Au mois de novembre, Canon organisait une conférence de presse pour présenter officiellement la nouvelle caméra EOS C300 en Europe. L'occasion de prendre en mains "l'engin" et de rencontrer Mike Burnhill (support professionnel) et Yoshifumi Satake (responsable pour la vidéo professionnelle) de Canon Europe pour quelques questions.

Une fois en mains, la nouvelle EOS C300 s'avère plutôt compacte et assez légère par rapport à la concurrence. 

Focus Numérique : Vous annoncez une révolution pour la nouvelle C300 filme en HDTV 1080 seulement et ne propose pas de Raw. Pouvez-vous nous expliquer le côté révolutionnaire ?

Michael Burnhill Canon EuropeMichael Burnhill : Pour nous la révolution c'est l'entrée de EOS dans le monde de la vidéo broadcast et la caméra C300 est la première étape de cette révolution.

Focus Numérique : Côté technique, RED présente en même temps que Canon la Scarlet qui semble beaucoup plus aboutie techniquement, avec un enregistrement 4K, 5K et du Raw. Qu'en pensez-vous ?

Michael Burnhill : La Scarlet et la C300 ne sont pas vraiment sur le même marché. Canon se positionne plus sur le broadcast (télévision, reportage), alors que la Scarlet de RED se destine au cinéma. Le marché de la vidéo 4K est émergent et nécessite des moyens particuliers pour le montage et la post-production. Tout cela nécessite de repenser le flux de travail, ce qui n'est pas encore évident. Ce n'est pas un format pour le quotidien. Il existe encore beaucoup de régies qui travaillent en SD, le passage au 4K est un pas gigantesque et seuls certains pays comme le Japon débutent la transition. Une fois de plus, la C300 est notre premier modèle de la gamme EOS dans le monde vidéo.

Focus Numérique : De manière assez surprenante, vous annoncez, en marge de la caméra C300, un reflex capable de filmer en 4K. Pourquoi cette possibilité n'est pas également de mise sur la nouvelle caméra ?

Michael Burnhill : Nous avons montré avec l'EOS 5D Mk II qu'il était possible de réaliser des films avec un boîtier reflex. Ce nouveau modèle se présente comme une seconde caméra qui permet des plans particuliers. Sa taille réduite permet d'être dans des lieux inaccessibles à d'autres caméras. C'est également pour nous l'occasion de montrer vers quoi le monde EOS s'engage. Beaucoup de photographes deviennent des vidéastes. Contrairement à la C300 qui ne prend pas de photo, les reflex sont plus polyvalents et peuvent passer d'un monde fixe à un monde en mouvement.

Focus Numérique : Avec la C300 vous insistez sur l'utilisation d'un capteur développé pour la vidéo, ce qui ne sera probablement pas le cas sur le reflex 4K, puisque c'est avant tout un appareil photo.

Michael Burnhill Canon EuropeMichael Burnill : Jusqu’à présent, la vidéo était une fonction secondaire des boîtiers reflex et les capteurs n'avaient pas été prévus pour cela. La prochaine génération EOS, en photographie, fera la part belle à la vidéo et vous le verrez, les capteurs seront beaucoup plus performants en vidéo. Le prochain 1D-X possède un capteur optimisé en partie pour la vidéo.

Focus Numérique : Vous annoncez également une gamme d'optiques cinéma élitistes. Pourquoi les optiques Prime sont-elles aussi chères par rapport aux optiques EF ?

Michael Burnhill : C'est un problème de fabrication. Ces optiques sont montées à la main et nécessitent beaucoup de main-d'œuvre. Nous ne pouvons pas industrialiser la fabrication de ces optiques contrairement aux modèles EF classiques. C'est également une question d'échelle, il est évident que nous vendrons moins d'optique Prime Cinema que des optiques EF pour la photographie.

Focus Numérique : Vous avez séduit beaucoup de vidéastes débutants avec un 5D Mk II finalement très accessible et performant. Le pas à franchir pour aller de l'avant est vraiment important avec une C300 et des optiques finalement très chères. N'y avait-il pas de la place pour un modèle moins haut de gamme ?

Michael Burnill : Nous n'allons pas arrêter de vendre des EOS 5D Mk II et de nombreux vidéastes pourront toujours utiliser ce reflex et les suivants comme des caméras pour des productions vidéo. La Canon EOS C300 a un positionnement très professionnel et nous proposons un nouveau de qualité largement supérieure au 5D Mark II et nous restons toutefois moins cher que Sony avec la F3.

Focus Numérique : Comment avez-vous travaillé pour établir le "design" de cette caméra ?

Yoshifumi Satake Canon EuropeYoshifumi Satake
: Nous avons interrogé beaucoup de personnes dans le milieu du broadcast et du cinéma notamment à Hollywood, mais nous ne nous sommes pas restreints au seul marché américain, ni au seul marché du cinéma. Nous avions besoin de savoir quelles étaient leurs attentes à la fois dans le domaine technique, mais également dans l'ergonomie. Le plus difficile dans tout cela est de réaliser une synthèse et de trouver un équilibre entre les diverses demandes. Nous devions composer à la fois avec des contraintes liées à une utilisation en studio, mais également pour ceux qui souhaitent avoir le maximum de liberté en extérieur.
Avec tous ces retours (nous travaillons sur ce modèle depuis 2009) nous avons dû faire des choix. Ainsi, nous avons privilégié la maniabilité de notre caméra en réalisant une caméra d'un petit gabarit et assez légère par rapport aux autres modèles et je crois que nous avons réussi notre pari. Pour l’anecdote, lorsque nous avons apporté la caméra et des optiques à Sébastien Devaud afin qu'il réalise son film, il a pu rapporter le matériel à moto ! Pour lui et comme pour beaucoup d'autres, l'encombrement est un point très important.


PARTAGER
canon-c300-interview-120px.jpg
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation