Nouvel écran

Le Pen E-P5 délaisse l'écran Oled apparu sur le E-P3 au profit d'un LCD plus classique affichant 1 037 000 points. La définition est donc en 720*480 pixels. L'écran utilise sans doute une dalle Samsung AS-IPS (identification par les sous-pixels) qui offre des angles de vision très larges. En outre, celui-ci est monté sur une double rotule qui permet une orientation sur -50/+80°. Vous pourrez donc aisément photographier au-dessus d'une foule ou au ras du sol sans la moindre contorsion.

La dalle du Pen E-P5 en mode supermacro (sous-pixels).

L'affiche est fluide dans la plupart des situations et même dans la pénombre, l'affichage reste convaincant. Les mesures sous la sonde sont correctres. Les hautes lumières ont tendance à vite griller et la température des couleurs est un peu froide, mais globalement, l'écran est dans une bonne moyenne.

De gauche à droite : gamme, température des couleurs et Delta E94.

L'écran permet d'afficher une foule d'information. Vous pouvez également afficher des grilles de compositions, un niveau électronique sur 2 axes.

Viseur électronique

Olympus Pen E-P5 test review viseur électronique

Le Pen E-P5 est par défaut dépourvu de viseur électronique ou optique. Toutefois, il est possible d'équiper le compact d'un viseur optionnel VF-4 (400 euros environ), le meilleur de sa catégorie actuellement. En effet, il offre un grossissement de 1,48x soit 0,74x en équivalent 24x36. A titre de comparaison, les viseurs des reflex pro comme le D4 de Nikon ou le 1D X ont un grossissement respectif de 0,7x et de 0,76x. L'image est donc spacieuse et la visée confortable. La définition est de 2 360 000 points, le record actuel pour un viseur électronique de cette catégorie. Avec une telle définition, les images s'affichent en 1024x780 pixels (dalle LCD RVB). Seul bémol : le dégagement oculaire un peu court pour les porteurs de lunettes qui auront un peu de mal à embrasser la scène entièrement.

Autofocus

Pas d'évolution au niveau de l'autofocus et le Pen E-P5 conserve un système par détection de contraste. Olympus utilise un système baptisée pour l'occasion FAST pour Frequency Acceleration Sensor Technology identique à celui présent dans l'OM-D E-M5. Ce système permet une analyse du contraste sur 240 vps (240 Hz) en mode C-AF. Une fréquence doublée par rapport aux autres modes qui effectuent une analyse sur 120 Hz. Pour bénéficier de telles cadences, la définition de l'image est amoindrie; c'est pourquoi ce mode est réservé à la mise au point continu et au suivi de sujet. Pour la mise au point simple, le système analyse le contraste avec un balayage à 120 Hz plus précis. Vous pourrez d'ailleurs noter un petit changement de précision de visée lorsque vous passez d'un mode S-AF au mode C-AF.

En outre et à l'instar des reflex, l'E-M5 dispose désormais d'une analyse prédictive pour la mise au point. Avec la reconnaissance des visages, la détection des formes et des couleurs, les algorithmes seraient capables d'évaluer la trajectoire d'un sujet pour mieux «caler» la mise au point. Une Led d'assistance est également présente pour épauler le système AF quand la lumière vient à manquer.

Malgré une mise au point par détection de contraste qui pourrait s'effectuer sur l'ensemble de capteur principal, l'OM-D E-M5 conserver une griller de 35 zones AF. Sur l'écran tactile permet de déterminer au doigt la zone de mise au point où bon vous semble (la bordure de l'écran n'est pas prise en compte) et vous pouvez régler facilement la taille de la zone AF. La reconnaissance des visages n'est pas oubliée, puisque le compact est capable de détecter jusqu'à 8 visages différents. Le compact dispose également d'une lampe d'assistance (rouge) pour éclairer la scène dans la pénombre.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation