Test du Steadicam Flyer LE
Une vieille histoire...

Le Steadicam est déjà un vieux routard du cinéma. Il fut inventé par Garrett Brown en 1972 et fut utilisé sur de nombreux films majeurs comme Shining de Stanley Kubrick. Le Steadicam est aussi une marque déposée et exploitée aujourd'hui par The Tiffen Company. Il existe néanmoins plusieurs modèles à tous les prix. C'est à la fin des années 90 que des fabricants ont commencé à proposer des steadicam ultralégers pour des caméscopes grand public inférieurs à 5 kilos, avec une structure parfois très simple sans bras articulé ni harnais.

À quoi sert-il ? Le steadicam permet la prise de vue à la volée, en travellings fluides, grâce à un système de harnais et de bras articulé. Le caméraman peut ainsi marcher ou courir tout en gardant une image stable et réaliser des travellings verticaux et horizontaux ainsi que des panoramiques, sans liaison au sol (rails, chariot...). Il permet entre autres de longs suivis, des montées d'escalier (voir notre vidéo), des déambulations en terrain accidenté, etc.

Présentation

Le steadicam Flyer LE se compose de 4 éléments :
Test du Steadicam Flyer LE, le bras articulé Test du Steadicam Flyer LE, le harnais Test du Steadicam Flyer LE, le trépied Test du Steadicam Flyer LE, le steadycam
Le bras articulé Le harnais Le trépied d'équilibrage Le steadicam

Ces éléments sont fournis dans une grosse valise assez encombrante et surtout très lourde qu'il vaut mieux porter à deux (30 kilos).

L'équilibrage

Dans un premier temps, la caméra doit être vissée sur la semelle du steadicam qui se verrouille. La caméra ne doit pas excéder les 8 kilos ce qui autorise pratiquement tous les caméscopes de poing. Pour ce test, nous avons utilisé un reflex Canon 5D Mark II avec l'optique Canon 24-105 mm soit à peine plus de 2 kilos. Le reflex n'est pas la caméra la plus pratique pour filmer en steadicam et nous verrons pourquoi.

Le steadicam se pose ensuite sur un crochet du trépied, au niveau d'un pied d'appui pour ne pas déséquilibrer le trépied. L'opération consiste alors à régler l'équilibre vertical et horizontal du steadicam en jouant sur les visses de la semelle. Une fois que la caméra est bien droite, il faut passer à l'équilibrage du balancement qui va permettre de bouger le bras en tournage sans faire tanguer la caméra. Pour que ce réglage soit parfait, il faut maintenir verticalement le steadicam puis le relâcher. Pour que le réglage soit parfait, le steadicam doit mettre 3 secondes pour faire un balancement à 180°. Si c'est moins ou plus, il faut alors jouer sur la longueur du tube pour lester le steadicam.

Pour être fiable, l'équilibrage doit être effectué dans la configuration exacte du tournage. On pensera donc à retirer le capuchon de l'objectif, à mettre une carte mémoire dans la caméra et à positionner sa focale (de préférence en grand-angle) sans oublier de mettre une batterie et de raccorder le moniteur du steadicam. La moindre modification déséquilibre le réglage.

Une fois l'équilibrage terminé, vous pouvez retourner le trépied afin de poser le steadicam sur son support sécurisé par une tige pour qu'il ne tombe pas accidentellement.

Note : le fait de transporter le steadicam dans un coffre de voiture ou de le poser sur une chaise peut tout dérégler. Il faudra donc faire l'équilibrage juste avant la prise de vues (et se balader avec le trépied).

La prise en main

Il s'agit maintenant d'enfiler le harnais. Ce dernier s'attache au niveau des hanches et des épaules en serrant très très fort, car lorsque vous y fixerez le steadicam, celui-ci va tirer votre corps vers l'avant. Ensuite, vous devez fixer le bras articulé sur le harnais vous donnant un peu l'impression d'être Robocop. Attention, le bras est un élément dangereux du steadicam : il tourne rapidement et peut blesser quelqu'un. Une fois installé, vous fléchissez les genoux et vous positionnez doucement le crochet du bras sous la charnière du steadicam qui est resté posé sur le trépied. Vous allumez ensuite la caméra et le moniteur, vous vérifiez que tout fonctionne, vous voilà prêt à filmer !

En tournage

Nous avons utilisé le steadicam lors d'un tournage évènementiel en intérieur avec un Canon 5D Mark II. Ce n'est pas la caméra idéale pour ce genre d'accessoire ni pour ce type de production même si beaucoup le font. En effet, le 5D Mark II n'a pas d'autofocus permanent et cela pose des problèmes avec les mouvements de caméra ou lorsque des personnes bougent sans cesse puisqu'elles deviennent floues. Mais quelle que soit la caméra, il est vivement conseillé de filmer en grand-angle et de ne pas zoomer (sinon ça déséquilibre le steadicam). Au final, mieux vaut utiliser une caméra de poing qui fera la mise au point instantanément. Bien sûr, si vous utilisez un steadicam sur une fiction il sera beaucoup plus facile d'anticiper vos déplacements et ceux des acteurs et de faire le point avec un reflex. Par ailleurs le changement de batterie sur un 5D Mark II oblige à dévisser le boîtier puisque la trappe est en dessous. Il faut donc rééquilibrer le steadicam par la suite ! Sur une caméra classique, il n'y a pas ce problème puisque la batterie est accessible à l'arrière sans défaire la caméra.

En terme de manipulation , le steadicam s'utilise en plaçant une main sur le tube central pour guider la caméra (mais sans la tenir) et l'autre main sur le manche du bras pour contrôler la hauteur puisque le bras peut monter et descendre à la façon d'une grue. La manipulation est donc très délicate et demande un temps d'entraînement.

Enfin, point important : la fatigue ! Si le steadicam flyer LE est un modèle assez léger comparé à des systèmes plus coûteux, son poids se ressent au bout d'un moment. Nous avons filmé 2 heures quasiment non-stop et nous étions épuisés avec des courbatures aux hanches. C'est un soulagement de retirer le harnais. Prévoyez donc 2 opérateurs pour un tournage d'une journée.
 

Démo en vidéo : l'escalier

Cette vidéo a été filmée durant notre test avec le steadicam flyer LE. Je n'avais jamais utilisé de steadicam auparavant et je n'ai eu le produit que la veille au soir sans formation ni entraînement préalable. Vous constaterez qu'on obtient un résultat correct, mais que l'image balance un peu à cause d'un équilibrage imparfait (qui demande un peu d'expérience). Un opérateur de steadicam confirmé aurait obtenu un plan parfaitement droit.
La séquence a été effectuée en montant et descendant un escalier. C'est l'une des situations les plus délicates pour l'opérateur, car il doit contrôler le cadrage tout en évitant de chuter. Une astuce pour filmer des personnes en train de monter des marches sans reculer (pour éviter de tomber) est de marcher devant elles en passant le steadicam de côté pour contrôler le moniteur.
 

Le steadicam à la location

Vendu 6500 euros HT, le steadicam flyer LE peut aussi être loué. Pour réaliser ce test, nous avons loué le produit chez Loca Images, un revendeur spécialisé bien connu des professionnels de la vidéo sur Paris. Précisons que Loca Images n'était pas au courant de notre test et que cet article n'est nullement sponsorisé. La location pour la journée nous a été facturée 150 euros HT soit 179 euros TTC, mais les prix sont similaires chez la plupart des loueurs comme Visual Impact qui propose le même tarif. Si vous utilisez un steadicam pour la première fois il est vivement conseillé qu'un vendeur vous explique l'installation et le fonctionnement du produit (ce qu'a fait Loca Images) car aucune notice n'est fournie. Enfin, prévoyez une voiture et une personne supplémentaire pour vous aider à porter la valise (qui est très lourde) le jour du retrait et pour le retour à la boutique.

Verdict

Le Steadicam flyer LE se classe parmi les systèmes professionnels les plus légers (caméra de moins de 7 kilos). Il est très efficace mais réclame de l'entraînement. Si c'est votre première utilisation, prévoyez de vous former avant le tournage car être "opérateur de steadicam" est une réelle compétence. Enfin, la location est conseillée car le steadicam reste un accessoire ponctuel pour des séquences particulières et son prix d'achat n'est pas négliegeable. À moins de vous spécialiser dans ce domaine.

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation