Cet article est tiré de l'ouvrage
Photographier le visage et le corps
de Benjamin David-Testanière
paru aux éditions Pearson Éducation.

Chapitre 4 : Les différents types de lumière


Voir la Table des matière complète.

- Les lumières dures
- Les lumières douces
- Les lumières plates et filtrées

- L'éclairage domestique

- Le flash




Photographier le visage et le corps


Les lumière dures

Reconnaître une lumière dure

La lumière est dure quand elle atteint directement le modèle sans être filtrée par quoi que ce soit : ni nuages, ni rien dans l'environnement plus proche. Sur le modèle, elle produit des ombres très contrastées, aux contours parfaitement définis. Les arcades sourcilières, le nez, la poitrine projettent des ombres, parfois très longues, quand le soleil est au zénith – c'est également le cas avec la lumière continue de studio ou les éclairages domestiques, qui peuvent avoir le même contraste qu'une lumière dure, mais une intensité bien moindre.

Exploiter une lumière dure

Il y a trois manières d'exploiter une lumière dure.
La première est de demander à votre modèle de faire face à la source de lumière. En hiver, quand le soleil est rasant, c'est très facile. Il vous suffit de vous mettre dos à la lumière et de demander au modèle de se mettre face à vous. Au printemps et en été, quand le soleil est haut dans le ciel, le modèle doit lever la tête. Votre propre placement peut alors être problématique si le modèle est debout.

Les différents types de Lumière
Une pose choisie sans tenir compte de la lumière. Les ombres ne mettent pas Julie en valeur.
Canon EOS 5d Mark II, TS-E 45 mm, f/2.8, 1/8000 s, 200 ISO, -2 en correction d'exposition.

Les différents types de Lumière
La pose adaptée pour la lumière, cette fois.
Canon EOS 5d Mark II, TS-E 45 mm, f/2.8, 1/8000 s, 200 ISO, -2 en correction d'exposition.

La deuxième manière d'exploiter les lumières dures est de jouer avec les ombres sur le modèle. Il faut éviter d'avoir une multitude de petites ombres un peu partout. Cherchez plutôt à obtenir des zones d'ombres et des lumières bien définies. La ville, avec ses bâtiments qui projettent des ombres géométriques, se prête bien à ce genre de photo.

Les différents types de Lumière
Un placement de modèle en deux temps. D'abord, j'ai demandé à Claire de lever la tête
pour ne pas avoir l'ombre de ses sourcils et de son nez sur son visage.
Ensuite, je lui ai demandé de se décaler sur le côté, vers l'ombre d'un mur.
Canon EOS 5d Mark II, 85 mm, f/1.8, 1/3200 s, 50 ISO, -1 1/3 en correction d'exposition.
Traitement de la peau, désaturation, ajout de contraste.

Enfin, à contre-jour, une lumière dure permet de créer des ombres chinoises. Dans ce cas, dirigez votre modèle de manière à ce que sa silhouette soit la plus simple et la plus lisible possible. Prenez garde à ce qu'il n'y ait pas une autre forme dans l'arrière-plan qui vienne se confondre avec votre modèle. Cela n'est pas évident lorsque vous avez l'œil dans le viseur, car vous ne voyez pas les choses de manière aussi contrastée que votre appareil. Vérifiez régulièrement dans l'écran arrière de votre appareil comment sont restituées les différentes valeurs de votre composition.
Les différents types de Lumière
Patrick, le soleil, Jérôme et c'est tout. Rien de tel que de prendre le ciel
comme arrière-plan pour une composition simple et évidente.
Canon EOS 5d Mark II, 16-35 mm à 23 mm, f/16, 1/500 s, 100 ISO, -2 correction d'exposition.
Effacement des taches dues aux poussières sur le capteur.

Pour finir, une astuce : si vous demandez à votre modèle de regarder en permanence le soleil, il aura très mal aux yeux, froncera les sourcils et risque de larmoyer. Pour éviter cela, dites-lui de fermer les yeux et convenez avec lui qu'à un signal donné, il devra les ouvrir quelques secondes seulement. Pendant qu'il a encore les yeux fermés, demandez-lui de bien détendre son visage. Au signal, faites une rafale de trois ou quatre images pour ne pas rater le moment décisif.

Traiter et interpréter les photos réalisées en lumière dure

Il n'y a pas grand-chose à faire en termes de traitement cosmétique. La lumière puissante lisse la peau. Il faut simplement corriger la teinte de cette dernière, qui a tendance à être un peu trop rouge. Une désaturation partielle permet d'atténuer les couleurs de l'arrière-plan lorsqu'elles sont trop vives.

Les différents types de Lumière
Ludovic est assis dos à la mer pour me permettre de le photographier de face alors qu'il lève la tête.
J'ai désaturé uniquement le rouge de cette image.

Avec un traitement noir et blanc, les photos où le modèle a le visage orienté ver le soleil ont un côté intemporel. Elles rappellent les images du studio Harcourt, réalisées avec des éclairages continus de cinéma. Il est possible d'anticiper un tel traitement en surexposant d'une valeur environ.

Les différents types de Lumière
Une photo très intemporelle malgré les piercings de Claire.
Canon EOS 5d Mark II, 85 mm, f/1.8, 1/8000 s, 200 ISO, +1/3 correction d'exposition.
Traitement de peau et désaturation.

Les lumières douces

Reconnaître une lumière douce

La lumière douce, c'est la fameuse « bonne lumière » que tous les photographes recherchent. Celle qui est juste assez contrastée pour que toutes les parties d'une image soient bien détaillées. La lumière peut être bonne le matin et en fin d'après-midi. Dans ce cas, elle a souvent une teinte chaude. Elle peut aussi être douce pendant un passage nuageux, sous un arbre, à l'ombre d'un bâtiment. J'aime particulièrement la lumière aux terrasses des cafés couvertes par des bâches semi-transparentes. En bref, on trouve de bonnes lumières un peu partout et tout le temps.

Exploiter une lumière douce

Il n'y a rien de plus simple que d'exploiter une lumière douce et elle permet tous les styles de photos, je ne vais donc pas m'attarder là-dessus.

La préparation d'une séance avec une bonne lumière demande un peu d'organisation. En effet, une lumière douce se transforme généralement en lumière dure tôt ou tard dans la journée. Si vous le pouvez, rendez-vous dans les jours précédant la séance sur le lieu de prise de vue et notez les heures où la lumière est bonne. Quand elle devient dure, regardez aux alentours s'il n'y a pas des endroits ombragés qui pourraient vous permettre de poursuivre la séance.

Les différents types de Lumière
Pas besoin de regarder d'où vient la lumière sur May. Avec une lumière douce,
toutes les parties de l'image sont détaillées, qu'elles soient dans la lumière ou dans l'ombre.
Canon EOS 5d Mark II, TS-E 90 mm, f/2.8, 1/640 s, 200 ISO, +2/3 correction d'exposition.
Style d'image monochrome avec filtre rouge.

Les lumières plates et filtrées

Reconnaître une lumière plate

Quand il fait parfaitement jour, que le ciel est nuageux, mais que vous ne voyez pas le soleil à travers les nuages, ceux-ci diffusent de manière égale et dans toutes les directions une lumière filtrée. Les ombres sont alors quasi inexistantes, très peu contrastées et définies.
Dans les mêmes conditions, on peut avoir une lumière plus ou moins contrastée. À vous de voir si elle est exploitable ou non.

Exploiter une lumière plate

À condition d'avoir un objectif lumineux, les lumières plates sont tout à fait exploitables. Elles ont même l'avantage de permettre toutes les orientations possibles pour le modèle, et d'exploiter ainsi tous les arrière-plans à 360°.
Vous remarquerez qu'avec une lumière très filtrée, toutes les couleurs sont denses. En couleur, cela donne des images très saturées, parfois oppressantes. Si vous prévoyez de traiter vos photos en noir et blanc, recherchez les couleurs qui donnent les gris les plus denses, comme le bleu et le vert. Leur rendu est très intéressant.

Les différents types de Lumière
Ce fond noir derrière Florian, c'est une haie de cyprès.
Canon EOS 5d Mark II, 85 mm, f/1.8, 1/320 s, 200 ISO. Style d'image monochrome avec filtre rouge.

Traiter et interpréter les photos réalisées en lumière plate

Sur une photo prise avec une lumière filtrée suffisamment contrastée, je densifie généralement la peau en utilisant un calque de réglage « courbe ». Ensuite, avec l'outil « brûler et retenir » de Photoshop, je brûle les partie de la peau où se reflètent les nuages et je densifie les partie sombres : creux, rides, barbe… Dans la fiche « Traitement d'une image pas à pas », je reviendrai sur cette technique.

Cela donne un rendu qui rappelle un peu les affiches de cinéma. Avec un traitement de peau préliminaire impeccable, on peut aussi appliquer un passe-haut sur la peau pour en faire ressortir la texture.

Les différents types de Lumière
Il faut environ une demi-heure pour obtenir le résultat de cette photo de Yann avec une palette graphique.

L'éclairage domestique

Pourquoi utiliser les éclairages domestiques ?

Pour la photo, les éclairages domestiques sont souvent mal placés, trop faibles et d'une température de couleur trop chaude. Pourtant, ils permettent de faire des photos avec simplement un boîtier et un objectif, dans le coin d'une pièce, par tous les temps et à toute heure.

Dans la partie consacrée à la balance des blancs, nous avons également vu qu'ils permettent des effets intéressants. Je vais donc vous expliquer comment utiliser au mieux ce que nous avons tous à la maison et que nous ne pensons pas forcément à utiliser pour éclairer nos modèles.

Les différents types de Lumière
Un plafonnier mal utilisé donne les mêmes ombres longues et disgracieuses qu'un soleil au zénith.

Exploiter les éclairages domestiques

Au niveau du placement du modèle, l'exploitation des éclairages domestiques est analogue à celle d'une lumière dure. On a affaire à une source de lumière omnidirectionnelle qu'on ne peut pas déplacer, la plupart du temps. Il faut donc faire en sorte que le modèle soit face à l'éclairage ou dessous, pour éviter les ombres disgracieuses.

Les différents types de Lumière
Camille allongée sous un plafonnier. Avec le modèle dans cette position,
les seules ombres qui restent se projettent sur le canapé et sur le sol,
où elles sont moins gênantes. On remarque qu'une lumière faible peut aussi être très contrastée.
Canon EOS 5d Mark II, 16-35 mm à 35 mm, f/2.8, 1/60 s, 800 ISO, +1/3 correction d'exposition.
Recadrage, traitement de peau, désaturation partielle, courbes localisées.

En ce qui concerne l'intensité lumineuse, une ampoule est infiniment moins puissante que le soleil. Il vous faudra donc travailler avec un objectif très lumineux et une sensibilité élevée. Évitez d'inclure trop de zones sombres dans votre composition, c'est là que se loge le bruit.

Enfin, n'oubliez pas de jouer avec la balance des blancs. En automatique, elle devrait vous donner des rendus chauds avec la plupart des ampoules domestiques.

Les différents types de Lumière
Maruschka toute dorée, éclairée par les lampes au-dessus de son miroir.
Canon EOS 5d Mark II, 85 mm, f/1.8, 1/640 s, 1 600 ISO. Traitement de peau.

Traiter et interpréter les photos réalisées avec des éclairages domestiques

Sur une photo avec beaucoup de zones d'ombres, vous devrez peut-être réduire le bruit de votre image. Votre derawtiseur le fait très probablement, sinon il existe des programmes et des plug-in spécialisés. Attention, il faut la plupart du temps manier les « tirettes » de ces outils avec parcimonie pour ne pas perdre trop de piqué.

Toujours, dans votre « derawtiseur », testez toutes les balances des blancs préréglées. Cela donne des variations intéressantes. Si, après le choix d'un réglage de balance des blancs, vous constatez encore des dominantes parasites, n'hésitez pas à tester tous les outils de correction de couleur : désaturation sélective, correction sélective, etc.

Les différents types de Lumière
Camille éclairée par un plafonnier.
Une désaturation partielle et quelques courbes localisées pour éclaircir les yeux et le visage.

Le flash


Le fill-in

Nous venons de voir qu'en lumière naturelle seule, il faut faire attention au positionnement du modèle par rapport à la source de lumière pour éviter un contraste trop fort. L'autre solution est de déboucher les ombres avec un coup de flash. Cette technique, qui consiste à ajouter la lumière du flash à la lumière naturelle, s'appelle le fill-in ou le débouchage.

Selon moi, un bon débouchage ne doit pas se voir. Pour cela, il faut régler le correcteur d'exposition au flash, de manière à éclaircir uniquement les ombres. La densité des parties du modèle touchées par la lumière ne doit pas changer.

Les différents types de Lumière
Pour cette photo de Camille, le fill-in a permis d'équilibrer les zones d'ombres
et les zones de lumière en réduisant le contraste de l'image.
Il faut veiller à ce que l'éclair du flash n'impacte pas les zones les plus claires.

Pour plus d'efficacité et de liberté, je vous conseille également de déporter votre flash et de le placer face à la source de lumière. Pour cela, vous pouvez utiliser un simple trépied comme je le conseille dans le chapitre 2. Pour adoucir et homogénéiser la lumière du flash, un réflecteur est parfois utile.

Le flash dominant

Ce que j'appelle flash dominant est également du fill-in. La technique consiste à exposer pour l'arrière-plan en utilisant le correcteur d'exposition, puis à régler à l'inverse proportionnel le correcteur d'exposition au flash. Par exemple, si vous réglez votre correcteur d'exposition à -2, le correcteur d'exposition au flash doit être à +2.

Les différents types de Lumière
Après avoir exposé pour le ciel, j'ai éclairé Michel avec le mini-flash Canon 270ex.

Le rendu est moins naturel qu'en fill-in. Cette technique est très utilisée pour obtenir des ciels bien denses sans avoir recours à la retouche numérique. Là encore, déporter le flash vous donnera plus de liberté et d'efficacité. Un deuxième flash peut être utile pour éclairer un modèle entier cadré en pied.

Traiter et interpréter les photos réalisées avec un flash

Dans le cas d'un fill-in, la peau d'un modèle peut être un peu trop rouge, comme avec une lumière dure. Une courbe localisée permet également d'atténuer l'effet du flash s'il est trop visible.

Les différents types de Lumière
Après avoir traité la peau de Maruschka et Camille, j'ai désaturé légèrement la couleur rouge,
puis j'ai sélectionné l'arrière-plan et les bustes des filles pour les réexposer un peu.

Dans le cas de la technique du flash dominant, le fait que toutes les valeurs soient bien denses donne un côté pictural à l'image. C'est tout naturellement que l'on appliquera un traitement qui accentuera encore cette expression.
Après un traitement de peau et une désaturation du rouge, si nécessaire, une augmentation du contraste et de la netteté devrait faire son petit effet. Comme pour les photos en lumière plate, sur celles en flash dominant je reprends souvent les accroches de lumière et les ombres au pinceau. J'expliquerai cette technique dans la fiche « Le traitement d'une image pas à pas ».

Les différents types de Lumière
Michel, prêt à déclencher une tempête d'un seul regard.


Cet article est tiré de l'ouvrage
Photographier le visage et le corps de Benjamin David-Testanière paru aux éditions Pearson Éducation.

Voir la Table des matière complète.

Achetez cet ouvrage sur le site de Pearson Éducation.

Benjamin David-testanière
 
Benjamin David-Testanière est auteur photographe. Nombreuses sont ses photos qui ont été reprises par les revues spécialisée sur la photographie (Chasseur d'Images, Déclic Photo, Photofan).

 
Photographier le visage et le corps


PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation