Nikon D800 : les meilleures offres

Nikon n'a pas remplacé son D700 par un, mais bien deux appareils : le D800 et le D800E. Au premier coup d’œil, ces appareils sont strictement identiques. Une seule chose, mais non des moindres, les différencie : le filtre passe-bas. En effet, le Nikon D800E en est dépourvu. En réalité, ce n'est pas tout à fait vrai : Nikon a ajouté un deuxième filtre qui fait l'effet inverse du premier. De ce fait, les filtres s'annulent donc !
NIkon D800Nikon D800 E
 
Le filtre passe-bas ou anti-aliasing a pour but de brouiller les plus fins détails de la scène que l'on souhaite photographier afin que ces derniers soient enregistrés par au moins 2 pixels et ne tombent pas dans l'espace "aveugle" situé entre 2 pixels contigus. Il permet d'éviter ce que l'on appelle l'aliasing.

Pour bien comprendre le phénomène d'aliasing, il faut prendre conscience de plusieurs choses.
La première est qu'un reflex, le D800 par exemple, dispose d'une fréquence d'échantillonnage (F capteur) due au nombre de pixels et à la taille physique de son capteur. Un objectif dispose d'un pouvoir séparateur. Lorsque le pouvoir séparateur de l'objectif est nettement plus élevé que la fréquence d'échantillonnage du capteur, les images numérisées sont sous-échantillonnées et risquent d'être affectées par des artefacts visuels : le moiré.

Nous allons donc parler de fréquence spatiale maximale de l'image fournie par l'objectif (F img). Cette fréquence dépend de plusieurs facteurs :

- le pouvoir de résolution de l'objectif (facteur invariable dépendant de l'objectif et de l'ouverture)
- la fréquence spatiale maximale du sujet photographié (facteur invariable dépendant du choix du sujet)
- le grandissement de l'image (facteur variable ne fonction de la focale pour un zoom et de la distance au sujet)

Pour éviter l'aliasing et donc le moiré il faut que F capteur >= 2 x F img.

Or avec des objectifs actuels, très performants, cette condition n'est pas toujours respectée dans certains cas : sujets avec des motifs répétitifs et périodiques, grande valeur d'ouverture.
Les reflex sont particulièrement concernés par ce phénomène, car il possèdent de grands capteurs et donc une F capteur plus faible que sur un compact avec un nombre de pixels équivalents. De plus la majorité des objectifs que l'on utilise ont un pouvoir de résolution très important ! Donc théoriquement, il n'est pas rare de se retrouver dans la situation ou F capteur < 2 x F img et donc de voir apparaître du moiré.

Pour limiter ce phénomène, on installe donc un filtre passe-bas qui va réduire F img. Les problèmes de moirés disparaissent e grande partie, mais l'image est floue, plus môle, moins piquée.

Ce filtre est généralement associé au filtre infrarouge et positionné devant le capteur de l'appareil !

Le D800E dispose d'un filtre anti-aliasing traditionnel il est suivi immédiatement par un filtre procurant l'effet inverse si bien que ces deux filtres s'annulent. Les images qu'il procure exploitent donc pleinement les possibilités (pouvoir de résolution) des objectifs installés dessus. Donc théoriquement une image réalisée avec un D800E doit être plus piquée qu'une image réalisée avec un D800.


Nous avons prêté à Cyrille Robin les deux appareils lors de l'une de ses séances pour qu'il vérifie par lui même cette hypothèse et qu'il nous donne son ressenti sur la différence entre ces deux appareils. Cyrille travaille à l'heure actuelle avec un Nikon D3 et dispose d'une gamme d'optiques professionnelles.

Il est notre formateur en chef sur la partie retouche d'image pour RDV Photo et RDV Photo Pro.

Pour rappel, le Nikon D800E est vendu exclusivement chez des distributeurs agréés Nikon et proposé près de 300 euros de plusque le D800 et est livré avec Capture NX2 qui dispose d'une fonction anti moiré.

Focus Numérique : Tu connais très bien le matériel Nikon, tu possèdes un D3 et à l'annonce des D800 et D800E, tu étais très intéressé par ces nouveaux appareils. Après deux jours avec les deux qu'en est-il ?

J'étais intéressé pour 3 raisons :

1 La légèreté des boitiers en comparaison de la gamme D3, D4... sans perdre sur la qualité d'image.
2 Le mode vidéo de bonne qualité de ces nouveaux boitiers
3 L'absence de filtre passe-bas, qui me donnait l'espoir d'avoir un piqué proche d'un boitier moyen format et avec tant de pixels, le rêve de pouvoir recadrer plus facilement ...

Focus Numérique : Sur le principe donc , une déclinaison du D800 sans filtre passe-bas te semble une bonne idée ?


Oui, sur le principe, je trouve cela très intéressant, bien que je trouve que la répercussion du coût de production soit très forte sur le deuxième boitier.

Focus Numérique :  Tu es habitué à ton Nikon D3 et ses 12 millions de pixels, pour commencer que donnent tes objectifs montés sur un D800 en 36 millions de pixels ?


J'utilise principalement le 24-70 mm f/2,8. Il me semble bien exploité pour ce qui est des prises de vue assez rapprochées. En revanche, je suis assez déçu d'une comparaison entre mon D3 et le D800 sur certaines vues d'ensemble, je ne trouve pas que les 36 millions de pixels soient pleinement effectifs. Mais dès qu'il s'agit de distances de mise au point plus courtes, on a clairement un doublement de la capacité à zoomer dans une image, et ce sans perte de netteté.

D800 Vs D800E

D800 Vs D800E
À gauche, l'image est réalisée avec le D800 et ses 36 millions de pixels, à droite la même image avec le D3. Il est certain qu'à 100%, on est plus proche avec le D800, mais la sensation de netteté n'est pas comparable à celle du D3. Les deux images ont été réalisées avec le 24-70 mm f/2,8 à 0,6 s f14 et 200 ISO.

> Téléchargez l'image en RAW réalisée avec le D3
> Téléchargez l'image en RAW réalisée avec le D800

Focus Numérique : Tu as comparé D800 et D800E, tes premières réactions à chaud ?

Sur certaines images, la différence est notable, sur la majorité, elle est très subtile.

D800 Vs D800E
D800 Vs D800E
À gauche l'image réalisée avec le D800E, à droite l'image réalisée avec le D800.

> Téléchargez l'image RAW faite avec le D800
> Téléchargez l'image RAW faite avec le D800E

 
D800 Vs D800E
À gauche l'image réalisée avec le D800E, à droite l'image réalisée avec le D800.

> Téléchargez l'image RAW faite avec le D800
> Téléchargez l'image RAW faite avec le D800E

D800 Vs D800E
D800 Vs D800E
À gauche l'image réalisée avec le D800E, à droite l'image réalisée avec le D800.

> Téléchargez l'image RAW faite avec le D800
> Téléchargez l'image RAW faite avec le D800E

Focus Numérique : Selon toi le D800E apporte réellement un gain en piqué par rapport au D800 ?

Moyennement, en tout cas, je ne pense pas que la différence de prix soit proportionnelle au gain en piqué.

Focus Numérique : As-tu rencontré des problèmes de moirés à la prise de vue avec le D800E ?


Non, il m'a semblé en apercevoir dans les très courts tests vidéos que je me suis accordé, mais je ne suis pas sûr. Je n'ai pas eu assez longtemps les boîtiers en mains pour forcer le défaut. Cela dit, en 3 ans d'expérience professionnelle de shooting vêtements avec mon D3, je peux compter sur les doigts d'une main le nombre de fois où je suis tombé malencontreusement sur des tissus/textures imposants du moiré. J'aurais aimé voir si le défaut était plus violent sur le D800E.

Focus Numérique : Lorsque cela arrive, tu as trouvé des solutions à la prise de vue ?

J'ai une solution prise de vue pour le jour où cela arrive : un léger filtre "soft focus" devant l'objectif et un changement du grandissement lors de la prise de vue pour sortir de l'interférence matrice/motif. En postproduction, si le moiré agit sur de grandes surfaces, c'est quasi impossible à régler.

Focus Numérique :  36 millions de pixels sur un D800, c'est des pixels 3X plus petits que sur ton D3 : as-tu des commentaires à faire sur la gestion du bruit et la dynamique de capture ?

Pour ce qui est de la dynamique, les images sortent un peu moins contrastées que sur le D3, mais surtout plus denses pour les mêmes réglages. Ce que je soupçonne d'être une stratégie de Nikon pour augmenter artificiellement la dynamique avec une simple sous-exposition, étant donné que la courbe de rendu naturelle des capteurs est très douces dans les basses lumières. En bref, ils savent qu'en retouches, on sera moins "enquiquinés" par des noirs plombés que des blancs cramés. Cela me rappelle un peu ce que faisait Fuji sur mon vieux S5 Pro, le prix à payer, c'est que toutes les photos sont un peu sous-exposées par rapport à une mesure à la cellule manuelle.

D800 Vs D800E
À gauche, l'image réalisée avec le D3, au centre le D800 et à droite le D800E.
Les trois images ont été réalisées au 1/125 s à f/9 et 200 ISO.
On remarque très un décalage d'exposition entre le D3 et les D800.
Une manière de préserver les détails dans les hautes lumières ?


> Téléchargez la photo réalisée au D3
> Téléchargez la photo réalisée au D800
> Téléchargez la photo réalisée au D800E


Focus Numérique : As-tu rencontré des différences sur ces points entre D800 et D800E ?


Non, aucune.

Focus Numérique :  Ton verdict sur tout cela ?

Ce format de boîtier est intéressant, enfin un bon concurrent de la série 5D de Canon à mon avis. Car depuis le Mark II, objectivement, personne n'envisage de faire de la vidéo pro sur un Nikon. Et je pense qu'à partir du D800, cela mériterait de changer, malgré le retard important de réputation que Nikon accuse sur ce point.
Par ailleurs, le D800E est effectivement plus piqué que le classique D800, mais bon, je pense quand même que c'est plus remarquable d'un point de vue marketing que technique.

Focus Numérique :  Es-tu prêt à passer au D800 et/ou au D800 E ?

Je ne crois pas, car mon bilan est mitigé et ces boitiers impliquent un investissement financier qui ne permet pas le moindre doute. Je m'explique :

1 -  Je voulais un boitier qui soit plus léger pour une qualité d'image au minimum équivalente à mon D3, ce point est bien sûr validé, et le viseur est très agréable.
2 -  Je voulais de la vidéo vraiment comme sur un Canon, je crois aussi que ce point est validé, malgré mon très bref test.
3 -  J'espérais un piqué incroyable sur une définition 36 millions de pixels à 100%. Ce point n'est pas validé, je ne suis pas bluffé par le piqué avec mon 24-70 mm 2,8 qui coûte quand même 1500 €, et je ne pense pas que ce couple supporte bien le recadrage par exemple.

Mais surtout, plusieurs défauts que je n'avais pas anticipés m'ont sauté aux yeux, la plupart sont dus au retour à des "petits" boitiers :

1 - La taille des boîtiers de cette gamme (en comparaison des D3, D4) amène certes, un gain de poids, mais autant de perte de confort à cause de l'absence d'une 2e poignée avec un 2e déclencheur. Et si j'achetais l'un de ces boîtiers, ce ne serait pas pour rajouter un grip-booster et l'alourdir à nouveau ...
2 -  En l'état, l'autonomie de la batterie est notablement inférieure à mon D3.
3 -  L'écran des D800 est plus grand que celui de mon D3, c'est chouette, mais je perds le retour des informations permanentes à l'arrière du boitier et les raccourcis ISO, QUALITY, WB, très pratiques.
4 -  J'ai l'impression que l'autofocus est un peu moins réactif que sur mon "vieux" D3 !
5 - Mais surtout, même en compression sans perte, j'obtiens des fichiers RAW de 40 Mo ! Étant donné la discutable qualité/utilité de ces 36 Millions de pixels, je trouve que le prix à payer en termes de matériel informatique pour garder une fluidité et fiabilité de travail est un peu cher. Aujourd'hui, je travaille sur des RAW de 10 Mo dont aucun pixel n'est à jeter et je peux les traiter de manière fluide sur un Mac qui a 2 ans...
Pourquoi n'avons pas sur le D800 la possibilité de faire des photos RAW plein capteur à 12 ou 24 Millions de Pixels?
Si ce dernier point était résolu, je pourrais faire l'impasse sur les autres, qui ne sont que des mauvaises habitudes que l'on prend lorsque l'on travaille avec les reflex les plus professionnels.

Nikon D800 : les meilleures offres
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation