Carle Zeiss Distagon 35 mm f/1,4

La guerre des 35 mm, la focale idéale pour les amoureux du reportage et des paysages est féroce. Canon et Sigma ont récemment mis sur le marché deux nouveaux modèles. Le premier, le Canon, ouvrant à f/2 et équipé d'une stabilisation optique couplée à une motorisation USM et le second, le Sigma, ouvrant à f/1,4 et associé à une motorisation HSM. Le modèle Carl Zeiss ne dispose ni d'autofocus ni de stabilisation. Il part donc avec un sérieux handicap à l'heure ou les derniers reflex disposent de systèmes autofocus ultras performants. Quoi qu'il en soit si on choisit un Carl Zeiss, on sait à quoi s'attendre !

La qualité de construction est vraiment exceptionnelle. Il est rare de voir des objectifs 100% métal. Le 35 mm est fait pour durer et vous suivra pendant de nombreuses années. Le contrecoup, c'est bien entendu, le poids. Avec plus de 800 grammes nu, c'est des 35 mm les plus lourds que nous ayons testés jusqu'à présent. Sans autofocus, il est primordial que la bague de mise au point soit parfaite. Celle du 35 mm Zeiss l'est presque, il lui manque simplement un tout petit peu de souplesse.

Sur le terrain, ce 35 mm s'avère assez confortable à utiliser. La visée est exceptionnelle grâce à son ouverture ultra lumineuse de f/1,4. La mise au point doit être précise et demande un certain temps d'adaptation. Oubliez la photo sur le vif. L'absence de stabilisation optique se fait oublier par la très grande luminosité de l'optique associée à de hautes sensibilités ISO dans les faibles conditions lumineuses. Mais une fois encore dans la pénombre et à f/1,4, accrochez-vous pour faire la mise au point avec précision. Vous devrez plus vous fier au témoin de mise au point de l'appareil, notamment si le viseur est petit.

Question qualité optique, ce 35 mm est globalement assez bon. On apprécie les relatives faibles distorsions et l'absence d'aberrations chromatiques. Le piqué à f/1,4 est un peu décevant. Il est beaucoup moins homogène que celui du Sigma par exemple. Par contre dès que l'on ferme un peu, à partir de f/2,8, les images sont nettes, très définies sur l'ensemble du cadre : un très bon point. La sensation de netteté est supérieure aux nouveaux Canon et Sigma. Cela pose toutefois un problème : acheter une optique f/1,4 pour l'utiliser à f/2 ou f/2,8 est assez paradoxale.

Au final, ce 35 mm est une bonne alternative pour les gens qui souhaitent investir dans du matériel pérenne, presque 100 % mécanique et qui peuvent se passer d'autofocus. Le 35 mm Carl Zeiss répond à ces critères, mais son prix de plus de 1500 euros risque de lui faire perdre la bataille face au tout récent Sigma, excellent lui aussi et équipé d'une motorisation AF ultrasonique HSM que l'on trouve à moins de 1000 euros ou le Canon, moins lumineux, mais beaucoup plus compact et équipé d'une stabilisation optique qui se trouve aux alentours des 800 euros.

Points forts

Points faibles

Qualité de construction et solidité

Poids et encombrement

Design et discrétion

Pas d'autofocus

Confort d'utilisation (bague de mise au point)

Pas de stabilisation optique

Abscence d'aberations chromatiques

Vignetage visiblen aux grandes ouvertures

Faibles distorsions

Qualité du piqué dès f/2,8

Manque d'homogénéité du piqué aux grandes ouvertures

 

Beauté du bokeh

 


 Canon EF 35 mm f/2 USM IS  Sigma 35 mm f/1,4 DG HSM  Nikon AF-S 35 mm f/1,4 G
 Canon EF 35 mm f/2 USM IS  Sigma 35 mm f/1,4 DG HSM  Nikon AF-S 35 mm f/1,4 G
Canon EF 35 mm f/1,4 L    

Canon EF 35 mm f/1,4 L
 
   
   

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation