Exposition

Le mode d'exposition utilise le dernier système en vogue sur les reflex haut de gamme Canon, à savoir la cellule 63 zones SPC double couche. Il utilise les informations de distance en provenance des collimateurs autofocus pour prendre plus ou moins en compte chaque zone ; nouveauté originale, il repose sur une nouvelle structure à deux couches, l'une captant le rouge et le vert, l'autre le bleu et le vert, afin de limiter l'hypersensibilité au rouge qui occasionne des problèmes d'exposition sur certaines images.

Le 6D dispose d'un correcteur d'exposition sur +/- 5 IL. Le bracketing d'exposition permet d'aligner 3, 5 ou 7 vues qui permet d'éteindre la plage d'exposition de -8 à +8 IL. Le reflex s'avère donc idéal pour créer un rendu HDR par fusion des expositions. En outre, il est existe un mode HDR qui permet de jouer avec la dynamique sur 1, 2 ou 3 IL. Toutefois, vous ne conserverez pas les fichiers JPeg ou Raw, le boîtier ne proposant qu'un fichier JPeg finalisé. Pour améliorer le rendu des zones sombres et des hautes lumières, le 6D propose à la fois une fonction de correction auto de luminosité et un mode priorité haute lumière (ce dernier mode pousse la sensibilité ISO minimale à 200 ISO). Comme vous pouvez le voir sur l'exemple ci-dessous, le gain est assez marginal.



L'histogramme est très légèrement différent et il faut regarder attentivement les images pour noter les différences.

Canon 6D test review mode priorité hautes lumières

Pour les zones denses, le 6D offre également une fonction de correction automatique de luminosité réglable sur 3 niveaux. Sur ce plan, les résultats sont beaucoup plus concluants. Le mode HDR aligne une série d'images pour un fichier final au rendu assez naturel, mais le gain sur la plage tonale est assez limité et l'image apparaît, logiquement, moins contrastée.

Canon 6D exposition HDR et normal comparaison
Télécharger le fichier exposition normale / HDR 3 IL.

Le capteur 6D offre une dynamique assez classique. Les fichiers bruts permettent de récupérer des informations à la fois dans les hautes et les basses lumières. Il est possible de récupérer un peu plus de 1 IL dans les hautes lumières. Au-delà (2 IL), la perte de détail dans les hautes lumières est inéluctable.

Canon 6D Comparaison dynamique RAW
À gauche, l'image est exposée pour 1/30s f/2,8, celle de gauche - 1 IL (1/15s f/2,8). Avec le curseur tons clairs, il es possible de recouvrer tous les détails dans les hautes lumières.


À gauche, l'image est exposée pour 1/30s f/2,8, celle de gauche - 2 IL (1/8s f/2,8). Il est impossible de retrouver tous les détails dans les hautes lumières avec Adobe Lightroom.

Fichiers bruts

Pour évaluer le potentiel des fichiers bruts du Canon 6D, nous analyserons les résultats obtenus par DxOMark. Les résultats observés sur les fichiers JPeg sont-il proches des données enregistrées dans les .CR2 ? Nous en profiterons pour comparer les résultats du 6D avec ceux du Nikon D600.

Sensibilité ISO

Assez classiquement, Canon sous-estime légèrement la sensibilité ISO du boîtier et en mode étendu, la valeur 50 est une extrapolation logicielle de la valeur 100 ISO.
Canon 6D test review mesures DxoMark

Rapport signal/bruit (SNR)

Globalement, le Nikon D600 domine d'une légère tête son rival Canon. La différence est toutefois marginale et sur un écran à 100%, elle est pratiquement invisible. Vous noterez toutefois que le Canon prend l'avantage à 25600 ISO, le reflex Nikon s'effondrant rapidement à cette sensibilité. Le 6D est également plus polyvalent avec une plage ISO plus large. La qualité est alors moindre, mais comme vous avez pu le voir dans nos exemples, le JPeg est toujours exploitable en petite taille.
Canon 6D test review mesures DxoMark SNR

Dynamique

Face au Nikon D600, le Canon 6D présente une dynamique nettement réduite à la fois dans les bas et hauts ISO. Les mesures DxOMark montrent une différence importante (2 IL).

Canon 6D test review comparaison mesures DxOMark

dgqs


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation