400-12800-25600 ISO)


Bien sûr, il est possible de comparer les images du GX7 avec ses principaux concurrents, dont le tout rént Olympus Pen E-P5. sur les basses sensibilités, les deux appareils jouent les coudes à coudes. Il faut pousser à 3200 ISO pour voir le GX7 devancer le modèle Olympus d'une courte tête. Un écart qui se creuse avec la montée en sensibilité.

Olympus E-P5 : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Olympus E-P5 : Réduction du bruit standard 1600-25600 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (100-200-400-800-1600-3200-6400-12800-25600 ISO)


Vous pouvez également confronter le GX7 avec le COI roi chez Fujifilm, le X-Pro1 et son capteur APS-C X-Trans de 16 Mpx également. Le rapport de force n'est évidemment pas le même, le capteur APS-C du X-Pro prenant rapidement l'avantage avec un bruit électronique imperceptible jusqu'à 3200 voire 6400 ISO. 

Fujifilm X-Pro1 : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Fujifilm X-Pro1 : Réduction du bruit standard 1600-25600 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (200-400-800-1600-3200-6400 ISO)




Panasonic GX7 : les meilleures offres
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation