Sur le X20, Fujifilm a reconduit le zoom manuel 28-112 mm f/2-2,8 est bien sûr l'une des pièces maîtresses du compact. La bague manuelle offre un confort et une précision rare sur un compact et sa luminosité f/2-2,8 est plus qu'appréciable pour les reportages en intérieur ou en soirée.

Pour notre test de précision, nous utilisons le logiciel DxO Analyser. Comme les fichiers bruts ne sont pas pris en compte par le logiciel, notre étude portera sur les fichiers JPeg.

Fujifiilm X20 test review MTF à f/2

La courbe monte largement au-dessus de 100% ce qui est généralement synonyme d'accentuation logicielle. Celle-ci est d'ailleurs bien visible sur les zones bien contrastées.

Résolution optique au grand-angle 28 mm

Au centre de l'image, le zoom est plutôt étonnant avec d'excellents résultats dès f/2 ou l'optique est pratiquement à son meilleur rendement et la périphérie est de bonne qualité. Elle reste à cet excellent niveau jusqu'à f/4 qui est la meilleure ouverture pour l'optique. Dès f/5,6 la diffraction se fait sentir et vient dégrader l'image. La qualité s'effondre rapidement dès que l'on ferme le diaphragme. Est-ce vraiment un problème ? Pas réellement avec un compact la profondeur de champ est déjà importante, il n'est pas nécessaire de fermer au-delà de f/4. La vraie plage d'utilisation f/2-f/4 est par contre pleinement utilisable. Une belle réalisation de la part de Fujifilm.

Fujifilm X20 résolution optique en fonction de l'ouverture
Évolution de la résolution optique en fonction de l'ouverture (fichiers JPeg) à 28 mm.

Phénomène de diffraction et Lens Modulation Optimizer

Fujifilm a travaillé sur le problème de la diffraction en proposant une correction logicielle du piqué : le LMO ou Lens Modulation Optimizer.

Fujifilm X20 Lens Modulation Optimizer

Ce système est-il réellement performant. Nous avons comparé les images produites par le X10 et par le X20 à f/11 et effectivement l'action combinée d'absence de filtre passe-bas et de traitement logiciel donne une bien meilleure image avec le X20. Le saut qualitatif est remarquable.

Fujifilm x20 diffraction
Évolution du piqué en fonction de l'ouverture à 28 mm.

Les images JPeg sont déjà impressionnantes et il est encore possible de gagner en accentuation en développant les fichiers bruts (RAF). Nous vous conseillons d'utiliser le logiciel Adobe Lightroom pour exploiter pleinement le potentiel de vos fichiers bruts, le logiciel de la marque (Silkypix) ne donnant pas vraiment satisfaction. La différence est subtile, mais réelle.

Fujfilm X20 test review : différence raw et Jpeg
Détails à 100% : à gauche raw développé dans Lightroom (défaut) et à droite l'image JPeg par défaut.

Distorsion

La distorsion n'est pas complètement corrigée au grand-angle et une très légère déformation géométrique en barillet est visible (-0,6 % TV). Notez que Fujifilm ne semble pas appliquer de correction à la volée sur les JPeg, les fichiers raw présentant également peu de distorsion.

Fujifilm x20 distorsion raw


 
Au télé, la distorsion n'est pratiquement plus visible (TV 0,1%).

Vignetage

Le vignetage est légèrement visible au grand-angle et à f/2 en studio, mais globalement il reste imperceptible dans les photos de la vraie vie.

Balance des blancs

La balance des blancs automatique donne classiquement de bons résultats sous un éclairage de type lumière du jour (gauche). Sous un éclairage halogène (3000 K), l'image prend une légère dominante chaude qui permet de conserver l'ambiance lumineuse d'un éclairage chaud. En passant en mode programmé (tungstène), La dominante jaune orange est totalement neutralisée. L'image est même un peu trop froide.


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation