Nous avons profité d'un week-end dans la capitale allemande pour mettre à l'épreuve du terrain le Canon 6D. Se positionnant comme le réflex plein format d'entrée de gamme de la marque rouge il était attendu par de nombreux amateurs, car il permet d'accéder au velouté du capteur 24x36 mm pour un tarif de 2100 €. Le Canon 6D est il taillé pour le terrain ? Comment se comporte-il par grand froid ? Son autofocus est-il réactif en intérieur et en ambiance tamisée ? Sa prise en mains le rend-t-il confortable durant une journée de visite ? Autant de questions auxquelles nous allons tenter de répondre à travers ce test grandeur nature à Berlin !

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 6D
Firmware Version 1.0.9
Vitesse : 1/320 s, ouverture : f/11.0
Sensibilité : 640 ISO
Focale : 35 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 35 mm f/1,4
Télécharger le fichier raw
Vu d'ensemble de la ville depuis la tour d'AlexanderPlatz.

Prise en mains

Sur le papier et au premier abord le 6D promet beaucoup. D'une prise en main très similaire au 5D MkIII on est tout de suite rassurer par son ergonomie. L'index se pose instinctivement sur le déclencheur, le pouce se cale fermement dans le renfoncement arrière (que l'on aurait souhaité plus creusé de quelques millimètres) et le reste des doigts s'appuient solidement sur le grip. Le petit doigt ne passe pas sous la semelle et même ceux qui ont de grandes mains se sentiront à leur aise. Automatiquement la main gauche vient soutenir l'objectif, paume tournée vers le haut : nous voilà prêt à photographier.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 6D
Firmware Version 1.0.9
Vitesse : 1/60 s, ouverture : f/13.0
Sensibilité : 100 ISO
Focale : 35 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 35 mm f/1,4
Télécharger le fichier raw
Une bonne prise en main permet de shooter instinctivement, presque sans regarder précisément la scène dans le viseur. Un excès de confiance qui m'a d'ailleurs fait déclencher un dixième de seconde trop tôt.

Nous portons l’œil au viseur et c'est une bonne surprise. Le dégagement oculaire de 21mm permet d'observer clairement la scène alors même que nous portons des lunettes. Dommage que la couverture du viseur ne soit que de 97%...C'est un un peu mesquin au prix de l'appareil, mais il faut en laisser au « grand frère » 5D Mk III. Le premier contact avec le 6D est donc très positif. Le reste de l'ergonomie est plus une question d'habitude. La fameuse roue codeuse est toujours aussi agréable à manipuler et les touches de raccourcis tombent aussi sous la main.

Petite attention délicate de Canon : la touche ISO situés sur l'épaule droite de l'appareil possèdent un minuscule ergo qui permet de la distinguer tactilement des 4 autres touches quand on veut la manipuler tout en gardant l’œil dans le viseur. Voilà un détail très appréciable. Cependant, force est de reconnaître que le 6D n'est pas un 5DMkIII. La finition s'approche plus d'un 60D et nous sommes loin d'une construction semi-pro. Ce n'est pas sa vocation première et Canon ne met de toute façon pas cette fabrication au premier plan, mais nous avons cru pouvoir le classer comme tel. Le polycarbonate est massivement employé et l'alliage de magnésium ne protège que certaines parties du boîtier. Canon ne parle pas de tropicalisation, mais des joints protègent les principales ouvertures. Sous la neige et sous les -13°C vécu à Berlin, le 6D ne s'est pas montré sensible au climat. Reste qu'il n'est pas à proprement parler un boîtier de baroudeur et que là encore dans des conditions vraiment extrêmes il faudra se tourner vers un une construction plus pro.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 6D
Firmware Version 1.0.9
Vitesse : 1/2000 s, ouverture : f/3.2
Sensibilité : 500 ISO
Focale : 35 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 35 mm f/1,4
Télécharger le fichier raw
Le boitier n'est pas tropicalisé mais résiste parfaitement au basse température de l'Est. Ici le thermomètre affichait -2°c au pied du Kopi, plus vieux Squat d'Europe qui accueille plus de 100 personnes. Au passage on notera le rendu assez contrasté des JPeg.

Navigation

L'écran présente une diagonal de 7,5 cm pour 1,04 millions de points et se révèle agréable à l'usage. Le rendu colorimétrique est plutôt juste excepté des rouges un peu trop saturés. On regrette non seulement qu'il ne soit pas monté sur rotule, mais surtout l'absence de fonctionnement tactile pourtant déjà vu sur le 650D. De la même façon, l'absence de flash intégré dont le manque se fait ressentir non seulement lorsque vous souhaitez déboucher légèrement une ombre avec la technique du fill-in, mais aussi pour un contrôle à distance d'un flash cobra en mode strobist. Les canoniste retrouveront facilement leur petits, la navigation dans les menus est rapide, ceux-ci sont clairement agencés avec des pictogrammes lisibles. Seul le menu de personnalisation Fn, manque de clarté d'ensemble à notre goût. Bref, Le 6D est un appareil photo qui se prend facilement en main, les nombreuses touches de raccourcis rassureront les experts et la visée est confortable.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 6D
Firmware Version 1.0.9
Vitesse : 1/1250 s, ouverture : f/5.0
Sensibilité : 250 ISO
Focale : 35 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 35 mm f/1,4
Télécharger le fichier raw
Il est aisé dans les menus de supprimer le vignetage ou de rehausser légèrement les ombres.

Marque :
Modèle :
Vitesse : s, ouverture :
Sensibilité : ISO
Focale : 35 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw

De la même façon il est possible d'opter pour un rendu plus doux et plus neutre de style d'image.

Autofocus

Sur le terrain le Canon 6D ne démérite pas. Son silence de fonctionnement est agréable et le claquement du miroir émet un bruit feutré. Notre enthousiasme se tempère malheureusement quand on constate que la vitesse maxi de l'obturateur est de 1/4000 s et surtout que la synchro flash est seulement de 1/180 s. En condition courante de prises de vue ces petits manques ne seront pas rédhibitoires, mais classe définitivement le boîtier dans la catégorie des amateurs. Ces derniers ont donc l'opportunité de s'initier, si leur bourse leur permet, au plaisir du 24x36. Plaisir d'utilisation qui reste entier que l'on soit en extérieur ou en intérieur. Certes la rafale de 4,5 vps est assez faible pour en faire un « vrai » boîtier de reportage ou de sport mais en condition courantes ces performances restent suffisantes. Le module autofocus hérité du 60D ne couvre qu'une zone très centrale du champs mais le collimateur centrale croisé s'avère particulièrement véloce. L'accroche est rapide et surtout la sensibilité du capteur de phase est très performante. Dans l'obscurité tamisée des bars berlinois il et permet de se passer d'assistant AF et accroche presque instantanément sa cible. Les performances sont moindres avec les autres collimateurs et surtout l'Ai Servo reste un bon ton en deça de ce que propose la concurrence nikoniste. Cependant chez l'une ou l'autre marque l'étroitesse de la zone de mise au point reste une constante. Si votre sujet n'est pas trop rapide nous vous conseillons de privilégier l'AF centrale puis de recadrer.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 6D
Firmware Version 1.0.9
Vitesse : 1/15 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 25600 ISO
Focale : 24 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 24-70 mm f/2,8 VC USD
En regardant les exifs (1/15 s pour 25800 ISO à f/2,8) on comprend que nous étions dans la quasi obscurité dans ce bar berlinois. Et pourtant le 6D a fait le point quasiment instantanément sur la serveuse. Une performance pour le moins intéressante !

Fonctionnalités "High Tech"

Le canon 6D est le premier reflex 24x36 a intégrer les fonctions Wi-Fi et GPS. Pour la première il faut au préalable installer une application sur son Smartphone (EOS Remote) afin de pouvoir prendre le contrôle de la visée du 6D via l'écran de votre appareil. Pour une utilisation sur trépied, l'usage est agréable et évite de se contorsionner pour cadrer. En utilisation courante c'est plus le partage d'image sur les réseaux sociaux que nous trouvons convivial. Le redimensionnement des images est automatique et l’application est relativement fluide. Pour être tout a fait dans l'air du temps une petit gestion intégré de l'étalonnage aurait été un plus. En revanche le paramétrage du Wi-Fi n'est pas pratique et la saisie de données agaçante. De la même façon, si il est possible de transférer le contenu de sa carte mémoire via Wi-Fi on aura mieux fait d’insérer directement celle-ci dans son PC pour une sauvegarde plus sécurisée et plus rapide.


Le GPS est une fonction qui peut s'avérer réellement utile lors du tri de ses images. Ici cependant le GPS du 6D localise 2 images de la porte de Brandeburg au milieu du mémorial de la Shoah, distant d'un peu plus de 200m. Ce n'est cependant pas rédhibitoire.

Pour ce qui est du GPS, l'activation de celui-ci est simple et sa précision plutôt intéressante. Sur notre série d'images de test réalisées avec il ne s'est trompé que pour un groupe de 4 images de quelques centaines de mètres. L'intérêt de telle fonctionnalité peut paraître discutable au niveau de l'amateur averti, mais rassure un plus large public....public finalement visé par Canon. Si leur intégration n'est pas encore parfaite leur usage se révèle malgré tout ludique et intéressant. Voir ses images dans l'onglet cartes de lightroom permet de « revivre » un parcourt et surtout facilite le classement. Pour être transparent, c'est un peu le genre de « gadget » à propos duquel on se demande au début à quoi cela va-t-il bien pouvoir servir et une fois qu'on l'a essayé on ne peut plus s'en passer. Il reste une contre-partie fâcheuse à cet abondance de fonctionnalités « high-tech » : une fois activée elle vide littéralement la batterie. Méfiance donc car si vous ne tiendrez pas une journée complète avec une seule charge de batterie si vous activer le GPS.

Qualité d'image

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 6D
Firmware Version 1.0.9
Vitesse : 1/100 s, ouverture : f/3.2
Sensibilité : 6400 ISO
Focale : 24 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 24-70 mm f/2,8 VC USD
Télécharger le fichier raw
En intérieur la balance des blanc automatique à quand même bien tendance à tirer vers les couleurs chaude. Trop du coup.

Acheter un réflex plein format c'est souvent sacrifier à la compacité ce que l'on gagne en qualité d'image. Si l'amateur veut profiter pleinement du potentiel de son nouveau capteur il devra équiper celui-ci de focales coûteuses et lumineuses...qui lui rendront au centuple son investissent. Notre configuration d'essai était formé par le trio Canon 6D, Tamron 24-70 mm f/2,8 VC et le Canon 35 mm f/1,4. Des focales exigeantes donc, à mène de rendre justice au capteur du Canon 6D. Certes un telle configuration représente un coût certain, mais c'est ici peut être que le 6D voit sa meilleure justification face à un 5D MkIII : si votre intérêt se porte sur un investissement sur le long terme, la différence de prix avec le 5D vous permettra d'économiser pour un objectif de qualité.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 6D
Firmware Version 1.0.9
Vitesse : 1/640 s, ouverture : f/1.6
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 35 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 35 mm f/1,4
Télécharger le fichier raw
Cependant les tonalités restent douces et les couleurs équilibrés, excepté le rouge un peu trop lumineux.

Toujours est-il que la qualité d'image du 6D est difficilement critiquable. Les tonalités sont douces et naturelles, la colorimétrie apparaît justement saturée, vive, mais sans excès et surtout les tons chairs sont fidèlement retranscris. Dans les faits et sur un reportage vous aurez peu de post-production à réaliser pour dynamiser vos images. Les JPeg possèdent déjà ce petit « punch » qui fait la différence tout en restant naturel. La dynamique, justement, c'est le seul point fâcheux sur lequel le 6D pêche en regard de son concurrent le Nikon 600D. Face à celui-ci il cède 2EV, surtout dans les hautes lumières. Dans la pratique cela signifie que vous brulerez plus facilement vos ciels par exemple sur scène fortement contrastée et que vous devrez vous appliquer lors de l'exposition car celle-ci vous pardonnera plus difficilement vos erreurs. En effet, la cellule d'exposition réagi assez classiquement : il vous faudra donc jouer du correcteur d'exposition et sacrifier un peu de matière dans les hautes ou basses lumière. Rassurez vous, ce n'est en aucun cas rédhibitoire, mais les 14ev de dynamique du Nikon D600 et sa cellule d'analyse de la lumière sur 2016 pixels laissent songeurs. Dernier point sur le plan des doléances, mais c'est assez récurrent chez Canon : en intérieur sous éclairage artificiel la balance des blancs tire trop sur le magenta et donne un effet légèrement rosé aux tons chair. Notez néanmoins que c'est moins flagrant que certains boitiers plus grand public de la marque.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 6D
Firmware Version 1.0.9
Vitesse : 1/160 s, ouverture : f/1.4
Sensibilité : 500 ISO
Focale : 35 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 35 mm f/1,4
Télécharger le fichier raw
Quoique classique, la cellule d'exposition opère un travail cohérent. Attention donc au sous et sur-exposition.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 6D
Firmware Version 1.0.9
Vitesse : 1/1600 s, ouverture : f/9.0
Sensibilité : 640 ISO
Focale : 35 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 35 mm f/1,4
Télécharger le fichier raw

Sur des contrastes marqués la dynamique entre hautes et basses lumière avoue rapidement ses limites.

Hautes sensibilités

Le capteur CMOS de 20,2 Mpx et le processeur DIGIC 5+ forment un duo plus qu'appréciable et les résultats sont convaincants. Sur la montée en sensibilité le Canon 6D étonne par la finesse de sa granulation et sa gestion du bruit numérique. Les 800 ISO sont une formalité et c'est en zoomant à 100% que le grain apparaît légèrement à 1600 ISO. Celui-ci se fait de plus en plus présent jusqu'à 3200 ISO tout en étant extrêmement bien géré et contenu. La granulation reste très fine mais le bruit chromatique commence à faire son apparition dans les zones les plus sombres. Il faut monter à 6400 ISO pour commencer à observer une dégradation notable du contenu de votre image. Cependant, l'image reste absolument exploitable et surtout fait preuve d'une bonne tenue tant en dynamique qu'en colorimétrie.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 6D
Firmware Version 1.0.9
Vitesse : 1/50 s, ouverture : f/2.0
Sensibilité : 3200 ISO
Focale : 35 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 35 mm f/1,4
Télécharger le fichier raw
À 3200 ISO l'image reste impeccable sauf dans les zones les plus sombres. Notez au passage le piqué impressionnant du 35mm au centre.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 6D
Firmware Version 1.0.9
Vitesse : 1/25 s, ouverture : f/1.6
Sensibilité : 6400 ISO
Focale : 35 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 35 mm f/1,4
Télécharger le fichier raw

À 6400 ISO le grain de luminance ainsi que le bruit chromatique sont plus présent. Les plus fins détails commencent à être grignotés mais l'image reste largement exploitable.

C'est certainement à 12800 ISO que nous atteignons les limites du traitement JPeg car le bruit chromatique se fait trop présent. En revanche vous pourrez toujours imprimer un A4 correctement et si vous tenez un scoop, la presse n'hésitera pas à vous consacrer une double page ! Cependant, et c'est certainement là que le 6D est encore plus étonnant... même les 25600 ISO sont exploitables pour un petit tirage ou pour le Web.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 6D
Firmware Version 1.0.9
Vitesse : 1/60 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 12800 ISO
Focale : 70 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 24-70 mm f/2,8 VC USD
Télécharger le fichier raw
Évidemment la dynamique est réduite et les gammes de couleurs plus étroites. Pourtant cette image reste exploitable en presse et nous sommes à 12800 ISO.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 6D
Firmware Version 1.0.9
Vitesse : 1/60 s, ouverture : f/3.2
Sensibilité : 25600 ISO
Focale : 52 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 24-70 mm f/2,8 VC USD
Télécharger le fichier raw

Encore un cran au dessus nous atteignons les limites exploitables du capteur à 25600 ISO. L'image est très granuleuse mais il reste encore du détail.

Évidemment à cette sensibilité le grain est grossier, le bruit chromatique présent mais l'image garde une certaine tenue qui la rend lisible. Il sera néanmoins préférable de ne pas s'aventurer au delà, le bruit chromatique est bien trop fort et celui de luminance grignote l'image. C'est donc une très belle performance qu'offre ce duo capteur-processeur avec un juste équilibre entre apparition du grain et conservation des détails.

Licence Creative Commons
Test terrain Canon 6D de David Lefèvre est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.
Fondé(e) sur une œuvre à
http://www.focus-numerique.com/test-1566/reflex-canon-6d-test-terrain-18.html style="font-size: smaller;">.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation