Le compact expert X100S de Fujifilm se dote d'un nouveau capteur. Nouveau pour le X100S, mais déjà connu de nos services, puisqu'il s'agit de l'imageur qui équipe déjà le compact à objectifs interchangeables X-E1 (testé). Les résultats, pour la gestion du bruit électronique, devraient en toute logique, être assez proche de ce que nous avions constaté lors de nos précédents essais. Il est toutefois intéressant de noter que ce capteur X-Trans est doté d'un filtre coloré singulier (différent de la classique matrice de Bayer) qui autorise le retrait du filtre passe-bas sans apparition de moirage. Outre une meilleure définition, les images du X100S devraient paraître un peu plus piquées.

Agencement RVB du filtre coloré X-Trans de Fujifilm
Matrice colorée Fujifilm X-Trans.

Pour notre test, nous reprenons le protocole habituel : la scène est éclairée sous 200 lux, le X20 positionné en mode M avec le couple 1/4 s et f/5,6 pour une valeur ISO de 100. Nous faisons ensuite varier la sensibilité ISO ainsi que la vitesse d'obturation. Les images sont visibles à 100% et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (RAF) qui devraient logiquement s'ouvrir avec de nombreux logiciels de développement.

Pour l'observation de la qualité des images en format 30x45 cm, nous réalisons un tirage chez notre partenaire Pixum. Cela nous permet de comparer facilement les appareils à la plus basse sensibilité et à 6400 ISO.


Comme vous pouvez le constater, les images délivrées par le X100S sont très denses (selon notre protocole de test). Un phénomène que nous avions déjà noté sur le X-E1, mais qui étonnamment n'est pas visible sur le tout récent X20.

Quoi qu'il en soit, le X100S délivre, à 100 ISO, de superbes images : le piqué est au rendez-vous (l'image est encore plus précise qu'avec le X-E1 équipé du 18-55 mm f/4. On note une petite baisse de précision sur le bord droit de l'image, mais rien de dramatique. Une fois de plus avec Fujifilm, la gestion du bruit électronique est très fine. De 100 à 800 ISO, la granulation et le lissage sont pratiquement imperceptibles : les images sont bien détaillées, les couleurs saturées et la dynamique excellente. Même à 1600 l'image est impeccable et il faut grimper à 3200 ISO pour voir les premiers lissages sur les détails et la dynamique baisser (les zones sombres sont moins modulées). Poussons un cran plus loin : 6400 ISO. La granulation est visible sur les aplats colorés, mais le moutonnement est fin, presque délicat : vous pourrez aisément réaliser un tirage 30x45 cm. À 12 800 ISO, le Fujifilm X100S se débrouille encore bien et les images conservent une belle tenue pour la granulation, mais les couleurs deviennent un peu plus fades et la dynamique baisse brutalement. Nous réserverons les 25 600 ISO pour des tirages de petites tailles (mais des 20x30 sont parfaitement envisageables avec un peu de posttraitement).

Fujifilm X100S : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Fujifilm X100S : Réduction du bruit standard 1600-25600 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (200-400-800-1600-3200-6400 ISO)


Vous pouvez comparer les résultats du X100S aux images du X100, mais également Leica X2, Sigma DP2 Merrill.

Leica X2 : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Leica X2 : Réduction du bruit standard 1600-12500 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (100-200-400-800-1600-3200-6400-12500 ISO)


Sigma DP2 Merrill : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Sigma DP2 Merrill : Réduction du bruit standard 1600-6400 ISO

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation