La C300 est un croisement "génétique" audacieux du caméscope Canon XF305 (format MXF) et du Canon 5D Mark II (optiques EF interchangeables), mais avec un nouveau capteur Super 35 mm qui fait des merveilles en basse lumière. Mais la concurrence est rude et les exigences des professionnels aussi nombreuses que variées. Nouveau venu sur le segment du cinéma numérique "low cost", Canon a t-il réussi son pari ?

Positionnement marketing

Annoncé depuis août 2011, la Canon C300 a déjà suscité un vif intérêt chez les professionnels notamment au salon SATIS de novembre 2011 (voir notre vidéo), et a même essuyé quelques critiques sur Internet avant même sa sortie. Il faut dire que la C300 fait figure de challenger sur le segment des caméras de cinéma numérique "bon marché".

Le C300 est équipé d'un capteur CMOS en définition 4K (8,29 millions de pixels effectifs) de taille Super 35 mm, mais filmant en HDTV 1080 uniquement. Il est en concurrence directe avec la Sony PMW-F3 qui possède également un capteur Super 35 mm et filme au format MPEG-2 Long GOP en 4:2:0, mais également avec la nouvelle caméra Scarlet-X de Red qui, elle, filme enregistre réellement en 4K.

Sony F3 Red Scarlet-X Canon C300
Sony PMW-F3L
capteur Super 35 mm
Full HD
XDCAM, 4:2:0, 35 Mbps
Carte SxS
monture PL


14 000 € TTC
RED Scarlet-X
capteur APS-H
4K, 3K, Full HD
RedCode RAW, 4:2:2
Module SSD
monture Canon EF ou PL


11 700 $ TTC
Canon C300
capteur Super 35 mm
Full HD
MXF, 4:2:2 (8 bits), 50 Mbps
Compact Flash
monture Canon EF ou PL


14 400 € TTC

Ce tableau montre que la C300 est la plus chère dans le trio. Mais en y regardant plus près, la Canon C300 n'est pas si mal positionnée, notamment grâce à ses accessoires livrés en standard :

- un large écran LCD de 10 cm de diagonale d'une excellente résolution de 1,23 mégapixels,
- un viseur orientable (couleur/noir-blanc) de 1,55 mégapixels,
- une poignée amovible,
- une crosse de poignet.
- une batterie BP-955

Ces éléments sont en option sur la Scarlet-X qui, vendue avec la même panoplie, vous coûtera au moins 16 000 dollars.

Par ailleurs, le format RAW et la résolution 4K de la Scarlet-X exigent une postproduction très musclée et très coûteuse. On ne monte pas des fichiers 4K sur sa station avec la même fluidité qu'avec un fichier MXF en 1080. On s'aperçoit donc que si le prix d'achat d'une Scarlet "nue" est moins élevé qu'une C300, la facture finale du workflow 4K est bien supérieure, sans parler du coût des modules mémoire SSD bien plus plus chers qu'une Compact Flash.

Reste la question de la diffusion : où projette-t-on en 4K en 2012 ? Pour l'instant, les salles de cinéma ne se bousculent pas pour investir dans du matériel de projection 4K, les téléviseurs domestiques sont en développement et Internet commence tout juste à streamer de la vidéo en HD. Dans certaines régions du monde, la production en SD est même toujours en vigueur. Bref, avant d'investir 15 000 euros dans une caméra 4K, il est bon de s'interroger sur l'importance de ses débouchés, au risque de devoir convertir tous ses films 4K en 2K.

Capteur Super 35 mm

Selon Canon France, le capteur CMOS intégré dans la C300 est responsable d'une bonne partie du prix final. Il s'agit d'un capteur Super 35 mm (24,6 x 13,8 mm) qui exploite 8,3 millions de pixels pour traiter le spectre RVB en vidéo (4 millions de points verts, 2 millions de points bleus et 2 millions de points rouges). Par un simple regroupement de photodiodes, le capteur crée un pixel coloré sans interpolation pour produire une image Full HD 1920x1080 pixels. Ce système permet de limiter l'apparition du moiré et de l'aliasing que l'on constate par exemple avec le Canon 5D Mark II et son capteur de 21 mégapixels (sous-échantillonnage).
Canon C300 test review
Le capteur Super 35 de la C300 (ici en monture EF).

Le capteur Super 35 permet aussi la fixation d'objectifs PL qui sont utilisés au cinéma, mais aussi les optiques EF avec un coefficient multiplicateur de 1,53x. Précisons que pour chaque type d'optique (EF ou PL), une caméra C300 spécifique est vendue.

Format d'enregistrement

Le MPEG-2 en héritage

La C300 reprend le format d'enregistrement des caméscopes de poing Canon XF300/305 sortis en 2010. On retrouve ainsi :
- Un échantillonnage 4:2:2 de l'image où la luminance et la chrominance sont mieux traitées, car la résolution couleur est identique en horizontal et en vertical ce qui permet un travail plus efficace en postproduction pour l’application de filtres colorimétrique (comme l’étalonnage) ou les effets visuels.
- L'enregistrement en MPEG-2 Long GOP générant des fichiers MXF sur carte Compact Flash avec un débit de transfert de données allant jusqu’à 50 Mbps en 1920x1080 pixels en 50i, 25p et 24p (vrai 24p).

À l'heure ou le reflex 1D X propose un enregistrement H.264 intra-frame, on peut s'interroger sur l'absence d'un tel Codec (plus récent et sans compression inter-frame) sur la C300. Malheureusement, il faudra faire avec...

La C300 possède aussi 2 slots à Compact Flash pouvant se relayer automatiquement dès qu'une carte est pleine. Des cartes à vitesse d'écriture 300x minimum sont requises.

Une différence toutefois : la caméra C300 est livrée avec le Canon Log, une courbe de gamme qui permet d'élargir la dynamique des images tout en nécessitant un étalonnage particulier, et un Log Cinema qui aplatit l'image en donnant plus de latitude d'exposition. Ce log nécessite un travail en postproduction pour tirer parti de cette dynamique élargie. Un profil EOS est également disponible pour faciliter l'intégration des images de la C300 avec d'autres boîtiers EOS de type 7D ou 5D Mark II.

Le MPEG-2 est souvent critiqué à cause de sa compression. Cette critique est récurrente chez les professionnels qui boudaient déjà le HDV en 2005. Mais le MPEG-2 a l'avantage d'être compatible avec les logiciels de montage du marché et donc plus accessible aux petites productions indépendantes. De plus, les fichiers MXF de la C300 sont moins gourmands en ressource informatique que l'AVCHD ou les fichiers MOV du Canon 5D Mark II qui ne sont pas gérés en natif sur Final Cut Pro 7 et qui nécessitent une conversion en Apple Pro Res.

Enregistrer en 10 bits, c'est possible

On a beaucoup reproché à la C300 de filmer avec une quantification de seulement 8 bits avec l'échantillonnage 4:2:2. Mais il est tout à fait possible de capturer le flux HD natif en tête de caméra en raccordant un Ki Pro Mini (ci-dessous) sur l'interface SDI ou HDMI de la C300. Cet enregistreur externe fabriqué par Aja enregistre sur cartes Compact Flash en 10-bit Apple ProRes 422 SD et HD. Peu encombrant, le Ki Pro Mini a été conçu pour être un enregistreur de terrain miniature pour créer des images prêtes à être directement montées sur Final Cut Pro. Prix : 2 200 euros TTC.
Aja Ki pro

Optiques compatibles

Contrairement à la Sony PMW-F3 qui est vendue avec (F3K) ou sans objectifs (F3L), la Canon C300 est uniquement commercialisée sans optique. En revanche, vous pouvez acheter soit une C300 compatible EF soit une C300 compatible PL.

Nous n'allons pas lister toutes les optiques EF et PL disponibles, mais simplement préciser que les réglages de la C300 sont tous manuels. Aucun automatisme n'est prévu, y compris pour la mise au point. Cet aspect ergonomique est fondamental dans le choix de cette caméra avant tout dédiée à la production cinématographique ou au documentaire, mais certainement pas au reportage-news.

Pour ce test, nous avons utilisé 3 optiques Canon EF :

Canon 24-105 mm f/4 Canon 35 mm f/1,4 Canon 24 mm f/1,4
Canon 24-105 mm f/4 Canon 35 mm f/1,4 Canon 24 mm f/1,4
     

 
Format : - MPEG-2 Long GOP (fichiers MXF)
Support : - Carte Compact Flash 300x (2 slots)
Capteur : - CMOS Super 35 mm à 8,29 Mpix effectifs (9,84 mégapixels au total)
Optique : - Canon EF
Zoom : - non fourni
Enregistrements : Format MXF - 50 Mbps - 4:2:2 (PAL / NTSC)
- 1920x1080 pixels (50i/25p/24p)
- 1440x1080 pixels (50i/25p/24p)
- 1280x720 pixels (50p/25p/24p)
Micro intégré : - Non
Connectique : - HD-SDI, Genlock, XLR,
Dimensions : - 185 × 284 × 301 mm (avec grip, écran et poignée)
Poids : - 2,7 kg (avec grip, écran, poignée, BP-955, et 2 cartes CF)

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation