Cet article est tiré de l'ouvrage
Photographier la nuit
  de Florence At
paru aux éditions Pearson France.



Photographier l'eau
Ciel et étoiles

 



Photo de nuit


ATELIER 2 PHOTOGRAPHIER L’EAU

Photo de nuit

Avec l’appareil sur trépied, le but est de montrer l’effet de mouvement de l’eau selon la vitesse utilisée. La sensibilité
est de 100 Iso et le diaphragme à f/4, la vitesse de 1/2 seconde. Pour que l’effet filé soit plus marqué, j’ai fermé le diaphragme à f/22 sans changer la sensibilité. Le temps de pose est alors passé à 16 secondes ! Pour figer l’eau, j’ai ouvert à nouveau le diaphragme à f/4, puis j’ai passé la sensibilité à 3200 Iso.

ANALYSE DE LA SITUATION

Choisir son effet !

De nombreuses situations vous permettront de photographier de l’eau : une fontaine, un bord de mer, une flaque d’eau après un orage, etc.

La première chose est de savoir quel effet on souhaite donner : figer l’eau en mouvement ou bien créer un effet filé. Lorsque ce choix est fait, positionnez-vous en fonction de votre cadrage. Pour cela, vous aurez fréquemment besoin d’utiliser un trépied. Ensuite, la principale difficulté sera de trouver le bon équilibre d’exposition, et il n’est pas rare de multiplier les réglages jusqu’à trouver celui qui convient le mieux.

Pour des résultats différents, jouez avec la balance des blancs, vous obtiendrez des images moins « classiques », avec des tons neutres, bleus ou jaunes.

Photo de nuit

J’ai placé l’appareil sur mon trépied pour reproduire l’effet de mouvement de cette fontaine, et après avoir défini la composition j’ai choisi une sensibilité de 100 Iso et ouvert le diaphragme à f/4, le maximum possible de mon objectif. La vitesse donnée est alors de 1/2 seconde. L’effet filé est présent, mais je voulais qu’il soit plus marqué. J’ai décidé
de fermer le diaphragme à son maximum, f/22, sans changer la sensibilité. Le temps de pose est alors passé à 16 secondes ! L’exposition est la même, mais l’effet, bien différent ! Pour voir si je pouvais arriver à figer l’eau avec
la luminosité ambiante, j’ai ouvert à nouveau le diaphragme à f/4, puis j’ai augmenté la sensibilité au maximum possible de 3200 Iso sur cet appareil. J’arrive à une vitesse de 1/60e de seconde, suffisante pour figer l’eau. Bien sûr, il y a plus de grain sur mon image, mais si c’est l’effet recherché pourquoi pas !


Les outils de l’atelier
• Choisissez un effet artistique.
• Multipliez les essais.
• Soyez attentif à la vitesse de l’eau, qui fera varier le résultat.

COMMENT PROCÉDER

Préparation et planification

Malgré une impression de difficulté, ce type de photographie est assez facile à réaliser à condition que vous soyez exigeant sur les réglages à appliquer. Avec de la patience et de la réflexion, vous obtiendrez de bons résultats rapidement.

• Effectuez un repérage de jour si possible.
• Cherchez toujours à être créatif.
• Soyez précis et concentré.
• Voyagez léger, ne prenez que les objectifs nécessaires.
Photo de nuit

Le plan d’eau situé devant cet hôtel de luxe semble lissé par le long temps de pose, qui supprime les légères ondulations que crée le vent sur sa surface.


Point technique
Pour bien connaître votre appareil, faites des tests de réglage avec le même cadrage et la même mise au point dans le but de conserver toujours la même exposition et ainsi voir les évolutions artistiques.

Nous utilisons pour cet exemple un 24-105 mm avec une ouverture constante de f/4, monté sur un appareil reflex de sensibilité maximale de 6400 Iso.

Démarrez avec le diaphragme ouvert à son maximum et la sensibilité poussée également au maximum comme :

6400 Iso – f/4 – 1/250e de seconde.
 
On décide de réduire la sensibilité sans changer le diaphragme :
 
3200 Iso – f/4 – 1/125e de seconde
(temps très rapide, mouvement figé, mais beaucoup de grain) ;
1600 Iso – f/4 – 1/ 60e de seconde ;
800 Iso – f/4 – 1/30e de seconde ;
400 Iso – f/4 – 1/15e de seconde ;
200 Iso – f/4 –1/ 8e de seconde ;
100 Iso – f/4 – 1/4 de seconde.
 
La sensibilité est au minimum. Pour avoir un temps de pose plus lent, il faut alors fermer le diaphragme.
En fermant d’une valeur à chaque fois on obtient :
 
100 Iso – f/5,6 – 1/2 seconde ;
100 Iso – f/8 – 1 seconde ;
100 Iso – f/11 – 2 secondes ;
100 Iso – f/16 – 4 secondes ;
100 Iso – f/22 – 8 secondes
(vitesse très lente, effet filé du mouvement, profondeur de champ importante)
 
Photo de nuit

En augmentant la sensibilité, la baie de San Francisco peut être photographiée à la tombée de la nuit à main levée avec un temps de pose de 1/40e de seconde.

Matériel

Le choix de votre trépied est l’élément le plus important, car vous allez effectuer des poses longues. Il doit être solide et simple d’utilisation. Les poignées « pistolet » sont parfaites pour ces photos car vous pourrez changer très rapidement de cadrage.
 
• Un appareil photo débrayable en mode manuel.
• Un trépied stable et facile à manipuler.
• Un sac de transport du matériel pratique à ouvrir.
 
Photo de nuit

Cette photographie est issue du spectacle son et lumière du célèbre casino Le Bellagio, de Las Vegas, qui a lieu toutes les 30 minutes et ne dure que 3 minutes à chaque fois. Elle est réalisée avec un grand-angle d’environ 20 mm et montre les fontaines dans leur environnement. Le temps de pose est long, autour de 2 secondes.

VARIANTES

Variante 1 : sous la pluie

La pluie en plein jour donne des ambiances grisâtres qui ne sont pas toujours du meilleur effet. Par contre, en photo de nuit, les averses ou les orages amènent de nouveaux reflets et une approche totalement différente sur un paysage urbain. Dans beaucoup de situations, vous pourrez jouer sur les effets de pose longue pour créer des « rideaux de pluie ».
 
Photo de nuit

La vue habituelle de cette logia n’est pas exceptionnelle... Il y a en face un lotissement formé de constructions récentes sans aucun charme. En effectuant la mise au point sur les gouttes de pluie perlant sur le vitrage, on crée une ambiance différente. Les bâtiments extérieurs que l’on devine à peine sont floutés par la profondeur de champ réduite et par les gouttes de pluie. Un temps de pose assez long permet de mettre en avant les tonalités de l’éclairage urbain.
 

Variante 2 : au coucher du soleil

Il fait presque nuit et des lueurs diurnes sont encore présentes. C’est le bon moment pour récupérer de jolies couleurs sur l’eau. Vous utiliserez quasiment exclusivement des temps de pose courts, et donc une sensibilité élevée. Parfois, une sous-exposition volontaire permettra d’accentuer l’effet.
 
Photo de nuit

En été, de nombreux badauds viennent admirer le coucher de soleil sur les quais de la Daurade, à Toulouse. L’exposition est faite sur l’eau, plus lumineuse que le reste de l’image. Une sous-exposition de 2/3 de diaphragme a été appliquée. Les sujets au premier plan apparaissent en ombre chinoise, le morceau de pont au fond totalement noir crée une symétrie, permettant de mettre en avant le plan d’eau et ses couleurs dorées. Après avoir trouvé la bonne exposition pour un joli rendu artistique, j’ai attendu que les personnages soient correctement positionnés avant de déclencher.

 

Variante 3 : en noir et blanc

Traiter une image en noir et blanc amène toujours un regard différent sur l’image. Supprimer les informations de couleur recentre sur un nouveau sujet, et le spectateur rapprochera souvent l’image vers une époque passée. C’est un bon moyen de rendre plus originale une image un peu banale à première vue.

Photo de nuit

Emprisonnée dans une cage de verre, l’eau est en mouvement grâce à un système interne. Au 1/8e de seconde, l’image devient très graphique. Le traitement en noir et blanc sur l’ordinateur donne un effet « tableau noir » sur lequel on aurait dessiné à la craie. L’image devient abstraite, elle est sortie de son contexte et change de sens.

Variante 4 : en cascade

En utilisant de très longs temps de pose en mode Bulb sur une eau en fort mouvement, vous supprimerez toute trace d’eau et donnerez l’illusion d’un voile sur l’image. Ce procédé allège l’image de manière significative en créant une partie blanchâtre à la place de l’eau.

Photo de nuit

L’eau s’écoule très rapidement de cette petite cascade artificielle. Le temps de pose de 1 minute a permis de donner un effet vaporeux sur l’eau. La partie haute de l’image, dont le mouvement était plus lent, est juste lissée. Des petits spots dirigés sur l’eau éclairent plus ou moins la surface dans des tonalités de couleur variables. L’ensemble donne une image dynamique et agréable, avec un sens de lecture logique allant de la gauche vers la droite.


ATELIER 5 CIEL ET ÉTOILES

Photo de nuit

La lune éclaire le plan d’eau et crée une image monochrome. Ce genre de visuel est idéal si vous souhaitez des fonds neutres pour un site Internet ou un flyer.

ANALYSE DE LA SITUATION

L’éclairage naturel

Il suffit de lever les yeux, le ciel est partout, les étoiles et la lune aussi ! Il faut juste les apprivoiser un peu... Avant de faire quoi que ce soit, laissez vos yeux s’habituer à l’obscurité.

La terre tourne, les étoiles ne bougent presque pas : avec un temps de pose très court, les étoiles formeront de multiples points lumineux. Si vous faites plusieurs expositions et que vous les compilez ensuite sur l’ordinateur au moyen de « piles », vous obtiendrez un ciel très étoilé du plus bel effet.

À l’inverse, avec un long temps de pose de plusieurs minutes, ce sont de jolies traînées qui rempliront
le ciel. Mais attention, un temps mal choisi, pas assez court pour figer les étoiles ou pas assez long pour obtenir des traînées, et vous aurez l’impression d’un ciel plein de taches très disgracieuses.

Photo de nuit

Pose longue sur le mythique Bagdad Café de la route 66, en Californie. Nous sommes aux portes du désert et le ciel est rempli d’une multitude d’étoiles très lumineuses. Le temps de pose de 30 secondes à f/2,8 a suffi pour les révéler dans la partie la plus bleue du ciel. La partie basse est plus orangée car des éclairages urbains étaient proches. L’intérieur du café est totalement blanc, la mesure de l’exposition ayant été faite sur les parties sombres, et les zones éclairées sont naturellement surexposées. Cela permet d’éclairer fortement le premier plan. Le reste de l’ambiance est donné par un fort éclairage au néon placé sur le toit, qui donne une étrange tonalité verte. Les halos de lumière, gênants dans de nombreuses prises de vue, amènent ici un aspect créatif intéressant.

Les outils de l’atelier
• Privilégiez les ciels clairs pour photographier les ciels.
• Adaptez l’exposition donnée par la cellule.
• Réglez la balance des blancs sur l’éclairage principal.
• Mettez la pose en mode Bulb pour de très longs temps de pose.

COMMENT PROCÉDER

Préparation et planification

Encore une fois, le choix artistique ainsi que le repérage sont importants. Les conditions climatiques également, car un ciel nuageux du printemps ne donnera pas le même résultat qu’un ciel très dégagé en hiver. Vous pouvez essayer les deux, le résultat reste très subjectif !

Une fois n’est pas coutume, pour les photos du ciel et des étoiles vous aurez le droit de réduire la luminosité de l’écran de l’appareil photo pour économiser vos batteries, mais aussi pour éviter des lumières parasites.
 

• Exposez au format Raw pour plus de précision et de souplesse de retouche en posttraitement.
• Réglez la luminosité de l’écran en réduisant son intensité.
• Anticipez votre image, en sachant si vous aurez besoin d’éclairer un premier plan avec
un accessoire.
• Connaître la météo évitera de tout organiser pour rien.

Photo de nuit

Un très long temps de pose de 20 minutes a permis d’enregistrer de jolies traînées d’étoiles sur l’océan Atlantique. Le premier plan constitué à l’origine d’énormes vagues est réduit à un mince filet blanc. Les rochers du premier plan sont bien visibles grâce à la lumière de la lune et à la vitesse d’obturation.

Photo de nuit

L’astre lunaire est photographié dans son premier quartier par temps clair quand le ciel n’est pas encore totalement noir. Elle est correctement exposée et on devine même sa partie cachée.

Photo de nuit

Ici, la lune presque pleine est dans sa phase gibbeuse. Cachée derrière un ciel de traîne, sa lumière est diffuse et éclaire aisément une grande partie du ciel.

Point technique
Pour bien enregistrer des traînées d’étoiles, il y a quelques consignes importantes à connaître : plus l’ambiance lumineuse autour de vous est faible, plus les traces seront marquées. C’est aussi valable lorsque la lune est à son premier quartier. En effet, en pleine lune, la lumière produite est forte et empêchera de bien voir les étoiles, qui ont une intensité plus faible. Bien sûr, les ciels nuageux donneront des traînées moins nettes. Côté technique, ouvrez le diaphragme et augmentez la sensibilité pour rendre les traces plus présentes. Les étoiles ne sont pas toutes du même type et ne produisent pas toutes la même lumière car elles n’ont pas toutes la même intensité.


Matériel

Prenez le matériel habituel ainsi que quelques accessoires comme un pare-soleil
« maison » que vous pourrez fixer sur l’appareil pour éviter les halos lumineux. Une lampe de poche est également indispensable pour voir vos réglages ou chercher un objectif dans la nuit noire. N’oubliez pas aussi des protections étanches de type sac en plastique pour votre matériel en cas d’intempéries.

• Votre appareil photo et trépied.
• Plusieurs batteries pour les poses très longues qui sont très gourmandes en énergie. • Une télécommande pour pouvoir travailler en mode Bulb.
• Des objectifs grand-angle.
• Des pare-soleil, dont celui de l’objectif pour éviter les halos de lumière.
• Une lampe de poche.
• De la lecture pour passer le temps en attendant la fin de l’exposition !

Photo de nuit

À Londres, c’est un soir bien nuageux pour faire des photos. Deux prises de vue ont été réalisées : une en pose longue pour exposer le ciel et révéler les nuages, l’autre pour exposer la maison. Sur l’ordinateur, j’ai ensuite gardé la partie de l’image avec la maison très sombre, et j’ai rajouté le ciel plus clair de la seconde photo. Le résultat est très graphique ; la maison en ombre chinoise est « allégée » par les branches et le ciel ferme le haut de l’image.

 

Variante 1 : du mouvement

Sans trépied, vous pourrez toujours trouver un moyen de photographier la lune ou les étoiles. Il suffira de faire une exposition sur l’élément le plus lumineux, puis de modifier la sensibilité jusqu’à obtenir un temps de pose de 1 à 2 secondes. Ensuite, avec une mise au point réglée sur l’infini, déplacez votre appareil de manière régulière pendant toute l’obturation.

Photo de nuit

Cette photo abstraite est le résultat du déplacement de l’appareil pendant l’exposition alors que la lune était juste en face de moi. La petite lumière de gauche est une étoile, celle de droite est la lune. Les deux figures sont bien sûr identiques, et par l’effet du mouvement j’ai réussi à remplir l’espace qui n’était occupé au départ que par la lune et un petit point lumineux.
 

Variante 2 : au coucher du soleil

Joli moment de la journée, le coucher de soleil réserve souvent de très belles lumières. Il ne fait pas encore tout à fait nuit, mais plusieurs éléments de cadrage peuvent déjà être plongés dans le noir. Ce moment ne dure pas très longtemps, il faut anticiper et être rapide !

Photo de nuit

Aux portes du désert, le soleil se couche sur la ville de Palm Springs. Le ciel, mais surtout un énorme nuage, reflète les derniers rayons du soleil en créant une incroyable couleur sur le nuage. Les palmiers sont déjà totalement dans le noir, mais sont intégrés au cadrage pour fermer l’image en bas et donner un contexte.
 

Variante 3 : en surexposition

Pour éviter des zones trop sombres, n’hésitez pas à surexposer le réglage donné par la cellule. Cela donnera des images évidemment plus claires et l’illusion d’une réalisation en plein jour. Attention cependant à ne pas aller trop loin dans le décalage d’exposition pour pouvoir aisément récupérer les valeurs claires en postproduction !

Photo de nuit

L’éclairage urbain se met en fonctionnement sur la Garonne juste après le coucher du soleil. Pour les réglages de cette image, on a choisi un temps de pose de 30 secondes, le diaphragme ouvert à f/16, la sensibilité à 100 Iso.
L’image produite est correcte mais assez classique. En passant à f/8 sans changer les autres réglages, on a donc ouvert de 2 diaphragmes et éclairci fortement l’ensemble. Le ciel est d’un bleu assez clair, le temps de pose plutôt long permet de conserver les reflets de lumière sur l’eau et étire les lumières des lampadaires en étoile. L’ensemble est lumineux et le recadrage en panoramique en posttraitement donne une profondeur intéressante pour la lecture de l’image.

 

Variante 4 : éclairé par la lune

La lumière de la lune est un moyen original d’éclairer une scène, à condition qu’elle soit assez présente. À son premier quartier cela sera quasiment impossible, l’idéal étant d’être en phase de pleine lune pour avoir le maximum
de lumière. Il faut également être attentif à l’éloignement de toute autre source lumineuse pour que cela fonctionne. Les temps de pose sont bien sûr très longs, un bon réglage de départ est 11 minutes à f/8 pour 100 Iso, à adapter en fonction de l’éclairement. L’avantage de ce réglage étant qu’il peut s’adapter à tous les objectifs. Comme évoqué dans la variante précédente, la tendance est plutôt de surexposer légèrement et de retravailler ensuite l’image sur l’ordinateur.

Photo de nuit

En cette nuit claire, la seule lumière présente dans le désert provient des nombreuses étoiles, mais surtout de la lune quasiment pleine. Le temps de pose de 2 minutes suffit à éclairer correctement la scène comme en plein jour. Après de longues minutes d’attente dans des rafales violentes de vent et de sable, un camion passant enfin sur la route donne à mon image l’animation qui lui manquait. Ma voiture a fini ensablée, le matériel a dû subir un nettoyage en règle, mais cela en valait la peine ! Dans la même situation, prenez un complice qui jouera le rôle de la voiture tant attendue...
 

Cet article est tiré de l'ouvrage
Photographier la nuit
de Florence At
paru aux éditions Pearson France.

Table des matières complète


Achetez cet ouvrage sur le site de Pearson Éducation.


Les auteurs
 
Florence At est photographe de reportage depuis 1998 dans des domaines variés comme l’architecture, l’évènementiel, l’illustration ou encore le sport. Sa connaissance de la photographie et de ses diverses techniques l’ont amenée à enseigner dès 2001 en parallèle de projets personnels et expositions.


Photo de nuit

Pearson France a apporté le plus grand soin à la réalisation de ce livre afin de vous fournir une infor- mation complète et fiable. Cependant, Pearson France n’assume de responsabilités, ni pour son utili- sation, ni pour les contrefaçons de brevets ou atteintes aux droits de tierces personnes qui pourraient résulter de cette utilisation.
Les exemples ou les programmes présents dans cet ouvrage sont fournis pour illustrer les descriptions théoriques. Ils ne sont en aucun cas destinés à une utilisation commerciale ou professionnelle.
Pearson France ne pourra en aucun cas être tenu pour responsable des préjudices ou dommages de quelque nature que ce soit pouvant résulter de l’utilisation de ces exemples ou programmes.
Tous les noms de produits ou marques cités dans ce livre sont des marques déposées par leurs propriétaires respectifs.
Publié par les éditions Pearson France Immeuble Terra Nova II
3-15 rue Henri Rol-Tanguy
93100 Montreuil
Tél. : 01 43 62 31 00 ww.pearson.fr
Réalisation P.A.O. : Sophie Krassik
ISBN : 978-2-7440-9454-5 Copyright © 2012 Pearson France
Tous droits réservés
Aucune représentation ou reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l’article L. 122-5 2 ̊ et 3 ̊ a) du code de la propriété intellectuelle ne peut être faite sans l’autorisation expresse de Pearson Education France ou, le cas échéant, sans le respect des modalités prévues à l’article L. 122- 10 dudit code.


PARTAGER
Contact LES RDV PHOTOS Charte de la vie privée