Tamron SP 90 mm f/2,8 VC USD

Tamron décide de monter en gamme dans une partie de ses nouvelles optiques. Le 90 mm macro, entre dans la même lignée que le 24-70 mm f/2,8 (testé sur Focus Numérique). Tout a été revu par rapport à l'ancien modèle : formule optique, conception et design. De plus Tamron intègre un système de stabilisation optique : prometteur !

La macro est une pratique photographique incontournable. Un 90 mm macro peut aussi bien être utilisé pour de la nature morte que pour des sujets vivants (insectes). Le recul nécessaire par rapport au sujet permet de pouvoir installer des éclairages précis ou bien de ne pas trop effrayer les animaux.

La prise en mains de l'objectif est excellente. On apprécie particulièrement la nouvelle conception à encombrement constant qui évite l'allongement du fût en fonction de la distance de mise au point.  Même si elle peut être perfectible, la bague de mise au point est assez réussie. Bémol, par contre, pour ce qui des interrupteurs qui sont assez mal pensés (une roue serait plus efficace, qu'un bouton poussoir à plusieurs niveaux).

Même s’il est conçu pour de la photo rapprochée, un objectif macro peut être utilisé dans d'autres situations : du portrait par exemple. Dans ce cas, mieux vaut utiliser le limitateur de distance de mise au point afin d'éviter d'attendre des heures que l'objectif trouve le focus. En macro la mise au point est primordiale et très précise. Elle est d'autant plus que le rapport de grandissement est grand. Les objectifs macro ne sont dans pas des foudres de guerre en rapidité d'AF. Malgré une motorisation USD, le Tamron n'échappe pas à cette règle. L'AF est cependant assez discret et silencieux.

Le stabilisateur optique apporte un réel plus et permet d'envisager, dans certaines conditions, la réalisation de photo en macro à main levée.

La qualité d'image est au rendez-vous. En effet, les aberrations chromatiques sont très faibles, les distorsions absentes et le vignetage limité. Le piqué est très bon. L'objectif procure des images définies et homogènes de f/4 à f/11. Au-delà de f/11, le piqué baisse pour devenir déplorable à f/32 (diffraction oblige). Aux grandes ouvertures, il reste très homogène entre le centre et les bords externes de l'image. Au rapport 1:1, les images semblent moins piquées que pour une utilisation standard.

Au final, cet objectif remplit parfaitement son rôle bien que la réalisation d'images de grande qualité et de grande netteté en macro nécessite une maîtrise technique de son appareil et de bonnes conditions de prises de vues. Nous le recommandons sans hésitation.

Face à la concurrence

Canon EF 100 mm f/2,8 Macro USM

Le modèle de base chez Canon intègre une motorisation ultrasonique, mais est dépourvu de stabilisation optique.
Canon EF 100 mm f/2,8 L Macro IS USM

Haut de gamme chez Canon, cet objectif intègre une motorisation ultrasonique, la tropicalisation, le premier système de stabilisation hybride.
 
Nikon 105 mm f/2,8 AF-S VR Micro-Nikkor

Le modèle Nikon dispose d'une technologie à encombrement constant et d'une stabilisation optique.
 
Pentax D-FA 100 mm f/2,8 Macro

Équivalent à un 150 mm sur capteur APS-C, le Pentax n'est, par définition non stabilisé, et ne dispose pas de motorisation ultrasonique.
Sony SAL 100 mm f/2,8

Sony propose lui aussi un 100 mm macro. Une copie conforme de l'ancienne version Minolta. Pas de motorisation ultrasonique au programme.
Sigma 105 mm f/2,8 EX DG OS HSM

Sigma propose une alternative également stabilisée au modèle Tamron à la différence que la conception n'est pas à encombrement constant.
 

Points forts

Points faibles

Nouvelle conception Vs ancien modèle

Manque de souplesse de la bague de mise au point

Silence de l'autofocus

Qualité de finition

Retouche manuelle du point

Facteur de transmission aux petites ouvertures

Technologie à encombrement constant

Piqué à f/32

Faible vignetage (sauf à f/2,8)

 

Faibles aberrations chromatiques

 

Faibles distorssions

 

Homogénéité du piqué

 

Stabilisation optique

 


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation