stenope

Stenop.es
est un projet d’expérimentation visuelle et vidéographique d’une technique primitive : la Camera Obscura. Elle s’applique à une échelle originale puisqu’il s’agit de projeter le paysage environnant à l’intérieur d’habitations. De cette manière, deux textures se mêlent, l’extérieur prend place au sein de l’intime. Ce projet est mené par deux jeunes faiseurs d'images : Romain Alary et Antoine Levi.

Vous pourrez rencontrer Antoine Levi et Romain Alary au Salon de la Photo 2012. Ils animeront des conférences pour vous présenter leur travail sur le sténopé géant.

Antoine Levi nous fait le plaisir de répondre à quelques questions.

Focus Numérique : Peux-tu nous rafraichir la mémoire sur le mode de fonctionnement d'un sténopé ?

Le principe est simple, c'est la base de la photographie. On dispose d'une boîte noire dans laquelle l'une de ses faces est percée d'une petite ouverture qui laisse rentrer la lumière extérieure. Une image inversée se projette alors sur la face opposée au trou.

stenope

Focus Numérique : Comment cette idée vous est-elle venue ?

Lors d'un voyage en Inde, on logeait dans une pièce peinte en bleue. Un matin en nous réveillant nous avons observé des sortes d'artefacts de mouvements au plafond. Nous avons fait lien avec le sténopé assez rapidement et nous avons donc optimisé la pièce pour réussir à améliorer la projection. Pour cela, nous avons obscurci le plus possible la pièce et nous avons percé un volet. Notre premier sténopé géant était né. Il y a un certain nombre de paramètres à prendre en compte pour optimiser la projection. Dès que nos yeux sont habitués à la luminosité ambiante, on voit apparaître l'image, la projection de l'extérieur, sur les murs de la pièce. C'est une sensation assez étonnante ! On peut rester des heures à regarder une vue que l'on connaît parfaitement (la vue de la fenêtre) qui est projetée sur des volumes étranges. On voit par exemple un passant qui marche sur le plafond pour continuer sa route sur un objet ou un mur.



Focus Numérique : Sur votre site, on trouve des photos et des vidéos ? Quel est le mode de diffusion principale de ce projet et pourquoi ?

Un travail photographique sur le sténopé géant a déjà été réalisé par le photographe Abelardo Morell qui a étudié beaucoup le principe en noir et blanc et en couleurs. Notre idée, avec ce procédé, est de pouvoir montrer le mouvement tel que nos yeux le voient. Il reste un certain nombre de problèmes techniques à résoudre avant de pouvoir réellement filmer le sténopé géant. À l'heure actuelle, nous travaillons avec la technique du time-lapse avec des séquences qui s'étalent sur plus de 3 heures. Nous aimerions réussir à pouvoir filmer le sténopé, car en time-lapse il y a des mouvements que nous ne pouvons pas apprécier.
Nous avons également conservé des photographies, car certaines fois, on a envie de figer le mouvement. Nous vraiment dans une problématique de mix-média.



Focus Numérique : Est-ce que le projet sténopé est conçu pour le web ou est-ce que vous envisagez d'autres modes diffusion : une exposition, des performances ?

Pour l'instant, le projet est purement web. C'est la meilleure solution pour nous faire connaître. À l'avenir, nous travaillerons sur une déclinaison en exposition, projection et performances. C'est une œuvre contributive, nous sommes amenées à proposer aux gens de leur faire découvrir leur appartement sous un autre œil. Nous sommes toujours en recherche de nouveaux lieux à expérimenter. Nous cherchons à montrer une vision de la ville la plus juste possible, à Paris et ailleurs.

stenope

Focus Numérique : Selon toi, le web est outil incontournable pour montrer son travail et se faire connaître. Avec les réseaux sociaux, vous avez atteint plus de 120 000 vues pour votre vidéo sur Paris. Quels sont trucs et astuces pour assurer un bon buz et quels sont les pièges à éviter ?

Nous nous sommes concentrés sur un seul diffuseur web : Vimeo. On a fait ce choix car cette plate-forme est très attentive aux projets créatifs inclassables. Nous avons été choisis pour être en home du site ce qui nous a permis d'augmenter considérablement notre visibilité. Parallèlement à cela, nous avons réalisé un site simple et efficace.
Il faut aussi jouer des réseaux sociaux : Facebook, Twitter afin de partager au maximum le projet.

Focus Numérique : Peux-tu nous présenter ton parcours ?

J'ai commencé par une formation juridique. J'ai ensuite intégré l'École Louis Lumière en photographie suite à laquelle j'ai fait un voyage autour du monde pendant un an. À cette occasion, j'ai réalisé un blog de voyage qui a bien marché BarreToi.com. L'idée était de voyager, de faire des choses légères : peu de contenu, mais beaucoup de photos et beaucoup de vidéo. C'est au cours de ce voyage que nous avons expérimenté pour la première fois le sténopé géant en Inde. Aujourd'hui, je suis photographe d'architecture. J'ai lancé mon agence avec deux camarades de Louis Lumière qui s'appelle 11h45.

Focus Numérique : Comment va se poursuivre le projet sténopé ?


Nous travaillons toujours sur la vidéo de Paris. Cela devrait nous occuper jusqu'en septembre. Ensuite, nous voulons développer ce projet à Berlin et à Londres. Prochainement, nous allons exposer lors du festival d'Arles en mode "Happening" avec un collectif d'artistes en marge du festival. Nous essayons aussi de développer un maximum les contributions afin de pouvoir expérimenter le projet dans un maximum d'espaces différents. Nous avons déjà beaucoup de demandes dans ce sens. On va continuer, tout simplement.

> En savoir plus sur le projet Stenope.es
> Contribuez au projet Stenope.es

> En savoir plus sur Antoine Levi
> En savoir plus sur Romain Alary
> Retrouvez Focus Numérique sur Le Salon de la Photo 2012
> Retrouvez Focus Numérique sur Le festival d'Arles


PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation