Le manque de réactivité (mise sous tension, autofocus) est sans doute la remarque la plus souvent émise par les utilisateurs de X100. Les ingénieurs ont travaillé sur le sujet avec notamment un système autofocus hybride annoncé comme plus performant.

Le X100S est beaucoup plus rapide que son prédécesseur pour la mise sous tension et il ne faudra patienter qu'une seconde et demie contre plus de 3 secondes avec le X100 avant de pouvoir déclencher. La latence (une fois la mise au point réalisée) est quasi nulle. Un excellent point.

Dans notre studio, l'autofocus s'est montré à peine plus rapide que le précédent modèle ! Dans la vraie vie, on sent que le X100S est un peu plus nerveux, notamment en basse lumière, mais nous sommes encore assez loin des chiffres avancés par Fujifilm et il y a encore parfois des ratés manifestes. Sur ce point et malgré les efforts de Fujifilm, le X100S est moins réactif que l'Olympus OM-D EM-5 par exemple. En mode macro, le gain est également appréciable.
Nous restons également étonnés de voir un effet de pompage typique de la détection de contraste, quelles que soient les conditions lumineuses ou la position du collimateur (centre ou bordure d'image). Au final, le gain est sensible, mais nous nous attendions à mieux, d'où une légère déception.

Côté rafale, le X100S tient ses promesses avec une cadence de 6 vps.

action temps
cadence commentaires
Mise sous tension
(temps nécessaire pour obtenir la première image sans mise au point)
1,5 s / bien
Latence au déclenchement  0,03 s / excellent
Temps entre 2 images
(JPeg)
1,1 s / moyen
Temps entre 2 images
(Raw + JPeg)
1,2 s s moyen
Autofocus lumière 0,45 s s  bien
Autofocus pénombre (3 lux)
avec lampe d'assistance
0,54 s s moyen
Autofocus en macro 0,7 s   bien
Rafale JPeg  / 6 i/s Bien. Conforme à la fiche technique. Sur 36 images en JPeg et 6 Raw.
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation