Sur le terrain
Pour notre test, nous avons mis le CFV-39 dans les mains de Patrice Schmidt, photographe au Musée d’Orsay. Il est habitué aux dos Phase-One et Leaf qu’il utilise depuis 5 ans. Ce dos lui permet de faire revivre son parc de 4 Boitiers et 12 optiques.

« Les images sont arrachées !». C’est la première réaction, de Patrice, à la vue des fichiers dans Lightroom. « Par contre, le grain est très marqué ». Après quelques comparatifs, il s’aperçoit que le résultat est bien plus convaincant dans Phocus, le logiciel fourni par Hasselblad. « Même à 400 ISO, les fichiers sont très propres à condition de passer par Phocus pour les développer ». « Je suis convaincu par ce premier contact. Les prises en main du dos ou du soft sont très faciles. Les batteries du CFV-39, tiennent plus longtemps que celles des dos que j’utilise habituellement. Dommage qu’ils n’aient pas pensé à la rotation du dos. Les prises de vues en mode portrait sont acrobatiques. L’aspect du dos est une vraie réussite. Il a le look de mes premiers Blad. » Après 3 jours de tests, Patrice est toujours emballé. Les photographes d’Orsay vont sûrement travailler avec un dos Hasselblad en 2010, sauf restriction de budget…

Hasselbald CFV39 test review exemple
Même 400 ISO, le grain est contenu avec Phocus. La définition est exceptionnelle.
Vous pouvez télécharger l'image en pleine définition en cliquant sur la vignette ci-dessus.


CFV 39 hasselblad test review
Photographié à 800 Iso, à la lumière du petit matin, le museau de l’Ours de Pompon se détache parfaitement sur le fond flou du Musée.
Un « Bokeh » bien maitrisé ! Le format 36,7 x 49,0 mm du capteur y est pour beaucoup.

Vous pouvez télécharger l'image en pleine définition en cliquant sur la vignette ci-dessus.


CFV 39 hasselblad review test
L’armement du Blad : un geste classique pour les adeptes de la marque suédoise.


CFV39 Hasselblad test review
Deux stars en tête-à-tête

Quelques autres images shootées à Nancy, sur la place Stanislas, lors de l’expo : « Ephémère jardin».

CFV39 hasselblad test review

À 3 mètres, au 100mm, les nervures de salade sont incroyablement détaillées.

CFV39 hasselblad test review
Les détails fourmillent sur la pierre et les sculptures. Il faudra se méfier à ne pas bruler les hautes lumières. L’examen des images ne révèle pas une dynamique exceptionnelle du CFV-39.

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation