Cet article est tiré de l'ouvrage
L'art de l'éclairage
de Jean Turco
paru aux éditions Pearson France.

Plans d'éclairages Nu

- La goutte d'eau
- L'appareil photo
- Le tableau

- Supports pour accessoires


L'art de l'éclairage

L'art de l'éclairage

Matériel mis en œuvre

Fond Reflets (6) de divers papiers colorés (3)
Lumière principale flash Nikon SB 16 (1)
Lumières secondaires Torche de 750 joules et équipé réflecteur pour fond (2)
Masques – réflecteurs – filtres, etc.  Réflecteur blanc (5)
Boîtier Nikon D2Xs
Objectif Nikkor f/2,8 de 35-70 mm en position macro
Équivalence full frame / 24×36 Environ 50-105 mm (valeurs approximatives)
Sensibilité Non déterminé - de 1/1 000 à 1/50 000
Temps de pose f/4
Diaphragme Sac plastique pour eau (4)

Les flashes de reportage, même anciens – et celui-ci (1) est quadragénaire –, ont une fonction qui est particulièrement intéressante si l'on désire fixer un mouvement extrêmement rapide pouvant surpasser très largement les plus hautes vitesses qu'un boîtier permet d'atteindre. Cette vitesse de l'éclair qui va commander l'exposition pourra, en fonction de la distance flash-sujet, de la sensibilité et surtout du diaphragme sélectionné, aller jusqu'au 1/50 000e de seconde, voire plus.

Ce flash de reportage sera placé près du sujet, ce qui permettra de réduire sa puissance au minimum. En réduisant la puissance de l'éclair, on va en augmenter la rapidité et si le réglage est fait sur diaphragme ouvert, comme c'est le cas ici à f/4, il sera facile d'obtenir des vitesses extrêmement rapides pouvant figer, sans problème de bougé, gouttes d'eau ou couronnes de lait.

Nota bene : les flashes de studio ne sont pas utilisables, car leur vitesse d'éclair est beaucoup plus lente.

Prise des vues

L'art de l'éclairage

Pour obtenir un goutte-à-goutte qui tombe toujours au même endroit avec une régularité facilitant la prise de vue, j'ai utilisé un sachet de plastique dans lequel j'ai percé un minuscule trou au moyen d'une aiguille.

Pour le déclenchement il existe plusieurs méthodes. Le puriste mettra au point un système fonctionnant par contact, par cellule, par bruit ou par minuterie. Ces techniques, incontestablement efficaces, demandent du matériel acheté ou bricolé et ne sont pas vraiment pratiques à mettre en œuvre. Aussi, si vous ne pensez pas vous spécialiser dans la goutte d'eau ou de lait, optez pour la chance et déclenchez au jugé ; après dix ou quinze images faites trop tôt ou trop tard, vous arriverez à assez bien synchroniser et, le numérique et le contrôle immédiat du résultat aidant, cette absence de moyen mis en œuvre donnera elle aussi d'excellents résultats et vous fera gagner pas mal de temps et même économiser un peu d'argent.

Plutôt que la classique goutte de lait, j'ai voulu donner l'exemple d'une image colorée. Pour cela, j'ai choisi un seau noir, fait le cadre sur la surface de l'eau et créé des reflets sur cette surface avec des morceaux de papiers colorés collés sur un réflecteur blanc de grande taille.

L'art de l'éclairage

Postproduction

La surface de l'eau a simplement été nettoyée de toutes les petites bulles ou mini-reflets nuisibles à la lecture de l'image et les contrastes et la densité ont été ajustés.


art éclairage nature morte

Matériel mis en œuvre


Fond Papier noir (4)
Lumière principale Boîte à lumière sur torche 750 joules (1)
Lumières secondaires Boîte à lumière sur torche 750 joules (2)
Torche 750 joules et équipée d'un réflecteur pour fond (3)
Masques – réflecteurs – filtres, etc.  
Boîtier Nikon D2Xs
Objectif Nikkor f/3,5-4,5 G ED de 18-70 mm. Focale utilisée : 50 mm
Équivalence full frame / 24×36 Environ 27-105 mm. Focale utilisée : 75 mm (valeurs approximatives)
Sensibilité 100 ISO
Temps de pose 1/60e de seconde
Diaphragme f/11

Acheter du matériel d’occasion est une activité qui, en plus d’être plaisante, est économiquement intéressante. À défaut du mythique boulevard Beaumarchais où il devient impossible de se garer, on peut, confortablement installé, chiner sur Internet vingt-quatre heures sur vingt-quatre et découvrir à des prix souvent surprenants (en neuf comme en occasion) tout ce dont un photographe peut rêver. Il est également possible et intéressant de vendre ou d’échanger par ce biais un matériel dont on a perdu ou l’usage, ou le goût. Il convient alors de le photographier pour illustrer l’annonce et le montrer ainsi à ceux qui sont susceptibles de l’acheter. Il est bien évidemment possible d’utiliser un cliché réalisé avec un téléphone portable ou une webcam mais, comme notre passion est la photographie, pourquoi alors ne pas prendre le peu de temps que nécessite la réalisation d’une image un peu plus élaborée ? Cela ne demande pas de grands moyens et la preuve est ici illustrée que l’on peut faire, avec les deux boîtes à lumière « maison » dont la construction est détaillée page 191, des clichés dont la qualité attirera l’attention et, par là même, l’intérêt d’un acheteur potentiel.

Nota bene : l’appareil ici photographié, un IIIF de 1956 acheté d’occasion et gravé à mon nom dans les années 1960, n’est pas à vendre. Si un jour vous en trouvez un à un prix raisonnable, n’hésitez pas à vous en équiper car, plus qu’un appareil photo, c’est un extraordinaire objet que l’on prend un plaisir sensuel à manipuler. (Mis à part le système de chargement auquel je ne m’habituerai jamais !)

Prise des vues

art éclairage nature morte

Les deux boîtes à lumière continue ont été utilisées, la première (1) pour éclairer l’appareil et la seconde (2) pour le fond. Au moyen du miroir (3), la lumière de la première des boîtes a été renvoyée sur l’appareil afin d’en éclairer la face. Compte tenu de la règle des carrés inversés, cette lumière est réfléchie par le miroir sans grande perte de qualité, mais parcourt une distance plus importante avant de toucher le sujet ; elle l’éclairera donc avec une valeur de diaphragme inférieure et cette différence d’intensité, recherchée pour cette image, se note sur le gainage en cuir de la partie à notre droite de l’appareil. L’intensité de l’éclairage du fond sera réglée en combinant les distances des boîtes à lumière : pour l’augmenter il suffira par exemple soit d’approcher la boîte (2) du fond, soit d’éloigner la boîte (1) de l’appareil ou encore de combiner les deux. La priorité pour l’exposition a été donnée au diaphragme (position A pour Aperture) et l’appareil a ajusté la durée d’obturation, qui ne posait pas de souci, l’appareil étant monté sur pied.

art éclairage nature morte

Postproduction

Seul un petit nettoyage des poussières sur le papier a été utile et rapidement effectué.


art éclairage nature morte

Matériel mis en œuvre


Fond  
Lumière principale Deux torches vidéo de 2 000 watts (1) et (2)
Lumières secondaires  
Masques – réflecteurs – filtres, etc.  
Boîtier Nikon D2Xs
Objectif Micro Nikkor f/2,8 de 60 mm
Équivalence full frame / 24×36 Environ 90 mm
Sensibilité 100 ISO
Temps de pose 1/60e de seconde
Diaphragme f/11

Qu'il s'agisse de l'une de vos huiles – lorsque, séduit par Picasso ou Klein, vous abusiez des tubes de bleu –, d'une toile ou d'une gravure, d'une planche de BD ou d'un original d'illustration, comme c'est le cas ici d'une œuvre de Crossman, il peut arriver que vous ayez à vous lancer dans la reproduction pour un assureur ou un catalogue d'exposition. C'est à la fois simple et compliqué, mais la base est celle qui est ici illustrée. Deux, quatre ou six sources sont réparties également de chaque côté à 45° afin d'éviter les reflets et la complication des sources polarisées. Idéalement, les sources seront du même type et monteront des réflecteurs identiques.

Pour vérifier l'intensité de la lumière et surtout sa bonne répartition, le posemètre ou le flashmètre sont absolument indispensables. En effet, en vision directe, lorsque la zone couverte est grande, l'œil nu s'adapte instantanément et corrige les petites variations d'intensité, à la différence de la surface sensible qui se contente d'enregistrer la réalité. Et peu de choses sont aussi désagréables et difficiles à réaliser que le rééquilibrage en postproduction d'un dégradé qui va grisailler les blancs et ternir les couleurs.

Pour effectuer un contrôle en fin de réglage, tenez un crayon au milieu du tableau et regardez si ses ombres sont de même intensité.

Prise des vues

art éclairage nature morte

Deux torches cinéma-vidéo de 2 000 watts ont été utilisées. Placées à 45°, elles permettent de ne pas créer de reflets parasites sur la vitre du cadre et ainsi d'en éviter le démontage, surtout s'il s'agit d'un encadrement coûteux réalisé par un encadreur. Ce démontage sera néanmoins obligatoire si la destination des images est une publication sur un catalogue ou un livre d'art.

En opérant en Raw, il sera possible d'ajuster la température de couleur et il importe à cet effet que la température de toutes les sources utilisées soit identique. Le plus simple, mais pas le moins cher, est d'avoir un jeu de lampes neuf à chaque fois, ou d'en conserver un jeu qui ne sera utilisé que pour ces prises de vues et qui vieillira ainsi uniformément. Ce qui importe en fait n'est pas vraiment que les sources soient exactement à 3 400 K ou 3 200 K, c'est simplement qu'elles soient toutes à la même température de couleur. Le numérique et le Raw aidant, on équilibrera sans difficultés.

Avant de réaliser les prises de vues, il est nécessaire de savoir quelle sera la destination des images afin de créer des fichiers adaptés à l'utilisation. S'il s'agit d'illustrer un site Web, l'image ne sera pas la même que s'il s'agit de l'imprimer en poster. Personnellement, et même s'il s'agit d'illustrer un site Internet, je cherche la qualité maximale pour deux raisons. La première est que « qui peut le plus peut le moins » : si mon fichier pèse 100 Mo, il sera facile de le réduire aux dimensions idéales pour le Net, alors que le contraire est impossible ; la seconde est que le travail de mise en œuvre du matériel est le même, que l'on fasse une image de 3 ou de 30 Mo et qu'il me semble idiot, une fois cette mise en œuvre réalisée, de ne pas en profiter lors de la prise de vue en se limitant dans la taille du fichier.
art éclairage nature morte

Postproduction

Pour une reproduction simple et parfaite des couleurs, de nombreux systèmes existent. J'utilise personnellement le système QP Card 201. Simple et peu coûteux, il est fondé sur une carte de trente couleurs que l'on intègre à l'image. Une fois les prises de vues réalisées, il suffit de sélectionner l'image de la carte et de la faire analyser par le logiciel, qui établit un profil que l'on reporte sur la totalité des images. Élémentaire, mais efficace.


Supports pour accessoires

art éclairage nature morte

L'art de l'éclairage

Lors de la réalisation de natures mortes, il importe souvent de placer sur le plateau où est organisé le sujet un grand nombre de réflecteurs, de masques, de miroirs, voire d'écrans ou de supports pour les objets photographiés.

Il existe naturellement tout un lot de matériels professionnels qui permettent de positionner ou maintenir ces objets, mais leur coût est généralement élevé sans qu'ils soient plus pratiques ni plus faciles à utiliser que certains moyens que l'on qualifie habituellement de fortune.
J'utilise un de ces moyens depuis fort longtemps et il a remplacé peu à peu tous les autres systèmes que j'ai eu la possibilité d'expérimenter. Il met en œuvre des équerres qui servent habituellement à la liaison de pièces de charpente. Ces équerres se trouvent en diverses formes et poids dans les magasins de bricolage et mon choix s'est porté sur le plus épais des modèles, suffisamment lourd, stable et discret pour maintenir sans problème les écrans ou miroirs qui me sont nécessaires. J'en ai « bombé » en noir mat quelques-uns dont je ne voulais pas risquer de voir les reflets et j'ai laissé aux autres leur absence de couleur d'origine.

Un des avantages de leur faible épaisseur est qu'il est possible d'y solidariser masques et objets au moyen de pinces basiques et que celles servant à étendre le linge peuvent par exemple être utilisées lorsqu'il convient d'y fixer de petits objets.
Petites, mais efficaces, car en combinant ces équerres il est possible de maintenir sans souci des panneaux réflecteur de plus d'un mètre de haut.

Leur coût ? À peu près 1 euro, selon le magasin et ses promotions.










Cet article est tiré de l'ouvrage
L'art de l'éclairage
de Jean Turco
paru aux éditions Pearson France.


Achetez cet ouvrage sur le site de Pearson Éducation.

Jean Turco
 
Sociétaire des Artistes Français, Jean Turco est un photographe professionnel, spécialisé dans le portrait, le nu et la nature morte. Outre ses travaux pour la publicité il réalise de nombreuses recherches personnelles pour les galeries et les expositions (plus de 70 ces dernières années : Art en Capital au Grand Palais, Paris-Photo au Carrousel du Louvre, etc.)
Maître de stage, il dirige ou organise en Italie et en Europe francophone des ateliers et workshops, voire des événements comme l'Happening « Portraits nus » au Festival Européen de la Photographie de Nu en Arles.



L'art de l'éclairage

Pearson France a apporté le plus grand soin à la réalisation de ce livre afin de vous fournir une information complète et fiable. Cependant, Pearson France n’assume de responsabilités, ni pour son utilisation, ni pour les contrefaçons de brevets ou atteintes aux droits de tierces personnes qui pourraient résulter de cette utilisation.

Les exemples ou les programmes présents dans cet ouvrage sont fournis pour illustrer les descriptions théoriques. Ils ne sont en aucun cas destinés à une utilisation commerciale ou professionnelle.

Pearson France ne pourra en aucun cas être tenu pour responsable des préjudices ou dommages de quelque nature que ce soit pouvant résulter de l’utilisation de ces exemples ou programmes.

Tous les noms de produits ou marques cités dans ce livre sont des marques déposées par leurs propriétaires respectifs.

Toutes les photographies de l’ouvrage, hors mention spéciale, sont la propriété de l’auteur.

Publié par les éditions Pearson France
47 bis, rue des Vinaigriers
75010 PARIS
Tél. : 01 72 74 90 00
www.pearson.fr
Réalisation P.A.o. : Léa B.
ISBN : 978-2-7440-9379-1
Copyright © 2012 Pearson France
Tous droits réservés

Aucune représentation ou reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l’article L. 122-5 2 ̊ et 3 ̊ a) du code de la propriété intellectuelle ne peut être faite sans l’autorisation expresse de Pearson Education France ou, le cas échéant, sans le respect des modalités prévues à l’article L. 122-10 dudit code.



PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation