Nikon D800 : les meilleures offres

Pour notre traditionnelle montée ISO, nous avons équipé le Nikon D800 d'un 50 mm f/1,4. Le boîtier est positionné en mode M pour un couple vitesse diaphragme de départ de 1/4 s, f/5,6 avec une sensibilité positionnée à 100 ISO. La scène est éclairée sous 200 lux. Comme d'habitude, vous pouvez visualiser les images en pleine définition et télécharger les fichiers bruts (Nef).

Naturellement, Nikon est attendu au tournant avec le D800, la marque s'étant positionnée pendant des années sur l'excellence de son traitement du bruit numérique dans les hautes sensibilités ISO. Toutefois, le challenge semble facilement surmontable : avec des photodiodes de 4,9 µm, le D800 pourrait même être plus à l'aise que le D7000 qui dispose de photosites de 4,7 µm.

Les JPeg

De 100 à 400 ISO, le bruit électronique est pratiquement imperceptible sur écran (100%). Cette plage de sensibilité est donc utilisable sans perte visible de qualité. Un très léger moutonnement est perceptible à 800 ISO dans les aplats très denses, mais le lissage sur les plus fins détails ne se fait pas encore sentir. C'est à peine si la texture du livre commence à disparaitre. L'image conserve donc une bonne tenue. Pour visualiser les premières dégradations, il faut grimper à 1600 ISO et celles-ci sont encore très légères : le grain est un peu gros, mais peu coloré. La dynamique est toujours aussi importante et globalement les images sont encore d'un très bon niveau. Un cran au-dessus (3200 ISO), les zones denses se parent de grain plus grossier, mais là encore peu coloré et le lissage très modéré. Les plus fins détails sont encore visibles, même s'ils sont moins nets. Les images sont donc parfaitement exploitables à cette sensibilité. À 6400 ISO, nous atteignons la limite de la plage "officielle" Nikon. Logiquement, le grain est plus visible et le lissage plus sensible, mais le bruit chromatique est encore peu présent. Au final, toute la plage ISO 100-6400 ISO semble facilement exploitable. Une belle performance pour le D800 donc.

Il est temps de passer à 12 800 et 25 600 ISO. Dès le premier cran, la perte de qualité est sensible : la dynamique baisse, le grain est grossier, les premières marbrures violacées font leur apparition et le lissage dilue les plus fins détails. Toutefois, les images sont loin d'être ridicules et la haute définition autorise des tirages 20x30 sans difficulté. Naturellement, les choses se gâtent à 25 600 ISO avec un grain moins subtil et plus coloré, des détails dégradés. Toutefois, pour des tirages A4 , la qualité pourra dans certaines situations, être acceptable et un peu de post traitement pour débrouiller des cas plus complexes.

Au final, le Nikon D800 fait donc honneur à la marque avec une plage 100-6400 ISO d'excellente facture et des valeurs Hi-1 et Hi-2 encore parfaitement exploitables.

Pixum partenaire de Focus Numérique pour l'évaluation de la qualité des imagesPour l'observation de la qualité des images en format 30x45 cm, nous réalisons des tirages photo chez notre partenaire Pixum. Cela nous permet de comparer facilement les appareils à 3200 ISO et à la plus haute sensibilité.

Nikon D800 : Réduction du bruit standard 50-400 ISO
Nikon D800 : Réduction du bruit standard 800-25600 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (50-100-200-400-800-1600-3200-6400-12800-25600 ISO)




Nikon D800 : les meilleures offres
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation