Cet article est tiré de l'ouvrage Pratique Des Vitesses Lentes
de Bryan Peterson paru aux éditions Pearson Éducation.

Le Filé : 1/30 s, 1/15s, 1/8s et 1/4 s


Voir la Table des matière complète.

- Vitesse d'obturation, mythe et réalité
- Vitesses rapides et modérées
- Vitesses lentes
- Les problèmes d'exposition
- La composition




Pratique des vitesses lentes - couverture


Notre étude des vitesses d'obturateur créatives ne saurait se dispenser de ce que beaucoup de mes stagiaires considèrent comme « une technique frustrante bien que néanmoins gratifiante », c'est-à-dire le filé. Quand vous suivez un sujet en mouvement, vous le cadrez au loin tandis qu'il se rapproche, ou vous le laissez entrez dans le champ, puis vous le suivez dans le viseur tout en déclenchant. Procéder ainsi garantit que le sujet sera relativement « stationnaire », c'est-à-dire toujours au même endroit dans le viseur pendant le suivi, avec une mise au point assez bonne, tandis que tous les éléments immobiles du décor se transformeront en des traînées horizontales ou verticales. Normalement, au cours d'un filé, le sujet se déplace transversalement, mais vous devez étendre votre horizon et envisager aussi le filé vertical. Vous l'utiliserez par exemple pour photographier des enfants qui bondissent sur des échasses à ressort ou qui s'amusent sur une bascule de jardin, ou encore pour les impressionnants manèges à chute libre, dans un parc d'attractions.

Pour réussir un filé, la vitesse d'obturation ne doit pas excéder 1/30 s. Mais là encore, vous devrez procéder à des essais (ce qui ne vous coûtera rien en numérique). Essayez des temps de pose encore plus longs, comme 1/15 s, 1/8 s et même 1/4 s. Pour obtenir un beau filé, l'arrière-plan doit être intéressant, riche en couleurs et en éléments. Comme il sera en effet rendu sous la forme de traînées de différentes tonalités et couleurs, vous découvrirez rapidement à quel point le sujet que vous filez sera mieux mis en valeur lorsque l'arrière-plan est riche en éléments graphiques et en taches de couleur. Des traînées de la même couleur que le fond passent inaperçues. En revanche, si elles se détachent bien en raison de leurs couleurs vives, elles seront bien visibles.

Dans le même esprit, le filé d'un jogger trottinant près d'un mur uniformément bleu ne rendra pas bien à cause de la pauvreté tonale du fond et du manque de contraste. Mais, si le même mur est recouvert d'affiches et de graffitis, l'effet sera beaucoup plus saisissant. Pour résumer, plus l'arrière-plan est riche en couleur et contrasté, plus le filé sera spectaculaire. Donc, quand vous recherchez des occasions de faire de beaux filés, pensez aussi à l'arrière-plan sur lequel il se produira.

L'avantage du numérique

Les photographes qui travaillent en numérique bénéficient d'un énorme avantage pour s'exercer au filé – une technique qui, pour donner un bon résultat, exige de multiples prises de vue –, dans la mesure où cette activité peut se révéler extrêmement onéreuse pour tous ceux qui utilisent de la pellicule. Je connais au moins une personne qui a directement profité des leçons sur le filé. Il s'agit de quelqu'un qui suivait mes cours en ligne, par Internet, et qui m'informa un jour que « grâce aux leçons sur le filé », son mari avait fini par lui acheter un reflex numérique, lorsqu'il s'était rendu compte du gâchis de pellicules que causaient les exercices. Comme les leçons s'étendaient sur six semaines, il a estimé leur prix en diapositives jetées à la corbeille et il s'est vite aperçu qu'il serait « plus rentable d'acheter un reflex numérique neuf ».
Quand j'ai raconté cette anecdote à d'autres participantes à mes stages, plusieurs d'entre elles qui photographiaient encore en argentique ne manquèrent pas de mettre la corbeille remplie de diapositives gâchées bien en évidence en marmonnant : « Ah si seulement j'avais un appareil photo numérique... » À la fin des cours, plus aucun des stagiaires n'utilisait de la pellicule.

 

Times Square, à New York, est l'un des lieux les plus propices au filé en raison du trafic trépidant et ininterrompu sur la chaussée et de la présence des piétons sur les trottoirs. De plus, les arrière-plans ne manquent pas grâce aux innombrables enseignes lumineuses et affiches au-dessus des boutiques et des restaurants de Broadway. L'appareil photo à la main, je suivais à l'horizontale ou en diagonale les nombreuses limousines qui descendaient Broadway au cours d'une seule heure. Je ne me concentrais que sur les voitures en mouvement – et sur la vitesse d'obturation – et je finis par obtenir quelques photos de limousines assez nettes sur fond de traînées d'enseignes floues et colorées, dont cette photo très énergique restituant bien l'ambiance de Times Square.
La raison du cadrage incliné est simple. Une diagonale donne du mouvement et suggère la vitesse, et elle dynamise une image même lorsque le sujet en diagonale est immobile (une échelle contre un mur, par exemple). C'est pourquoi j'ai délibérément choisi ce cadrage déséquilibré qui donne une sensation d'urgence tout en exprimant le mouvement et la vitesse.

Flou de filé
Objectif 17-55 mm, 100 ISO, 1/15 s à f/8.


Les occasions de faire des filés se présentent vraiment partout. Mais c'est dans les villes qu'elles sont les plus nombreuses. De New York à San Francisco, de Londres à Rome, de Tokyo à Singapour, les cités sont jour et nuit en mouvement. Et dès qu'il se met à pleuvoir, les trottoirs monochromes et les piétons se transforment en un flot de parapluies bigarrés. Ici, la vitesse de l'appareil tenu à la main était réglée à 1/30 s et le diaphragme à f/11. J'ai visé le trottoir d'en face, où se trouvaient des distributeurs de journaux de couleurs vives, et effectué le filé sur les piétons. Le mélange des couleurs du mouvement produit une image dynamique, très forte, qui est tout sauf statique.

Pearson - pratique des vitesses lentes - Le Filé
Objectif 70-200 mm, 100 ISO, 1/30 s à f/11.

Je ne suis pas devenu photographe animalier car j'ai vite compris, au cours de ma carrière, que je n'aurais jamais la patience d'attendre qu'un aigle chauve vienne se poser sur un cotonnier sur les bords de la Skagit, dans l'État de Washington, pour ensuite raser les eaux et s'envoler avec un saumon pris dans ses serres. Je suis trop facilement distrait par la moindre petite chose, une jolie toile d'araignée par exemple. Or, en photographie animalière, ce genre d'inattention ne pardonne pas.

Mais quand j'ai vu ce vol de flamants au zoo de Singapour, je me suis senti l'âme d'un photographe animalier. Depuis la terrasse surplombant les échassiers, j'ai pu tranquillement prendre une série de photos de leurs différents envols. Pour cette vue, j'ai choisi une vitesse habituellement réservée aux photos de chutes d'eau. L'appareil photo à la main, équipé d'un filtre polarisant, j'ai pu utiliser le 1/4 de seconde à f/22. J'ai suivi le vol de ce flamant tout en déclenchant. Le rendu découle directement du temps de pose de 1/4 s. Le flamant aurait-il été plus intéressant à 1/1000 s ? Je n'aurais sans doute obtenu qu'une banale photo d'oiseau en vol.

Pearson - pratique des vitesses lentes - Le Filé
Objectif 70-200 mm, 100 ISO, 1/4 s à f/22.

D'une manière typique de la famille Peterson, nous avions décidé à la dernière minute de faire du ski dans les Alpes, plus exactement à Chamonix. Bien que nous fussions à une semaine de Pâques, la météo annonçait qu'il neigeait sur les Alpes comme à Noël.

La première matinée fut ensoleillée et se déroula sous un grand ciel bleu, et la température était clémente. Les heures passant, les nuages arrivèrent et il se mit à neiger. J'avais déjà déchaussé mes skis, pensant que le moment était venu de jouer une fois de plus mon rôle de photographe de la famille et de prendre quelques photos de ma femme Kathy et de mes filles au cours de ce qui serait la descente finale. Elles comptaient beaucoup sur de simples instantanés, mais à leur grand désespoir, j'avais décidé de me lancer dans des compositions esthétiques (en fait, j'aurais dû commencer par prendre les instantanés plus tôt dans la journée, mais j'avais envie de skier aussi !).

Le choix esthétique était simple. La lumière était partie et tout devenait blanc à cause de la neige qui tombait. Que faire, alors, dans des conditions aussi défavorables ? L'appareil photo calé dans mes mains froides, j'ai visé directement Chloé qui venait droit sur moi et juste au moment où elle allait virer à ma gauche, j'ai déclenché une rafale avec la vitesse réglée à 1/4 s, tout en la suivant dans le viseur.

Pearson - pratique des vitesses lentes - Le Filé
Objectif 70-200 mm, 100 ISO, 1/4 s
.

Conseil pour les photos de neige

Lorsque vous photographiez dans la neige après avoir sélectionné un mode automatique (Priorité à l'ouverture, Priorité à la vitesse, mode Programme ou autre), corrigez l'exposition de +1 IL (ou EV, sur beaucoup d'appareils photo) par temps couvert et de +2 IL par temps ensoleillé. Vous éviterez ainsi les photos de neige sous-exposées, grisâtres.
Pour le posemètre de votre appareil photo, le monde qu'il perçoit n'est fait que de gris neutre, et il mesure la lumière selon cette assertion. Or, une piste de ski est sans doute le dernier endroit où vous trouveriez un gris neutre. Confronté à tout ce blanc, que ce soit par temps couvert ou clair, le posemètre est leurré et sous-expose de 1 à 2 stops, car il tente de traduire la neige par du gris neutre, la seule valeur qu'il connaisse.
L'unique solution consiste donc à corriger l'exposition comme cela est expliqué précédemment. Bien sûr, si vous êtes un as de l'exposition manuelle, vous savez déjà tout cela.

 

Vous avez sans doute remarqué que j'aime photographier tous les sujets, et pour peu que vous vous intéressiez à ce qui se passe dans la rue, chaque jour qui passe vous apportera son lot de choses à photographier. Ce dernier hiver fut marqué par une forte tempête de neige, et il ne passa pas beaucoup de temps avant que je voie quelqu'un surpris par le blizzard. Je me suis dépêché de prendre l'appareil photo, réglé à 1/8 s et j'ai décidé d'essayer un filé en diagonale dans le même sens que les flocons de neige qui tombaient. J'ai eu de la chance avec cette photo qui, sans aucun doute, exprime avec force la rigueur de l'hiver grâce aux traînées des flocons en diagonale. Contrairement aux lignes horizontales ou verticales, les diagonales évoquent le mouvement et la vitesse. L'image n'est jamais statique, jamais mollassonne. Elle est toujours en mouvement et, en ce qui concerne cette photo, donne l'impression que la chute de neige est brutale et le temps très froid.

Pearson - pratique des vitesses lentes - Le Filé
Objectif Nikkor 17-55 mm, 100 ISO, 1/8 s à f/16.

N'avez-vous jamais été poursuivi par un chien féroce alors que vous étiez en scooter ? Ou êtes-vous le propriétaire de l'un de ces chiens qui coursent les deux-roues ? Alors que je prenais des photos sur l'île de Santorin, j'ai rapidement été adopté par plusieurs chiens, ce qui est facile quand vous leur offrez de la nourriture. Un peu après avoir photographié plusieurs églises à dôme bleu au lever du soleil, je me suis arrêté à la terrasse d'un petit café situé sur une place, avec « mes chiens ». La rue était calme, mais une demi-heure plus tard, elle fut animée par de nombreux scooters. Chaque fois qu'ils en entendaient un venir, les chiens se mettaient à courir, excités à l'idée de mordre le talon du conducteur de l'engin. J'ai tenté de faire cesser ce comportement hargneux, mais ils semblaient prendre plaisir à ce jeu, devenu une véritable habitude pour eux.

Selon l'adage « si tu ne peux les vaincre, allie-toi à eux », je décidai de prendre quelques photos en filé des chiens pourchassant les scooters. Une demi-heure plus tard, le calme était revenu sur la place. Le propriétaire du café m'apprit que les personnes en scooter étaient des pêcheurs qui avaient l'habitude d'être pourchassés par ces chiens, lesquels avaient eux-mêmes l'habitude d'adopter tout touriste fraîchement débarqué par bateau ou par avion. Il semblait que ce jour-là, ce fut moi. Bien que je sois resté trois jours encore à Santorin, je ne revis plus jamais ces chiens.

Pearson - pratique des vitesses lentes - Le Filé
Objectif 17-55 mm, 100 ISO, 1/15 s à f/16.

Pendant que j'étais en reportage
sur un chantier naval à Charlotte, en Caroline du Nord, les sujets de filé ne manquèrent pas. Le port s'anima fébrilement lorsque trois porte-conteneurs arrivèrent en quatre heures. Les grues chargeaient et déchargeaient inlassablement les cargaisons. La photo à gauche se distingue des autres dans la mesure où le filé n'est pas horizontal. Comme le conteneur venait d'être enlevé du bateau, j'ai effectué un filé de haut en bas, vers le sol.
 

Pearson - pratique des vitesses lentes - Le Filé

Pearson - pratique des vitesses lentes - Le Filé
 
Voici un exercice qui peut être amusant et que vous pouvez effectuer chez vous, manuellement si j'ose dire. Tout en tenant l'appareil photo dans une main, photographiez votre autre main en action à différentes vitesses, comme 1/15 s ou 1/8 s. Vous serez surpris du résultat.

Essayez avec la main qui ouvre le réfrigérateur ou qui prend une bière. Ou alors, avec la main qui s'empare d'une tranche de gâteau ou de tarte, ou encore prenez votre main pendant que vous jouez au hockey ou pendant que vous enfoncez un clou, lavez la fenêtre, repeignez la maison... Les opportunités sont infinies. En effectuant cet exercice, vous vous rendrez compte combien une main peut être active. Pour cette photo, après avoir choisi des tomates cerise sur un marché, j'ai effectué un filé de la main tendant un billet de banque au marchand, par-dessus l'étal de légumes.

Pearson - pratique des vitesses lentes - Le Filé
Objectif 12-24 mm, 100 ISO, 1/15 s à f/16.



Cet article est tiré de l'ouvrage
Pratique des Vitesses Lentes de Bryan Peterson paru aux éditions Pearson Éducation.

Voir la Table des matière complète.

Achetez cet ouvrage sur le site de Pearson Éducation.

Bryan Peterson
 
Bryan Peterson est un photographe professionnel de renom,
auteur de plusieurs ouvrages sur la photographie numérique.
Il est est notamment l'auteur d'un best-seller
Pratique de l' exposition en photographie numérique.

 
Pratique des vitesses lentes - couverture




PARTAGER
Contact LES RDV PHOTOS Charte de la vie privée