Après une première partie entièrement consacrée au matériel nécessaire pour débuter la macro facilement et à moindre coût, nous allons voir avec ce deuxième article qu'à défaut de faire de la pure macrophotographie, il est possible de pratiquer la proxyphoto avec un kit boitier/objectif d'entrée de gamme sans aucun investissement supplémentaire.

Pour l'occasion j'ai ressorti mon vieillissant Nikon D40X de 2007 et un Nikkor AF-S DX 18-55 mm f/3,5-5,6G VR : tout ce qu'il y a de plus classique.

Reflex "de base" et 18-55 mm

Que peut-on attendre de ce type de matériel et quels vont être les points positifs et négatifs à l'usage ?

Côté boîtier, il n'y a pas grand-chose à dire puisque que les boîtiers récents sont survitaminés quelles que soient la marque et la gamme. La limitation vient essentiellement de l'objectif vendu avec les kits puisqu'il est prévu pour un usage large et non spécifique à la proxyphoto.

Nikon D40x
Nikon D40x et 18-55 mm.

Avantages

- Tout d'abord les 18-55 mm proposent un rapport de reproduction plutôt intéressant de l'ordre de 1:3 ou 1:3.5, ce qui est suffisant pour faire de la photo rapprochée.

- Ces objectifs sont tous stabilisés, que ce soit par une solution sur le boîtier comme chez Sony et Pentax, ou sur l'objectif chez Canon et Nikon. La lumière étant le nerf de la guerre en photographie et encore plus en proxy, cela va permettre de travailler à des vitesses de déclenchement très basses et éviter de monter en sensibilité, situation dans laquelle les boîtiers d'entrée de gamme ne sont pas toujours à l'aise.

- Dernier point, l'encombrement et le poids sont modestes, ce qui évite de se fatiguer trop rapidement.

Proxyphoto, débuter avec un 18-55mm de kit
Papillon Demi-Deuil au Nikon D40x, Nikkor AF-S DX 18-55 mm f/3,5-5,6G VR @ 44 mm, f/5,6, 1/800 s, ISO 200.

Inconvénients

- Premier inconvénient majeur, l'ouverture. À 55 mm, ces objectifs ont une ouverture de f/5,6, ce qui rend la gestion de l'arrière-plan délicate, car la profondeur de champ sera parfois trop importante. Rappelons que la profondeur de champ est liée à la combinaison focale/ouverture diaphragme/distance de travail/taille du capteur. Par conséquent, à capteur et distance égale, un 18-55 mm à f/5,6 produira des bokehs nettement moins esthétiques qu'un objectif macro de 60 mm f/2,8.

- Le deuxième point négatif est la moindre qualité optique à 55 mm. Nous allons avoir besoin de travailler à la focale la plus grande. Or si ces objectifs s'en sortent plutôt bien dans les focales intermédiaires, ils ont tendance à être très moyens aux extrêmes, 18 mm et 55 mm. Cela a pour conséquence de donner des images moins piquées, moins contrastées et légèrement vignetées.

- Dernier point, la distance minimum de mise au point pour obtenir un rapport de grossissement respectable est très, très, très, très courte ce qui rend l'approche des sujets vivants délicate.

Proxyphoto, débuter avec un 18-55mm de kit
Ascalaphe au Nikon D40x, Nikkor AF-S DX 18-55 mm f/3,5-5,6G VR @ 55 mm, f/5,6, 1/640 s, ISO 200.

Maintenant que nous avons fait le tour du propriétaire et que nous connaissons les limites de ce matériel, voyons comment l'exploiter pleinement.

Les 10 commandements pour réussir vos photos

1. En journée tu ne sortiras point

La première astuce à appliquer est l'heure de prise vue. La proxy se pratique le matin très tôt ou le soir tard : il est inutile de sortir son matériel entre 9h et 19h30 l'été.

Préférez donc le matin entre 7h et 9h ou le soir de 19h30 à la nuit. Pourquoi ? La raison est simple, ce sont les moments de la journée (dont l'heure dorée) où la lumière est la plus belle. Elle est rasante et offre une chaleur et une douceur incomparables, alors qu'en journée le soleil est écrasant et donne des contrastes violents.

De plus, on a vu plus haut que la distance de travail était très courte et effrayait les sujets craintifs. Or le matin et le soir, les insectes dorment ! Vous pourrez les approcher de très près. Papillons et autres insectes, qui en journée vous auraient fait galoper sans cesse, seront plus dociles à ces moments-là.

2. Avec la lumière tu joueras

On fait souvent l'erreur de se placer dos au soleil ; si cela rend l'exposition plus facile, le résultat est parfois plat et sans relief. Il est important de tourner autour du sujet pour jouer avec la lumière en faisant un léger contre-jour, par exemple.

Proxyphoto, débuter avec un 18-55mm de kit
Paquerette au Nikon D40x & Nikkor AF-S DX 18-55 mm f/3,5-5,6G VR @ 55 mm, f/7,1, 1/640 s, ISO 200.

3. Tes yeux tu ouvriras

Quand on débute, on a la fâcheuse tendance à mitrailler tout ce qui se présente sans observer l'environnement. Une photo réussie ne tient pas seulement à un sujet, mais aussi à ce qu'il y a autour. Plutôt que se précipiter, mieux vaut prendre le temps de composer son image, en choisissant par exemple un arrière-plan esthétique ou en introduisant un avant-plan, quitte à laisser s'envoler le beau papillon qu'on convoitait. C'est encore plus vrai avec ces objectifs qui imposent de vraies contraintes esthétiques.

4. Le diaphragme tu fermeras

Une des différences majeures entre un 18-55 mm et un objectif macro est la netteté de l'image. Dès que cela sera possible, n'hésitez pas à fermer votre diaphragme afin de gagner en netteté et homogénéité sur l'ensemble de l'image. On sait que généralement ces objectifs donnent le meilleur à environ f/8.

piqué DxO
Benchmark dxo : http://www.dxomark.com/

5. Tes genoux tu plieras

Je vois souvent des gens se tenir au-dessus d'une fleur ou d'un insecte pour prendre une photo, avec pour résultat un fond chargé et un sujet écrasé. Il ne faut pas hésiter à s'allonger dans l'herbe pour se tenir à la même hauteur que le sujet — c'est valable quel que soit le matériel.

proxy macro Proxyphoto, débuter avec un 18-55mm de kit

6. En manuel tu travailleras

Oubliez l'autofocus et le mode auto de votre reflex ! Ici, on fait la mise au point manuellement et on travaille uniquement en priorité ouverture ou en mode manuel.

Pourquoi ? La raison est simple : l'autofocus, bien que très pratique et efficace dans de nombreuses situations, manquera néanmoins de précision comparé à votre œil et ne fera pas le point exactement où vous le désirez. Quant au mode auto, il ne vous permettra pas de choisir vos paramètres d'ouverture et d'exposition comme ce serait le cas en manuel ou en priorité ouverture.

7. Le flash tu utiliseras

J'en vois déjà certains froncer les sourcils et s'exclamer que rien ne vaut la lumière naturelle ! C'est aussi mon avis, pourtant il y a des situations où le flash peut s'avérer utile pour déboucher une scène.

Le flash popup de votre reflex peut suffire : en baissant sa puissance de manière conséquente, il vous apportera un appoint de lumière pour réaliser un fill-in discret mais efficace.

8. En RAW tu shooteras

Oubliez le JPG et profitez de la puissance du RAW au post-traitement. Cela pourra vous être utile pour corriger les défauts optiques comme le vignetage, les aberrations chromatiques ou le manque de piqué global de ces objectifs grand public.

9. Les vêtements aux couleurs vives tu oublieras

Évitez les tenues vestimentaires criardes, préférez des tenues plus sobres qui vous aideront à vous fondre dans l'environnement, comme le ferait un photographe animalier.

10. Des ciseaux tu emporteras

Dernière astuce bien pratique : toujours avoir sur soi une paire de ciseaux. On a vu qu'un des problèmes des transtandards était la gestion du l'arrière-plan. Il est possible dans bien des cas d'améliorer cela en enlevant une ou deux brindilles qui viennent parasiter l'image. Attention, le but n'est évidemment pas de défricher un hectare ou de saccager les plantes avoisinantes !

Proxyphoto, débuter avec un 18-55mm de kit
Odonate au Nikon D40x
Nikkor AF-S DX 18-55 mm f/3,5-5,6G VR,
@ 55 mm, F/5,6, 1/1 000 s, ISO 200.

Comme vous pouvez le constater, il est tout à fait possible de réaliser des clichés esthétiques de photo rapprochée sans matériel supplémentaire. À vous de jouer !

> La page Facebook de Franck Petit - Photographies

Voir aussi :
> Débuter en macro (1) : le bon matériel pour se lancer
> Débuter en macro (3) : lancez-vous avec votre premier objectif macro

> Guide d'achat : bien choisir son matériel macro
> Dossier – Tout savoir, tout comprendre, tout faire en macrophotographie

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation