Profondeur de champ, modelé, gestion du bruit électronique...un grand capteur est souvent avantageux  pour la qualité et l'esthétisme des images. Pour le Coolpix A, Nikon a reconduit l'imageur APS-C 16 Mpx. Sa provenance n'est pas confirmée, mais il est probable qu'il s'agisse d'un modèle similaire à celui que nous avons déjà rencontré dans certains reflex (D7000...).

Pour notre test, nous reprenons le protocole habituel : la scène est éclairée sous 200 lux, le Coolpix A positionné en mode M avec le couple 1/4 s et f/5,6 pour une valeur ISO de 100. Nous faisons ensuite varier la sensibilité ISO ainsi que la vitesse d'obturation. Les images sont visibles à 100% et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (.NEF) qui devraient logiquement s'ouvrir avec de nombreux logiciels de développement.

Pour l'observation de la qualité des images en format 30x45 cm, nous réalisons un tirage chez notre partenaire Pixum. Cela nous permet de comparer facilement les appareils à la plus basse sensibilité et à 6400 ISO.


Dans les basses sensibilités (100-400 ISO), l'image est très propre : le piqué est bon et l'optique relativement homogène (le coin haut gauche est un peu faible). L'absence de filtre passe-bas renforce l'impression de netteté, mais on note du moirage sur certaines zones de notre scène de test notamment au niveau du livre ou des composants.

Nikon Coolpix A moirage exemple

Sur cette plage de sensibilités, le moutonnement n'est pratiquement pas visible et il faut pousser le compact à 1600 ISO pour noter les premiers signes un peu plus évidents de bruit électronique : moutonnement dans les aplats noirs, léger lissage des fins détails. La granulation est nettement plus visible à 3200 ISO et surtout à 6400 ISO. Pour cette dernière sensibilité, le grain reste assez fin et peu coloré, mais il dilue les fins détails des images. Le Coolpix A reste facilement exploitable sur toute la plage de sensibilité proposée. Les deux crans supérieurs Hi1 et Ui2 (12800 - 25600 ISO) sont plus complexes, le moutonnement envahissant l'image. Il reste peu coloré à 12800, mais vraiment peu esthétique à 25600 ISO (marbrures violettes, grain grossier). La définition du capteur permet toutefois d'espérer des tirages

Nikon Coolpix A : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Nikon Coolpix A : Réduction du bruit standard 1600-25600 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (100-200-400-800-1600-3200-6400-12800-25600 ISO)


Vous pouvez comparer les images du Nikon Coolpix A à celles du reflex D7000, mais également à celles du Fujifilm X100S qui dispose également d'un capteur 16 Mpx sans filtre passe-bas. Vous pouvez également confronter les clichés du A à ceux du Leica X2, le Sony RX100 ou le DP2 Merrill de Sigma.
Nikon D7000 : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Nikon D7000 : Réduction du bruit standard 1600-25600 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (100-200-400-800-1600-3200-6400-12800-25600 ISO)


Fujifilm X100S : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Fujifilm X100S : Réduction du bruit standard 1600-25600 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (200-400-800-1600-3200-6400 ISO)


Leica X2 : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Leica X2 : Réduction du bruit standard 1600-12500 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (100-200-400-800-1600-3200-6400-12500 ISO)


Sony RX100 : Réduction du bruit standard 80-400 ISO
Sony RX100 : Réduction du bruit standard 800-6400 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (80-100-200-400-800-1600-3200-6400 ISO)


Sigma DP2 Merrill : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Sigma DP2 Merrill : Réduction du bruit standard 1600-6400 ISO


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation