Prise en main

Le moins qu'on puisse dire est que l'AC90 est rapide à adopter tant pour un professionnel que pour un amateur qui veut monter en gamme. Le professionnel retrouvera les prises et fonctions habituelles des caméscopes Panasonic comme les boutons de réglage des canaux audio, la commande de zoom progressive, ou les bagues d'objectif dédiés à l'iris, au zoom et au focus. L'amateur, lui, se plongera très vite dans le bain grâce à la sobriété du boitier. L'allumage s'effectue avec un simple interrupteur et l'enregistrement avec un bouton rouge apparent et reporté sur la poignée de transport. L'interrupteur iA/MANU lui facilitera aussi la vie en permettant de choisir le mode Manuel ou le mode "tout automatique". Le professionnel appréciera tout autant la présence d'un mode Zebra pour localiser les zones de surexposition, la personnalisation des boutons ou le réglage du diaphragme (f/1,5-f/2,8) et du gain (0-30dB) par palier, ou du calibrage du blanc. Enfin, un interrupteur permet de commuter rapidement en mode Lecture/Caméra.
Les boutons de réglages feront l'affaire du pro comme de l'amateur comme le bouton iA/MANU et QuickStart.

Le boitier mesure 27,5 cm de long du pare-soleil (énorme) jusqu'à la batterie ce qui représente une taille assez "pro" pour un caméscope de poing. Vous serez donc tout à fait crédible si vous l'utilisez sur un tournage institutionnel ou une vidéo de mariage.

Un bémol tout de même : le logement de la batterie abrite aussi la fiche pour le cordon secteur. Du coup, il est impossible de brancher la caméra sur secteur et d'utiliser le chargeur de batterie en même temps.
Le cordon secteur se branche dans le logement de la batterie ce qui empêche de recharger la batterie elle-même.

Notez aussi que Panasonic a séparé les sélecteurs de source audio MIC/LINE des sélecteurs de canaux et des molettes de volume. En général ces commandes sont regroupées au même endroit.

Le logement de l'écran LCD est en revanche très appréciable dans la poignée, car il est situé à l'avant et permet de filmer sans viseur en calant le boitier sur l'épaule.

La coque est en plastique intégral avec le flanc droit grainé pour la prise au poignet. Du plastique partout certes, mais l'ensemble est plutôt solide, car tout est moulé dans un seul bloc. Le bloc de connexions XLR est par exemple moulé avec la poignée.

La commande de zoom est un régal. Le bouton est massif (pour les gros doigts) et réactif à la pression. On peut ainsi faire un travelling optique en douceur ou rapide avec une bonne fluidité.

Un bouton d’aide à la mise au point indique quand le sujet est correctement focalisé, en surlignant les bords du sujet en rouge (Focus in Red) sur l’écran. La fonction Push AF peut être associée à un bouton personnalisé et, d’une simple pression, active la mise au point automatique lorsque l’appareil est en mode manuel. C’est une
aide à la mise au point précieuse lorsque l’on est en mode manuel.
L'écran LCD tactile tourne sur lui-même pour se loger dans la poignée.

L'ergonomie de l'AC90 reprend en fait celle du Panasonic Z10000 qui filme en relief. Cette vidéo vous donne un aperçu de l'utilisation du boitier qui est identique sauf qu'il possède 2 lentilles : http://vimeo.com/32135863#

Qualité d'image

L'AC90 témoigne d'une excellente qualité d'image générale. La surface des capteurs est assez réduite (1/4 de pouce), mais elle est rétroéclairée.

Commençons par la sensibilité. Nous avons testé l'ouverture de l'iris dans une pièce uniquement éclairée par une bougie en commençant à f/10 et en montant progressivement tous les paliers jusqu'à f/1,5. Puis nous avons monté le gain jusqu'à 30 dB. Résultat : l'image reste très propre en basse lumière et le bruit n'apparait vraiment qu'en poussant abusivement le gain.

Ouvert à f/1,8 et sans gain.
Ouvert à f/10 sans gain. Ouvert à f/1,8 avec gain de 30 dB (maximum).

Concernant la colorimétrie, la dynamique n'est pas mauvaise même si les caméscopes Panasonic ont tendance à surexposer un peu l'image. Bien qu'il ne possède pas de filtres ND, l'AC90 parvient à rendre un ciel bleu et des couleurs assez naturelles. Il ne faut toutefois pas se fier au viseur, mais plutôt à l'écran LCD pour se faire une idée du rendu final.
Le ciel bleu affiche une certaine pâleur, mais le résultat n'est pas si mal en l'absence de filtres ND.

Les images accusent un manque de nuance et de contraste sur les couleurs ce qui est un peu dommage pour un caméscope TriMOS. On obtient néanmoins un très bon piqué.
Des fleurs filmées en macro.

L'AC90 bénéficie également d'une optique très polyvalente avec un grand-angle de 29,8 mm en 24x36 et un zoom 12x. Le stabilisateur d'image Hybrid+ (optique et numérique) est assez efficace même si les modèles Sony font aujourd'hui bien mieux.

En grand-angle. En zoom maximum.

Bien sûr, certains zooms vont beaucoup plus loin comme le Canon X20 dont le zoom grimpe à 20x, mais gardez à l'esprit qu'un zoom 12x ou même 10x offre déjà un bon grossissement pour filmer une conférence par exemple.

L'enregistrement des fichiers

L'AC90 est un caméscope AVCHD filmant sur deux cartes SD consécutivement (Switch Recording) ou simultanément (Back-Up Recording). Lorsque l'enregistrement fonctionne en Switch Recording, la piste audio se
trouve interrompue pendant environ 0,8 seconde lors du passage d'une carte à l'autre. Vous aurez donc une légère coupure en plein clip ce qui n'est pas anodin si vous filmez une conférence avec une seule caméra. Par ailleurs, les fonctions de vérification de l’enregistrement et de suppression du dernier enregistrement ne sont
pas disponibles en mode Back-Up Recording.

D'autres fonctions avancées sont disponibles :

- Interval Rec: enregistre une image à la fois, à des intervalles prédéterminés (1 s., 10 s., 30 s., 1 min., 2 min.). Pratique pour l’observation, la surveillance, la production d’animations et d’autres applications.
- Pre Rec : permet de ne manquer aucune occasion en enregistrant les 3 dernières secondes captées par le caméscope avant que l’utilisateur n’appuie sur le bouton d’enregistrement.
- Rec Check : permet de vérifier la fin de l’enregistrement le plus récent, d’une simple pression.
- Last Clip Delete : suppression, d’une simple pression, du dernier enregistrement effectué.

Enfin, un mode Photo est disponible pour capter des images fixes jusqu’à 3 mégapixels. Ces images fixes peuvent également être capturées au cours de l’enregistrement vidéo.

Le montage

L'édition des clips vidéo ne pose aucun problème, car il s'agit de fichiers .MTS du format AVCHD qui est aujourd'hui répandu et pris en charge par toutes les solutions de montage professionnelles et grand public. Les possesseurs d'ordinateur un peu anciens (antérieurs à 2009) auront néanmoins des difficultés pour monter les clips en AVCHD dont le décodage est très gourmand en ressource processeur (lire notre article). Signalons également que certains logiciels acceptent mieux l'AVCHD que d'autres. Ainsi, Final Cut Pro effectue d'abord un transcodage des fichiers MTS avant de commencer le montage quand Vegas Pro 12 accepte sans sourciller les clips en natif dans sa timeline.

Pour terminer, voici une vidéo que nous avons filmée avec le Panasonic AG-AC90 en 1920x1080/50p.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation