Un feu d'artifice est un sujet particulièrement délicat à photographier. Il combine faibles conditions lumineuses, sujet en mouvement et très hauts contrastes. Focales, réglages, exposition, voici tous nos conseils pour réussir vos clichés !

Tutoriel - Comment photographier un feu d'artifice ?

Avant le grand soir

Un feu d'artifice a le grand avantage d'être tiré depuis un endroit fixe, bien défini à l'avance. Il est toujours judicieux d'aller faire un tour sur place avant, de jour, afin de repérer les lieux. Où le feu sera-t-il tiré ? Quel endroit offre la meilleure vue sur le spectacle ? Peut-être qu'en se positionnant d'une certaine manière, on peut inclure quelques éléments intéressants dans le champ (monuments, éléments de paysage, plan d'eau, etc.).

Certains feux sont tirés depuis de vieilles villes, ou à proximité de châteaux. Avoir ces monuments dans le champ renforcera l'image. De même, certains sont tirés sur des plans d'eau (mer, rivière ou lac). On pourra alors positionner son appareil de manière à avoir le feu... et ses reflets.

Enfin, il importe de savoir à peu près à quelle altitude s'élèveront les bombes les plus hautes et les plus puissantes. Vous pourrez en fonction choisir la bonne focale, et le bon endroit où vous positionner. Car face à un feu d'artifice, le plus important est d'avoir un bon cadre tout de suite. Quand le spectacle commence, il est souvent quasi impossible de bouger. Une préparation minutieuse évitera les approximations le soir du tir.

Le matériel

Le feu d'artifice nécessite deux accessoires indispensables : un bon trépied, et un déclencheur à distance, filaire ou non.
Les deux sont absolument nécessaires. On déclenchera souvent à des tempos variés. On devra avoir un boîtier parfaitement stable et disponible sur l'instant : il est impensable de presser le déclencheur du boîtier au début de chaque séquence de tir, ce serait le flou assuré. Et en principe, une fois qu'on est certain que le cadre est bon, on ne bougera plus le trépied ni le boîtier jusqu'à la fin du spectacle.

Tutoriel - Comment photographier un feu d'artifice ?

En ce qui concerne l'optique, tout dépendra de la distance du spectacle. Le repérage préalable que nous vous recommandions vous sera d'une grande aide pour choisir le bon objectif. Mais si vous ne pouvez pas faire cette reconnaissance, le plus prudent est de vous munir d'un bon zoom grand-angle (17-55 mm / 16-35 mm, etc.) Il est également préférable que le zoom débute sa plage en très grand-angle. On est parfois surpris de la hauteur et de l'amplitude de certains tirs, et encore une fois, à peine le spectacle démarré, il sera impossible de bouger. Au mieux, vous pourrez rectifier un peu le cadre en jouant rapidement sur le niveau de zoom ou sur le positionnement du trépied, guère plus. Si vous partez avec un 35 mm et que tous les tirs sortent du champ, c'est fichu !

L'image ci-dessous illustre bien ce cas de figure. À 24 mm, toutes les séquences étaient dans le cadre... sauf un enchaînement de très grosses bombes tirées bien plus haut que les autres, et copieusement décapitées à la photo. Un recadrage en urgence s'impose.

Tutoriel - Comment photographier un feu d'artifice ?

En action

Paramétrage du boîtier. On est au grand-angle et les tirs sont relativement lointains : on passe en manuel et on règle sur l'infini. 100 à 400 ISO, pas plus. L'ouverture servira aussi bien à limiter une éventuelle surexposition qu'à assurer la profondeur de champ. Fermer un peu est une bonne idée. f/5,6, f/8, f/11... Il faudra un peu tâtonner au départ, durant les premières secondes du spectacle, pour trouver le bon dosage sensibilité-ouverture. Certains tirs sont très lumineux, attention donc à la surexposition.

Comme pour la plupart des photos de nuit à exposition plus ou moins longue, il est préférable de mettre le boîtier en mode manuel. De même, puisqu'on sera a priori loin de l'explosion et au grand-angle, on gagnera en simplicité en passant l'optique en mise au point manuelle et en la verrouillant dès le départ sur l'infini. On sera juste à tous les coups, et on évitera au boîtier de patauger en tentant une mise au point toujours très délicate de nuit.

Pour notre feu d'artifice de l'an dernier, nous étions en mode manuel, sans AF, au 24 mm (sans AF non plus), à 100 ISO et f/8. Toutes les images de cette page sont prises sur cette base. La seule différence de l'une à l'autre : le temps d'exposition.

Tutoriel - Comment photographier un feu d'artifice ?

La principale difficulté

La grande difficulté de l'exercice est évidemment de bien savoir quand on va arrêter d'exposer

 

Rapidement, on se rend compte que c'est même la seule difficulté réelle pour photographier un feu d'artifice. Étant donné qu'on ne connaît pas à l'avance le timing précis de chaque tir, il est impossible de régler le temps d'exposition de manière fixe. Une seule solution pour isoler les séquences : le mode Bulb.

Le principe est simple : on appuie sur le déclencheur, on laisse exposer, puis on referme tout en ôtant le doigt du déclencheur. C'est pratique. Toute la subtilité consistera à bien doser le mode Bulb et à l'ajuster à chaque séquence de tir. Tout est dans le dosage. Au début, on arrête trop tôt ou trop tard, puis, très vite, on se familiarise avec le rythme des artificiers et on arrive à bien s'ajuster à leurs séquences.

Tutoriel - Comment photographier un feu d'artifice ?

En règle générale, on ajustera le temps d'exposition à l'intensité lumineuse perçue. C'est un peu complexe au départ. Mais en gros, plus il y a d'explosions, moins on exposera longtemps. Le genre de séquence de l'image ci-dessus ne nécessite qu'entre 2 et 5 secondes d'exposition. Pas plus.

Mais l'exercice est souvent délicat. Une série de bombes plus lumineuses que les autres, une durée d'exposition mal jugée, et l'image est surexposée. L'image ci-dessus a été exposée pendant un peu moins de 6 secondes "seulement" : l'explosion est complètement surexposée, et irrécupérable.

Tutoriel - Comment photographier un feu d'artifice ? Eviter les surexpositions

À l'inverse, lorsque le spectacle est fait de tirs individuels de grosses bombes, il faut exposer plus longtemps. En général, on appuiera sur le déclencheur dès le départ du tir (facile à identifier à l'oreille) et on ne relâchera que lorsque l'explosion sera finie. Cela prend entre 5 et 8 secondes en moyenne. Et comme il y a peu de risque de surexposition (moins d'intensité lumineuse), on pourra tenter de cumuler sur une photo deux tirs de bombes "simples". L'image ci-dessous combine deux tirs consécutifs, pour une exposition légèrement supérieure à 15 secondes.

Tutoriel - Comment photographier un feu d'artifice ?

Enfin, certains photographient les feux d'artifice en mode Live View. Pourquoi pas... Mais ce n'est pas toujours très judicieux. Le Live View demande un peu plus de temps entre les séquences d'écriture. Cela vous amènera très vite à rater certains enchaînements dans le ciel : dommage. De plus, ce mode tire beaucoup sur la batterie et, si le spectacle est long, vous risquez de la décharger avant le final. Le mode Live View peut donc être utile en tout début de spectacle, pour s'assurer que le cadrage est bon et que le couple sensibilité-diaphragme est juste. Une fois que c'est vérifié, mieux vaut s'en passer, se concentrer sur le ciel et photographier sans regarder son boîtier.

En résumé

- Faire un brin de repérage pour déterminer où on se placera, et quelle focale utiliser ;
- privilégier les zooms grand-angles de type 16-35 mm ;
- se munir d'un trépied et d'un déclencheur à distance (filaire ou non) : indispensables ;
- régler le boîtier en mode manuel / 100 ISO / optique sur l'infini / diaph entre f/5,6 et f/11 ;
- déclenchement en mode Bulb : court pour les séquences de plusieurs bombes, plus long pour les bombes seules.

Lire également :
> La photo de nuit
> Tous nos tutoriels photo
> Toutes nos astuces photo

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation