Jusque là, la prise en main de notre 70-200 mm F4 nous a donné entière satisfaction. Et sans grande surprise, la question à laquelle chacun aura pensé avant de passer par la case achat aura été celle de l'ouverture. Doit-on dépenser 1 000€ de plus pour un stop en plus ? Le fait de limiter l'ouverture de ce nouveau 70-200 à F4 est-il un handicap ? Dans la plupart des situations, absolument pas. 
Et elle l'est d'autant moins que l'optique est absolument parfaite dès la pleine ouverture. Pour ceux qui rechignent un peu devant le f/4, ceci devrait être un soulagement. A pleine ouverture le piqué est excellent, le rendu très joli, et le champ est bien homogène. L'optique délivre des clichés excellents, piqués, contrastés, souffrant de très peu de défauts.

Mais avant d'en arriver là, une petite parenthèse à la première personne. L'exemplaire de test terrain est un modèle acheté. Et l'achat a été longtemps retardé à cause d'un trop grand nombre d'optiques Nikon nécessitant un micro ajustement de l'AF. Et pas seulement sur des entrées de gamme. Un 50mm f/1.4 ajusté à -14 et pire, un 24 mm f/1.4G ajusté à -17 (sur une échelle allant jusqu'à -20)... on ne peut pas dire que cela incite à la confiance aveugle. D'autant plus que le menu d'ajustement Nikon convient bien à une focale fixe... mais semble préhistorique face à un zoom mal calibré. En la matière Nikon ferait bien de s'inspirer de ce que propose Canon ! Et fort heureusement, l'optique achetée a un focus parfait... aucun ajustement n'a été nécessaire. Ouf ! Espérons que ce ne soit pas qu'un coup de chance, et que tous les 70-200 mm F4 soient réglés avec autant de soin.



Bokeh

Ce 70-200 est capable de produire un bokeh vraiment emballant. Certes, sur les moyennes focales la pleine ouverture est à des années lumière du rendu des meilleures focale fixes. Un 85 mm f/1.4 aurait eu un rendu bien plus intéressant sur ce genre de scène (photographiée à 82 mm f/4):


(82mm - F/4 - ISO 200 - 1/800s)

En ouvrant plus on aurait pu isoler un peu mieux le sujet tout en ajoutant un peu de vignettage (hé oui, certains aiment ça !)... certes. 

Mais si on serre un peu les plans, on arrive à des arrière plan très doux. Les aberrations sont bien sphériques, et assez jolies... 

(125mm  - f/4 - ISO 200 - 1/50s)

(200mm  - f/4 - ISO 200 - 1/1250s)


(135mm  - f/4 - ISO 200 - 1/800s)


(200 mm - F/4 - ISO 100 - 1/60s)

On arrive facilement à isoler un sujet, le tout avec des rendus très vifs, des couleurs très agréables:


(190 mm - f/4 - ISO 100 - 1/60s)

Et on joue assez facilement sur les profondeurs de champ, créant des décalages entre les plans: 


(185 mm - f/4 - ISO 200 - 1/800s)

Piqué

Là encore cette optique étonne. Le moins qu'on puisse dire est qu'elle en a sous le pied. Les capteurs 36 Mpix des D800 ne lui font absolument pas peur et le niveau de texture rendu est vraiment excellent. Cerise sur le gâteau, le piqué est là dès la pleine ouverture et n'est perturbé par la diffraction qu'au delà de f/11, sans surprise.

 (98 mm - f/5.6 - ISO 100 - 1/125s)



 

Vignettage

L'optique vignette un peu, comme tous les objectifs. Plus on zoom à grande ouverture, plus la perte de luminosité dans les coins se marque. Mais n'oublions pas que le vignettage est très facile à corriger au développement... et que certains en rajoutent au développement, ne serait-ce que pour fermer un peu un cliché. Le vignettage, lorsqu'il est bien géré comme sur ce 70-200 mm est donc un "faux" défaut. 


(200 mm - f/4 - ISO 200 - 1/320s)

Aberrations chromatiques

Le 70-200 mm f/4 produit très peu d'aberrations chromatiques. Il faut vraiment zoomer dans l'image pour les voir... et elles sont aussi discrètes que faciles à gommer au développement. 
Sur l'image ci-dessous il faut aller les chercher autour des hublots et des marquages, en zoomant à 100%. 

(200 mm - f/5.6 - ISO 100 - 1/1250s)



 

Homogénéité 

Et pour couronner le tout, le nouveau 70-200 a une homogénéité vraiment excellente. On perd très peu en définition entre le centre et les bords, même à pleine ouverture. L'image ci-dessous a été faite à 200 mm et F/4. 


(200 mm - f/4 - ISO 100 - 1/3200s)

Deux portes de l'avion sont dans le champ: une quasiment au centre de l'image, l'autre sur le bord. Ces deux portes portent les mêmes marquages. Zoomons:

porte arrière (sur le bord de l'image) porte avant (au centre de l'image)

Difficile de voir une différence tangible entre le niveau de détail des deux portes... L'homogénéité semble donc au rendez-vous. Et ce, là encore, dès la pleine ouverture. Encore un bon point !

Distorsion

Attention toutefois, si l'optique se comporte généralement très bien, un peu de distorsion apparaît par moment: 


(200 mm - f/4 - ISO 100 - 1/80s)

Les immeubles ne sont pas toujours droits... un peu de déformation en barillet à moins de 105 mm et en coussinet au delà, qui demandera une petite correction au développement. 

Très belle optique... que l'on aurait parfois adoré voir un poil plus rapide

Alors au bout du compte, l'ouverture à f/4 passe bien. Mais tout de même... il y aura immanquablement des moments où on donnerait cher pour pouvoir ouvrir encore un peu, juste un petit stop en plus. 


(200 mm - f/4 - ISO 800 - 1/200s - expo -0.3)

1/200s avec une compensation d'expo à -0,3... ce n'est pas suffisant pour figer un mouvement, ce n'est pas assez pour avoir une photo nette. Certes on aurait pu passer de 800 ISO à 1600, voire 3200. Mais si dans cet exemple précis la chose est vraie, elle ne le sera pas toujours. Et on n'aura pas toujours autant de marge. A 1600 ISO on a encore une belle image. Pas toujours à 3200.
Et outre le bruit, il ne faut pas perdre de vue que sur les boîtiers actuels, doubler la sensibilité ISO fait (en général) perdre 1 EV de dynamique. Ce qui est également autant de latitude en moins offerte à la retouche. L'image ci-dessus sort d'un D700. A 800 ISO d'après les données DXO, on a une dynamique de 11.49 EV. A 1600 elle passerait à 10.51EV, et à 9,44 EV à 3200 ISO. Ouvrir un peu plus est donc souvent préférable à la montée en ISO... même sur un boîtier récent.

Alors, non, dans 99% des cas de figure une ouverture de F4 n'est pas problématique. Mais il y aura toujours l'exception, la situation qui nécessiterait un peu de vitesse en plus pour nous faire mentir. Reste à savoir si ce stop de plus, facturé 1000€ tout de même chez Nikon, saura se justifier dans votre usage à vous. Si vous êtes un "amateur éclairé"... vraisemblablement pas. Si vous êtes un professionnel, vous ne pourrez peut-être pas vous permettre de risquer des ratés pour un stop en moins.
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation