Fujifilm X100S conclusion : recommandé

Après deux années de bons et loyaux services, le X100 tire sa révérence pour laisser place au X100S (S pour Second edition). Le nouveau compact expert à objectif fixe de Fujifilm est une belle évolution sur certains points, mais nous attendions beaucoup plus de changements sur d'autres points. Le S marque donc une évolution intéressante, mais mesurée.

Ainsi, le boîtier n'évolue que par petites touches (certes importantes). Le correcteur d'exposition tourne moins facilement, la gâchette est mieux dessinée, les commandes AF ont été réorganisées et le bouton de validation est plus présent. D'autres points n'ont pas été améliorés et citons pêle-mêle : l'absence de détrompeur pour la batterie, le logement carte accessible par la semelle, le revêtement trop glissant, la poignée à peine marquée, les filtres ND automatiques, les connectiques anciennes et peu nombreuses, l'écran toujours scotché à 460 000 points ni tactile ni orientable, l'absence de GPS, Wi-Fi...Nous aurions également apprécié l'apparition d'un système de stabilisation qu'il soit optique ou mécanique.

Fujifim s'est attelé à améliorer la qualité d'image en introduisant, de belle manière, le capteur APS-C 16 Mpx déjà présent dans le COI X-E1. La gestion du bruit électronique est superbe avec des photos exploitables jusqu'à 6400 ISO et si l'optique est un peu «molle» à pleine ouverture, elle produit de superbes images à f/2,8 et surtout à f/4. L'absence de filtre passe-bas et l'optimisation logicielle des images permettent d'obtenir un piqué remarquable et des images très détaillées. La dynamique du capteur est également très intéressante, notamment en Raw 14 bits. Les principaux logiciels de développement permettent de récupérer beaucoup d'informations à la fois dans les basses lumières et les zones claires. 

Ce capteur apporte également son lot d'innovations concernant la mise au point. En mode autofocus, les pixels dédiés à la corrélation de phase accélèrent la mise au point surtout en macro. Cependant, en basse lumière, l'appareil a parfois du mal à accrocher le sujet. En mise au point manuelle, le système d'image scindée (split image) permet d'apprécier au mieux la justesse du point. Ce capteur permet également au X100S d'accéder à la vidéo HDTV 1080 à 60/30 vps. Nous regrettons juste que ce mode vidéo soit beaucoup trop bridé (aucun réglage manuel pendant l'enregistrement) et que la mise au point soit encore aussi lente.

Le viseur hybride électronique / optique est toujours aussi efficace avec la possibilité de basculer d'un mode à l'autre très rapidement. C'est vraiment un élément différenciant qui pourra seul déclencher l'achat. Le viseur est plus précis, mais la dynamique est toujours aussi limitée et globalement, la visée électronique manque de clarté, surtout après avoir essayé la visée optique qui, elle, est très lumineuse.

Au final, le X100S est l'un des compacts experts les plus séduisants et il reçoit un recommandé. Un macaron que nous lui attribuons toutefois avec moins de spontanéité et d'enthousiasme que le X100 à l'époque.

Points forts

Points faibles

Qualité des images jusqu'à 6400 ISO : pratiquement aucun bruit n'est visible !

Pas de stabilisation optique ou mécanique

Bon piqué à f/2,8 qui devient excellent à f/4

Pas de tropicalisation du boîtier

Appareil très silencieux

Viseur électronique manquant de dynamique (les noirs sont trop denses et les hautes lumières brûlées)

Viseur hybride (optique et électronique) très pratique

L'autofocus n'arrive pas à accrocher le sujet en basse lumière. Autofocus assez lent en vidéo.

Bague de mise au point fluide et très précise

Pas de reconnaissance des visages ou de suivi de sujet en autofocus

Système de déphasage d'image (stigmomètre électronique) intéressant pour la mise au point manuelle (en plus du peaking)

Pas de passage automatique de l'autofocus de normal à macro selon la distance de mise au point.

Boîtier globalement réactif (mise sous tension, autofocus)

Cadre de visée précis à 90% dans le viseur optique

Distance de mise au point minimale passe de 80 à 50 cm

Mode vidéo peu qualitatif et limité : pas de 720p, pas de réglages manuels possible pendant l'enregistrement, pas de mode 24p, qualité juste honnête

Autofocus globalement satisfaisant en pleine lumière

Revêtement un peu trop glissant et poignée pas assez creusée

Mode rafale à 6 vps

Pas d'écran tactile et/ou orientable pour faciliter des cadrages originaux. L'affichage manque de fluidité en basse lumière.

Latence au déclenchement quasi nulle

Ecran LCD affichant seulement 460 000 points

Panoramique à main levée par balayage

Pas de connexions modernes : USB3, Wi-Fi, GPS

Synchro flash au 1/1000 s

Pas de détrompeur pour l'insertion de la batterie. Autonomie limitée à 250 vues.

Possibilité de déclencher très rapidement en travaillant à l'hyperfocale

Pas de mode auto pour les filtres ND en cas de nécessité et pas d'accès direct sur le boîtier

Quick Menu très bien pensé, notamment avec le basculeur cliquable

Emplacement de la carte SD sous la semelle du boîtier (peu pratique avec un trépied)

Molette de vitesse et bague de diaph pour les réglages manuels

Qualité des images en macro (10 cm) parfois décevante à pleine ouverture.


Face à la concurrence

Nikon Coolpix A test review  
Nikon Coolpix A
. récemment dévoilé par Nikon, le Coolpix A est la réponse de la marque jaune à Fujifilm : un compact doté d'un capteur APS-C de 16 Mpx et d'une focale fixe 28 mm f/2,8. Plus petit, le Coolpix A arbore un design plus sobre et moins singulier, en revanche, il tiendra plus facilement dans une poche que le X100S. 28 mm ou 35 mm ? Le choix n'est pas simple. L'un sera plus à l'aise pour le paysage, moins pour le portrait, et inversement. Côté capteur, le X100S domine son rival avec une gestion du bruit électronique plus fine. Le X100S dispose également d'une optique plus lumineuse et mieux optimisée. Le mode vidéo du Coolpix A est un peu plus intéressant, mais l'ergonomie (l'accès au mode vidéo par exemple) est mal aisée. Le X100S sort vainqueur en mode rafale avec 6 vps contre 4 chez Nikon. Côté viseur le X100S dispose d'un atout indéniable : le viseur hybride intégré, alors qu'il faut débourser plus de 300 euros pour un viseur optique sans information chez Nikon. Le A conserve toutefois une avance avec son écran LCD 920 000 points bien plus précis et fluide que celui de son adversaire.

Ricoh GR  
Ricoh GR
. Certes à l'heure de la rédaction de cet article, nous n'avons pas pu prendre le compact expert de Ricoh en mains, mais nous pouvons d'ores et déjà nous baser sur la fiche technique du boîtier pour le comparer au X100S. Le GR intègre un capteur APS-C 16 Mpx et une optique 28 mm f/2,8. Le débat est encore là entre 35 mm et 28 mm. A notre avis, un 35 mm est plus polyvalent, mais là, c'est une histoire de goût, et, pour tenter de calmer les débats, le GR propose un mode «crop» à 35 mm. Contrairement au X100S, il ne dispose pas de viseur intégré (il faudra bourse délier pour un modèle optique). Le X100S devrait offrir une meilleure gestion du bruit électronique, mais n'ayant pas testé le produit, il est difficile de trancher sur ce point. Nous resterons prudents également sur la qualité optique et la réactivité de l'autofocus. Question ergonomie, le GR qui hérite des précédents modèles devrait logiquement s'imposer comme un modèle du genre. Rendez-vous dans quelques semaines pour une confrontation au sommet.

Fujifilm X100 test review  
Fujifilm X100
. L'un des principaux concurrents du X100S reste bien sûr le X100. Celui-ci est encore disponible à la vente et se négocie actuellement autour 800 euros soit pratiquement 400 euros de moins que son petit frère. La différence est-elle justifiée ? L'essentiel du X100 (viseur hybride, optique f/2...) se retrouve dans le X100S. Certes la version S apporte quelques améliorations attendues comme la distance de mise au point plus courte, un viseur électronique mieux défini, une mise au point manuelle améliorée (bague de zooming, peaking, image divisée) et un autofocus nettement plus nerveux. Ce dernier point est sans doute le plus crucial. Mais le pari n'est pas totalement gagné, car les erreurs, notamment en basse lumière, sont encore fréquentes. Certains apprécieront également le mode rafale à 6 vps, le mode vidéo qui offre enfin le mode HDTV 1080p.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation