Votre mariage est l’un des plus beaux jours de votre vie. Bien évidemment, vous souhaitez immortaliser ce moment au mieux. Comment choisir le bon photographe ?

Je vous rassure, cet article n’a pas pour vocation de vous dire qu’il faut absolument prendre un photographe professionnel très coûteux pour votre mariage et de vous interdire de choisir le membre de votre famille amateur confirmé qui pourra lui aussi faire de très beaux clichés… Mais pensez tout de même à vérifier quelques éléments avant de prendre des décisions qui pourraient être regrettables par la suite.

Olivier Fréchard

Un professionnel à tout prix ?

À l’heure où le numérique est roi, la qualité matérielle autrefois réservée à l’élite est maintenant à la portée de (presque) toutes les bourses. En effet, pour près de 500 €, on peut s’acheter un bon reflex d’entrée de gamme qui saura produire des clichés de qualité non contestable. Alors, est-il toujours nécessaire de faire appel à un professionnel ?

En tant que photographe de mariage, j’ai évidemment envie de vous répondre : "OUI !", mais la question n’est finalement pas vraiment là. Car "professionnel" ne veut pas nécessairement dire "qualité" : les forums regorgent de clients qui s’étaient tournés vers des professionnels et sont finalement déçus par leurs photos de mariage. De même, "amateur" ne veut pas nécessairement dire "incompétent" et bien souvent, des passionnés auront à cœur de s’appliquer dans leur travail photographique.

En fait, que l’on choisisse un professionnel ayant pignon sur rue ou Tonton Bernard (et je n’ai rien contre les Bernard, il fallait juste que je trouve un prénom !), je vous suggère de poser un certain nombre de questions à la personne à qui vous envisagez de confier cette mission si essentielle. En fonction de ses réponses, vous pourrez estimer son niveau de compétence.

La question du matériel

Nous le savons tous : "Ce n’est pas l’appareil qui fait la photo, mais le photographe". Bien que cette maxime nourrisse notre ego de photographe, il faut aussi reconnaître que bien souvent, ce sont ceux qui citent cette phrase qui sont le mieux équipés. Bien entendu, le talent créatif du photographe est important, mais s’il existe des reflex à 6 000 €, c’est sûrement parce qu’ils sont meilleurs que ceux à 500… Vérifiez donc que votre photographe est équipé pour la mission que vous lui confiez par quelques questions simples !

Demandez-lui avec quelS boitierS il travaille !

Le pluriel est très important. En principe, un photographe de mariage est équipé au minimum de 2 appareils. Les professionnels les mieux équipés vont jusqu’à avoir tout leur matériel en double. Pourquoi ? Imaginez que votre photographe n’ait qu’un appareil à votre mariage et que celui-ci tombe en panne…
  1. Si votre postulant vous répond qu’il ne sait pas… ça ne sent pas bon !
  2. S’il vous répond qu’il n’a qu’un seul boîtier (peu importe la marque), c’est qu’il n’est certainement pas spécialisé dans la photo de mariage. Cela ne veut pas dire qu’il ne fera pas de très belles photos, mais simplement qu’il n’est pas paré à toute éventualité.
  3. S'il vous répond qu’il a deux boîtiers (peut importe la marque et les modèles), cela inspire confiance.

Variante : demandez-lui s’il travaille en APS-C ou plein format

L’APS-C est le format de capteur que l’on trouve sur les reflex grand public. Il offre déjà une très bonne qualité de travail, mais reste en dessous des capteurs "plein format" qui équipent les reflex professionnels. Bien entendu, ces derniers sont beaucoup plus chers. L’intérêt de cette question n’est pas tant de connaitre la qualité du boîtier de votre photographe, mais simplement de vérifier s’il est lui-même au courant du matériel qu’il utilise. Si votre interlocuteur vous répond "Je ne sais pas", mieux vaut passer votre chemin.

Olivier Fréchard

Nikon, Canon, Sony ou Pentax... : peu importe la marque ;
vérifiez simplement que votre photographe connaît son matériel.

Demandez-lui comment il va prendre les photos à l’église dans de telles conditions de luminosité

La grande complexité des photos de mariage est liée aux conditions extrêmement difficiles de prise de vue dans les églises : la lumière est souvent très faible et pour s'en sortir, il faut avoir une solide expérience de cette pratique ainsi que du matériel dédié.
  1. Le photographe vous répond : "Ben… je vais mettre le flash..." C’est une solution en effet, mais je me méfierais de ce type d’option. Tout dépend de quel type de flash on parle. Si votre photographe utilise le flash intégré de son appareil, attendez-vous à des photos très banales, voire assez affreuses. Il existe la solution des flashs cobras à tête orientable ou en déporté, qui peuvent être un choix acceptable.
    Quoi qu’il en soit, la plupart des photographes de mariage actuels n’utilisent quasiment plus de flash, tant cela dénature la prise de vue en église. Les appareils photo haut de gamme couplés à des objectifs spécifiques permettent de prendre des photos en faible luminosité et offrent ainsi des résultats magnifiques.
    Attention toutefois : dans d’autres circonstances, l’usage du flash est fortement nécessaire. Vous vous étonnerez sûrement de voir photographe utiliser son flash en plein soleil : c’est normal ! C’est une technique qui permet d’uniformiser la lumière et de rattraper les ombres trop marquées en pleine lumière. Cela peut être aussi utile à contre-jour.
  2. Le photographe vous répond : "J’ai des optiques / objectifs lumineuses/x (ou à grande ouverture)". Vous pouvez être déjà un peu plus rassuré. Cela veut dire qu'il est conscient des difficultés de l’exercice et s’est équipé en conséquence. Il se peut aussi que cette même personne vous réponde que son boîier supporte bien les hauts ISO ou les hautes sensibilités : c’est également bon signe, cela veut dire que votre photographe possède du matériel haut de gamme, adapté à ces conditions de prise de vue.

Demandez-lui s’il travaille en RAW (se prononce Rooh)

Le format RAW est utilisé par les professionnels de la photo pour enregistrer leur prise de vue sans perte de qualité, contrairement au format JPEG (utilisé notamment sur les compacts) qui est compressé et peut présenter des pertes d’informations, donc une baisse de qualité.

I Shoot RAW

De plus, le format RAW implique que votre photographe va devoir travailler vos photos en post-traitement : les "développer" de façon numérique. Cela signifie que vous aurez des photos d’une qualité optimum et, surtout, que votre photographe va passer du temps sur vos clichés afin d’en tirer le meilleur résultat possible.

Si votre photographe vous répond qu’il ne travaille pas en RAW, cela n’a rien de disqualifiant, mais encore une fois, on peut l'interpréter comme un défaut de professionnalisme.

La question du tarif

Les tarifs proposés par les photographes varient énormément de l’un à l’autre. De manière générale, on suppose souvent que plus le photographe sera cher, plus il sera compétent, or ce n’est pas forcément lié.

Cependant, je vous invite à vous méfier des tarifs trop alléchants. En principe, pour un reportage photo mariage sur l’ensemble de la journée, il faut compter en moyenne autour de 1 000 €.

Cela peut paraître élevé dans l’absolu, mais c'est tout à fait justifié lorsque l’on prend en compte l’ensemble des paramètres nécessaire à des photographies de qualité...
  1. Le statut de votre photographe : s’il est auto-entrepreneur, il reverse 27% de ses gains à l’État. Quand il vous facture 1 000 €, il n’en touche en réalité que 730. S’il est en profession libérale ou micro-entreprise, ses charges et impôts peuvent monter jusqu’à 50 %.
  2. Son matériel : un boitier professionnel neuf vaut entre 2 000 et 6 000 €. Un objectif à grande ouverture coûte entre 1 000 et 2 000 €. Un flash de qualité vaut 300 € environ. Si votre photographe est équipé pour parer aux situations citées plus haut, il aura investi au minimum 5 000 € de matériel. À cela se rajoutent le matériel informatique et les licences des logiciels dédiés.
  3. Le temps passé au traitement des photos. Sur un reportage mariage d’une journée, il n’est pas rare d’avoir un minimum de 500 photos à développer. Cela demande du temps, de quelques secondes pour certaines à plusieurs minutes pour d’autres, soit des dizaines d’heures au final.
Si vous n’êtes toujours convaincu de la justification de tels tarifs, je vous invite à visionner la vidéo de Blaise Fiedler, photographe de mariage de renom, qui explique le travail en amont que représente un reportage mariage.



À la lumière de ces éléments, vous comprendrez qu’un photographe qui vous demande 300 € pour votre mariage est soit un philanthrope... soit un FAUXtographe !

Le membre de la famille / l’ami photographe

Je pense que tout photographe professionnel a déjà entendu cette phrase lorsqu’il démarchait des futurs époux : "Non, merci, j’ai un cousin (/ frère / oncle / ami…) qui est photographe..."

Bien entendu, c’est possible d’avoir un photographe professionnel dans sa famille. Par exemple, mon frère s’est marié l’an dernier et a sûrement dû dire : "Non, merci, j’ai un frère qui est photographe..." Donc si ci c’est le cas pour vous, évidement, n’allez pas vous offrir les services d’un confrère à 3 000 € (en plus, vous aller vexer votre frère).

Cependant, si "J’ai un cousin (/ frère / oncle / ami…) qui est photographe" signifie en vérité "J’ai un cousin (/ frère / oncle / ami…) qui a un appareil photo...", pensez peut-être à vérifier les points cités dans cet article afin d’être conscients du niveau de qualité auquel vous pourrez vous attendre. En effet, ce n’est pas parce qu’on sait changer une ampoule qu’on est électricien…

Faites connaissance !

Il y a cependant un certain nombre de choses à prendre en compte dans la balance, outre ces éléments techniques. Assurez-vous d’avoir un bon feeling avec votre photographe : rencontrez-le en amont, vérifiez que vous êtes à l’aise avec lui. Consultez son travail (demandez à voir son site, book, etc.) et vérifiez que cela vous "parle", que c’est bien ce type de photo que vous voulez.

Enfin, mettez-vous bien d’accord sur les termes de votre contrat : temps passé avec vous, nombre de photos, type de livraison des photos (tirages, livre, DVD), copyrights…

> Le site d'Olivier Fréchard, photographe à Strasbourg


Voir aussi :
> La photo de mariage : conseils aux invités amateurs, par Pascale Brites
> La photo de mariage : gérer les invités photographes ! par Olivier Fréchard
> La photo de mariage, par David Lefèvre
> ISPWP - Les meilleures photos de mariage 2015 catégorie humour
> ISPWP - Les meilleures photos de mariage 2014 !

> Tous nos tutoriels
> Toute l'actualité (articles)
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation