Canon 6D recommandé

Dans une première approche, le nouveau reflex 24x36 de Canon séduit. La prise en mains est très agréable avec de bons matériaux, une confortable poignée, un viseur large, lumineux, un mode silencieux appréciable et une réactivité de bon aloi. Dans un second temps, nous avons apprécié les nouveautés technologiques comme l'intégration d'une puce Wi-Fi pour piloter le reflex à distance (sorte de télécommande évoluée avec retour d'image) et d'une connexion GPS. L'écran LCD s'avère remarquable même s'il est définitivement trop fixe pour conquérir le cœur des vidéastes. Vidéastes qui resteront également déçus par le manque d'innovation du boîtier en vidéo (toujours pas d'assistance pour la mise au point ou l'exposition : zébra, peaking...). Nous pointerons toutefois quelques oublis fâcheux comme le flash intégré, le deuxième lecteur de carte, la surimpression d'information dans le viseur, la prise pour un casque ou l'intégration d'un micro stéréo en interne...

La qualité d'image est au rendez-vous avec une gestion du bruit électronique quasi parfaite pour une utilisation semi-professionnelle et un mode vidéo qualitatif pour un reflex. Au final, le 6D s'affiche comme un excellent modèle pour débuter en photographie 24x36 et reçoit logiquement un recommandé.

L'avis de David Lefevre

À l'usage, le Canon 6D se révèle être une réussite. Le boîtier est agréable et ravira les amateurs désireux de passer au plein format. La douceur des images, leur modelé est supérieur aux meilleurs APS-C et son silence de fonctionnement est un régal. Le 6D est un boîtier polyvalent, il est relativement léger, son ergonomie est bien pensée et son utilisation facile même pour un débutant. Attention en revanche aux optiques que vous monterez dessus et évitez surtout les zooms bas de gamme. On regrette quelques manques comme une finition finalement proche de celle du 60D, un recul sur l'écran tactile et orientable, l'absence de flash et une zone d'AF trop centrée. Dommage aussi pour la faible cadence en rafale. Si aucun de ces points ne vous semblent rédhibitoires, le 6D demeure un excellent appareil photo. Mention spéciale pour ce duo composé d'un collimateur central croisé très sensible en basse lumière et d'un processeur qui délivre un juste équilibre entre bruit et détail en haute sensibilité.

Points forts

Points faibles

Excellente gestion du bruit électronique et possibilité de monter jusqu'à 102 400 ISO

Impossibilité de fixer des optiques EF-S

Déclenchement silencieux appréciable

Pas de flash intégré pour déboucher un simple contre-jour. Pas de transmetteur intégré.

Bonne prise en mains et finition de qualité

Ecran LCD non orientable et non tactile

Puce Wi-Fi intégrée pour piloter le reflex à distance avec retour vidéo

Pas de couverture 100% de la visée optique

Puce GPS inégrée

Autofocus par contraste en visée sur écran ou vidéo beaucoup trop lent

Autofocus sensible en basse lumière

Micro seulement mono intégré

Ecran LCD de qualité

Pas de prise pour un casque afin de vérifier la captation sonore en vidéo

Viseur optique assez large et lumineux

Un seul emplacement pour carte SD

Possibilité de brancher un micro stéréo, une télécommande et sortie HDMI

Pas de recadrage APS-C en photo ou vidéo

Logiciel de développement raw DPP (Digital Photo Professional) livré en standard

Zone autofocus un peu étroite (11 collimateurs seulement)

Mode bracketing sur 7 vues possible

Balance des blancs automatique perfectible sous un éclairage tungstène

Ajustement de la sensibilité auto en fonction de la focale utilisée

Cadence rafale à 4,5 vps un peu juste

Bonne qualité des images en vidéo pour un reflex

Obturateur limité au 1/4000 s

 

Pas de connexion USB 3

 

Fichier brut (CR2) propriétaire

 

Pas de rétroéclairage des commandes pour travailler dans le noir


Face à la concurrence

Nikon D600 test
Nikon D600
. Logiquement, la plupart des photographes rapprocheront le Canon 6D du Nikon D600, les deux boîtiers étant positionnés sur le même segment. Si la comparaison est intéressante, les conclusions ne doivent pas être surestimées. En effet, ces boîtiers feront de l’œil avant tout à des personnes déjà équipées en Canon ou Nikon (peut être Pentax ou Sony par ailleurs) et il y a peu de chance que ces deux nouveaux reflex 24x36 soient à l'origine d'un changement radical au niveau de l'équipement, aucun des deux rivaux ne présentant un réel avantage sur l'autre. Un canoniste ayant déjà investi dans un parc d'optiques 24x36 restera en Canon et il en ira probablement de même avec un nikoniste. Notez toutefois que le canoniste disposant déjà d'optiques EF-S pour APS-C ne pourra pas les utiliser sur son nouveau boîtier. Le D600 dispose d'un viseur optique 100%, d'une cadence rafale plus importante, d'un flash intégré, d'un module AF plus complet et d'un capteur plus défini. De son côté le 6D de Canon propose des connexions évoluées (GPS, Wi-Fi), d'un autofocus plus sensible en basse lumière, d'un mode vidéo plus complet et d'une meilleure prise en mains. Dans les deux cas, l'autofocus en vidéo ou visée sur écran reste désespérément trop lent.

Nikon D600 test
Canon 7D
. Finalement il nous paraît intéressant de comparer le 6D et son capteur 24x36 au (déjà un peu vieux) 7D équipé d'un modèle APS-C plus petit. Pour le canoniste souhaitant évoluer en photographier et disposant déjà d'un reflex APS-C, le choix entre un 6D et un 7D peut vite devenir cornélien. En effet, son parc optique EF-S n'est plus compatible avec la monture EF (l'inverse n'est pas vrai. Le 6D est compatible avec 125 optique EF, le 7D s’accommode avec 162 objectifs) et l'évolution vers du 24x36 peut obliger à renouveler entièrement son parc d'optiques. Le 7D offre en outre une belle fiche technique avec une prestation haut de gamme : obturateur au 1/8000 s, viseur 100% avec surimpression d'information, niveau électronique sur 2 axes, une cadence rafale à 8 vps, un autofocus à 19 points, un flash intégré et une définition des images assez proche (18 Mpx). Le 6D présente toutefois quelques avantages comme la possibilité de jouer plus facilement avec la profondeur de champ, la présence d'un viseur plus large, un écran LCD de nouvelle génération plus confortable, des connexions modernes (Wi-Fi, GPS) et un mode vidéo légèrement plus performant. N'oubliez pas que le 7D est également en fin de vie (il date de septembre 2009), mais il reste une valeur sûre.

Nikon D600 test
Canon 5D Mark III
. L'autre modèle à prendre en compte reste bien sûr le 5D Mark III. Le prix ne joue certes pas en sa faveur, mais le boîtier dispose d'arguments intéressants comme un module autofocus sur 61 collimateurs beaucoup plus pointu que celui du 6D. Il dispose en outre d'un viseur 100% avec quadrillage, d'un obturateur au 1/8000 s, d'une cadence rafale à 6 vps, d'un double logement pour carte mémoire et d'un écran sensiblement plus large. En outre, son capteur 24x36 est légèrement plus défini (22,1 contre 20,9 Mpx). Le 6D est moins cher et dispose de connexions modernes (GPS, Wi-Fi).


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation