Canon Pixma Pro-1 test review avis conclusion

En lançant sa PRO-1, Canon vient semer le trouble sur ce créneau dominé par Epson depuis de nombreuses années. De part son prix (900 euros), l'imprimante vient se glisser entre l'Epson R3000 (environ 600 euros) et la Stylus Photo Pro 3880 (environ 1400 euros)

La PRO-1, c'est tout d'abord un bel objet. Le design de la machine est remarquable : elle est discrète et classe. On apprécie également la qualité de construction et les matériaux utilisés. L'interface par contre est trop rudimentaire. On aurait aimé un écran de contrôle et la possibilité de pouvoir gérer les opérations de maintenance directement depuis l'appareil.

On peut également souligner l'absence de mode WiFi qui nécessite donc une utilisation en filaire. De plus, pourquoi persister à mettre un USB PictBridge en façade sur ce type d'appareils ? Qui utilise cette fonction ?

En fonctionnement, cette machine est exceptionnelle : elle est silencieuse et stable, un vrai bonheur !

Il est très important de souligner que la PRO-1 dispose d'autant de têtes d'impression que de cartouches ! Contrairement à Epson sur sa R3000, il ne sera pas nécessaire de purger la tête noir pour passer d'un papier mat à un papier brillant. La disposition des cartouches des deux côtés de la machine est très pratique et permet un remplacement très rapide en cas de rupture. Les contenances des cartouches sont très confortables, mais rendent le prix du plein assez impressionnant (plus de 400 € hors pack) ce qui peut effrayer certains photographes amateurs. Cependant, le prix de l'encre Lucia Canon revient moins cher les UltraChrome Vivid Magenta Epson. Cette machine devient donc rapidement rentable sur une utilisation intensive en production. Certaines structures travaillant avec deux modèles d'imprimantes (une pour les papiers mats et l'autre pour les papiers brillants) pourront tout réaliser avec une seule PRO-1.

La qualité d'impression est au rendez-vous, sur ce point Canon a réussi son pari. Par contre, il sera nécessaire de profiler la machine pour tirer pleinement de ses possibilités. La gestion des couleurs Canon ne procure pas d'excellents résultats. À noter que Canon propose son propre logiciel pour la création de profils d'impression compatible avec la ColorMunki et l'i1. Pour exploiter correctement l'imprimante, il sera donc nécessaire d'investir au minimum 400 euros supplémentaires dans un spectro. Canon proposera peut-être des offres groupées ?

Sur un papier brillant, les noirs sont d'une extrême profondeur et les nuances de gris sont parfaitement reproduites.


Le rendu des couleurs est excellent pourvu que l'on utilise des profils faits maison. Toutes nuances sont reproduites et les dégradés sont parfaits. On peut également noter une très bonne reproduction des détails !

Les tirages en noirs et blancs sont exemplaires. Ils disposent d'une neutralité parfaite et d'une gamme de nuances de gris impressionnantes (3 encres grises dans la PRO-1). Une fois de plus, pour tirer le meilleur de cette machine, il faudra réaliser un profil « maison », car le moteur Canon procure des tirages trop contrastés.

Les vitesses d'impression sont honorables, mais il faudra s'armer de patience pour tirer des A3+ au maximum de la qualité de l'appareil. Par contre quel plaisir d'attendre la sortie de son tirage avec le doux ronronnement de l'imprimante.


C'est une machine conçue pour les professionnels et la production. Dès lors, il est regrettable que les ingénieurs Canon n'aient pas proposé une solution pour une impression en rouleau. Tout le monde n'utilise pas l'impression en rouleau (certains estiment même qu'il s'agit d'une perte de temps puisque qu'il faut retailler les photos après l'impression...), mais un système en option (et réellement fonctionnel) aurait été un vrai plus.  Toutefois, il est sûr que de nombreux designers, cabinets d'architecture, studios de prise de vue, agences de communication seront intéressés pour acquérir une machine telle que la PRO-1.

L'amateur désirant se faire plaisir en réalisant des tirages A3+ ponctuellement chez lui devrait passer son chemin et s'orienter sur sa petite sœur la Canon Pixma Pro 9500 Mark II ou bien sur l'Epson R3000.

Pour nous, elle concurrencerait notre préférée, mais défunte HP 9180 qui surpassait de loin les autres modèles A3 que nous avions testés. Il manque peu de choses pour décerner un recommandé, mais à ce prix, nous sommes en droit d'êtres exigeants.

Points forts

Points faibles

Design

Pas de panneau de contrôle absent

Qualité de construction, finitions

Pas de WiFi

Discrétion : silence et absence de vibrations

Gestion des couleurs Canon décevante

Autant de têtes que de cartouches

Nombre de couleurs reproductibles dans les lumières

Prix des encres au ml

Pas de solution pour imprimer en rouleau

Reproduction des nuances

Une gestion des supports Fine Art bridée

Densités maximales dans les noirs et rendu des dégradés en tirage noir & blanc

Prix élevé des consommables pour un amateur

Logiciel de création de profils d'impression intégré

Une gestion de l'optimisateur de brillance compliquée

Saturations maximales des couleurs

 

Nombre de couleurs reproductibles dans les ombres

 

Rendu des détails

 


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation