Pour nos tests en studio, nous avons vissé le M.Zuiko 12 mm f/2 sur un Pen E-P3 qui n'est certes pas le Micro 4/3 le plus «pixélisé», mais qui est le haut de gamme chez Olympus. Pour les mesures, le boîtier est configuré par défaut. Toutes les mesures (précision, vignetage, distorsion..) sont réalisées sur les fichiers JPeg et prennent donc en compte les améliorations apportées par le boîtier

Piqué (JPeg)

Cette focale fixe donne d'excellents résultats avec notre mire. Le centre de l'image est pratiquement parfait dès la plus grande ouverture. Il reste impérial jusqu'à f/8 et se dégrade progressivement sur les diaphragmes plus fermés. La périphérie de l'image est un moins bien lotie avec un léger retrait à pleine ouverture. L'optique devient homogène dès f/2,8 et le reste jusqu'à f/8. La diffraction fait alors son œuvre et le piqué en bordure d'image diminue rapidement.

Olympus M.Zuiko 12 mm f/2 test review évolution du piqué en fonction de l'ouverture sur des fichiers JPeg

Le graphique de la MTF au centre montre une accentuation assez poussée des images JPeg sur les détails de moyenne fréquence (courbe au-delà de 100%).  Ce traitement des données permet de compenser certains défauts optiques comme la perte de piqué en bordure d'image.

Olympus M.Zuiko 12 mm f/2 test review accentuation des images JPeg


Piqué (ORF)

Les résultats au centre de l'image confirment que nous sommes en présence d'une optique de premier ordre. En bordure, le piqué est moindre, mais reste remarquable à pleine ouverture. Logiquement, la diffraction détériore la précision de l'optique à f/11 et au-delà.

Olympus M.Zuiko 12 mm f/2 test review évolution du piqué en fonction de l'ouverture fichier raw

Vignetage

L'assombrissement des angles est visible (-1 IL) à f/2, mais devient négligeable pour les ouvertures plus petites. Pour le vignetage, la correction appliquée par l'appareil sur les fichiers JPeg est également facilement identifiable.

Olympus M.Zuiko 12 mm f/2 test review évolution du vignetage en fonction de l'ouverture fichier jpeg

Distorsion

Les déformations géométriques sont sans doute le plus gros problème du M.Zuiko 12 mm f/2. En effet, la distorsion en barillet est facilement visible sur les fichiers Raw (-6,2% TV). Si vous travaillez avec les fichiers bruts, il est conseillé d'utiliser un logiciel qui dispose d'un profil de correction pour automatiser la correction de la distorsion.



Sur les fichiers JPeg (ci-dessous), la distorsion est corrigée à la volée, mais pas complètement et les images restent très légèrement déformées. Cela reste toutefois acceptable si les clichés ne comportent pas de lignes droites parfaitement identifiables.

Aberrations chromatiques

Globalement, les aberrations chromatiques latérales ne sont pas vraiment un gros problème sur cette optique. Elles sont certes visibles sur les extrémités. Elles semblent plus visibles lorsque le diaphragme est fermé, mais il est probable que le vignetage aux grandes ouvertures masque légèrement les aberrations chromatiques lors des mesures. 

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation