5 questions, un photographe.

Pour ce second volet, c’est au tour d’Emmanuel Georges de se prêter au jeu de cette interview à 5 questions.
Graphiste, co-gérant d’une agence de communication strasbourgeoise, Emmanuel Georges est photographe-auteur depuis une bonne trentaine d’années. Son oeil « voyageur » l’a conduit, principalement, du nord au sud du continent américain.
Il nous a rapporté dans ses bagages la série « America Rewind » faite lors de deux séjours entre 2010 et 2011, un road movie à la grammaire photographique frontale qui propose une relecture contemporaine de la géographie urbaine américaine.
Ses images nous plongent parfois, souvent, dans des ambiances tout droit sorties d’un film de Wim Wenders, d’un tableau d’Edward Hopper ou bien encore d’un épisode de Starsky et Hutch. Par l’impression d’absolu qui se dégage de ses tirages, ainsi que de la poésie des lieux restituée, Emmanuel Georges nous révèle la beauté du réel avec son outil de prédilection : la chambre photographique.

Les couleurs profondes et intenses, du ciel aux façades, en passant par les carrosseries, tout est empreint d’une densité visuelle qui fascine.
Partons pour ce « journal visuel », pour reprendre les termes de Stephen Shore.


Emmanuel Georges


[1]


Focus numérique : Comment et quand a commencé ton histoire avec la photographie?

Emmanuel Georges : Mon premier appareil fut un instamatic avec lequel j'avais entrepris de faire un livre sur les animaux. J'étais en CM2. Je suis allé au zoo pour faire des images, mais quand je réussissais à cadrer autre chose que la grille des cages, en général, l'image était floue sur la partie droite à cause du déclencheur qui était trop dur pour mon index !
Ensuite un ami de mon père m'a offert un appareil photo de marque "Lordomat", avec une cellule à main rudimentaire dont je me souviens encore l'odeur quand j'ouvrais son étui... je faisais surtout du paysage et prenais la chose assez au sérieux...

Emmanuel Georges

Emmanuel Georges



[2]

Focus numérique : Quel matériel utilises-tu? 



Emmanuel Georges : Aujourd'hui j'utilise surtout une chambre Linhof technikardan-S, en format 4x5 inches. Je travaille aussi en 8x10" avec une chambre en bois de marque Canham.
J'aime le grand format pour la finesse de restitution, l'obligation de respecter un certain cérémonial avant chaque image, et la possibilité de composer comme un peintre. C'est assez « has been » à l'époque du Iphone et des images numériques mais je mise plutôt sur le travail de fond qui me permet à chaque fois de franchir une nouvelle étape, en connaissance de cause, sans esbrouffe. La photographie que j'aime est empreinte de mélancolie, de douceur, plus que d'effet graphique. C'est ainsi que j'ai abordé mes gros derniers sujets en couleur comme « America Rewind », « La Nationale 4 », « Photo 2000 » ou « Andalucia ».

Emmanuel Georges

Emmanuel Georges



[3]

Focus numérique : Qu'est ce qui t'intéresse dans l'acte photographique? 



Emmanuel Georges : J'ai en partie répondu dans la question précédente, je dirais aussi qu'il s'agit pour moi de rendre compte du monde qui m'entoure, en toute liberté. inventer un univers à travers un corpus d'images qui colle à la fois à ma vie, à mes aspirations, à mes sujets de réflexion ou même de distraction. J'y trouve une vraie source de sérénité. 
Je m'amuse aussi sur certains sujets à jouer avec la réalité en décalant légèrement le point de vue, comme dans la série « Automologies » mais le sujet reste ancré dans la réalité.

Emmanuel Georges

Emmanuel Georges



[4]

Focus numérique : Quel est le photographe incontournable pour toi, du moment, ta source d'inspiration?

Emmanuel Georges : L
es photographes américains ont toujours été mes favoris : Stephen Shore, Walker Evans, Robert Adams, William Eggleston, Harry Callahan... l'approche documentaire, réaliste et frontale qu'ont revendiqué ces photographes font complètement écho à la nature même du média photographique - à savoir montrer le monde tel qu'il est - et cette approche a longtemps été dévalorisée par les Français, (moins par les Allemands puisque l'école de Düsseldorf œuvre dans le prolongement des Américains). Je ne dis pas qu'il faut coller à ce mouvement, mais il m'apparait comme un puits inépuisable, où tout ce qui nous entoure peut susciter curiosité et désir.

Emmanuel Georges

Emmanuel Georges



[5]

Focus numérique : Ton prochain projet ? 




Emmanuel Georges : Continuer ceux en route, sûrement encore les États-Unis. 
Et puis un projet d'expo/livre avec mon collectif « Chambre à Part » à Strasbourg sur la forêt de Haguenau en mars 2013.

Toutes les photographies présentées sont tirées de la série "America Rewind", faite lors de deux voyages aux Etats-Unis en 2010 et 2011, toutes réalisées à la chambre 4x5''.


> Le site d'Emmanuel Georges

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation