Si en plus d'aimer la photographie, vous aimez la musique, vous aurez sans doute déjà eu envie de photographier vos groupes préférés, ou même un petit concert par chez vous. Quelques conseils pour cette discipline aux nombreuses difficultés.

Avoir l'autorisation de photographier

Il ne vous aura pas échappé qu'à l'entrée de la plupart des salles de concert, on vérifie que vous n'avez pas ramené avec vous de l'alcool, une bombe thermonucléaire, un chat, ou encore... un gros appareil photo. Les compacts ne sont pas censés être autorisés la plupart du temps, mais vu les performances photo de nos téléphones aujourd'hui, il est devenu illusoire pour les salles d'empêcher de mauvaises photos et vidéos de circuler sur le net après. Par contre, faire rentrer un reflex, laissez tomber l'idée.

En effet, pour photographier un concert, il faut la plupart du temps une accréditation, qui vous permettra d'accéder à la fosse aux photographes, saint Graal qui vous permettra de vous éviter de vous faire écraser par la foule (normalement), mais vous limitera le plus souvent aux 3 premières chansons, et sans flash évidemment (même si c'était autorisé, ça gâcherait de toute façon toute l'ambiance particulière des concerts).

Le problème, c'est que dans la plupart des grosses salles, il est compliqué, voire impossible, d'obtenir une accréditation sans être lié à un média et/ou un professionnel reconnu. Vous allez me demander comment on fait pour faire de la photo de concert alors ?

Déjà, ne pensez pas à obtenir une accréditation contre photos. Déjà parce que ça dévalorise complètement votre travail, et que ça tue le métier. Faites-vous toujours rémunérer. Évidemment, le prix dépend en partie du groupe, des moyens de la structure qui récupère les photos après. Vous n'allez pas demander 300 € à une asso qui n'a pas un rond. C'est une question de fond que je n'aborderai pas en détail, mais ne donnez pas de photos, ça ne vous servira pas.

Par contre, il existe aussi pas mal d'endroits où vous pouvez vous faire la main sans accréditation. Des petites salles locales qui laissent rentrer les photographes, des festivals en plein air (souvent gratuits), bref il y a déjà moyen de se faire plaisir. C'est ainsi que j'ai pu photographier Skip the Use, Yaël Naïm, Aaron et Cocoon dans un festival gratuit en plein air.

Je l'ai fait pour le plaisir, pour pratiquer, et j'ai gardé les photos pour moi, qui sont justes affichées sur mon Flickr. Faites la même chose, et au bout d'un moment, si vous avez suffisamment de belles images à montrer, vous pourrez sans doute obtenir des accréditations et vous faire rémunérer au juste prix.

Yaël Naïm, La Voix du Rock 2011 (copyright Laurent Breillat)
Yaël Naïm, La Voix du Rock 2011 (copyright Laurent Breillat)

Les contraintes

Une fois que vous serez devant la scène, l'appareil à la main, vous allez rapidement vous rendre compte de l'existence de contraintes fortes :
Il n'y a presque pas de lumière. Si vous n'avez jamais shooté là dedans, vous n'avez pas idée à quel point c'est sombre.
• La lumière change énormément, et globalement est vraiment traître : spots très colorés, stroboscopes... La mesure d'exposition de votre appareil va souffrir ! :)
Les musiciens bougent parfois beaucoup, et vous ne pourrez donc pas trop travailler en vitesse lente.
Il y a des tonnes d'éléments gênants partout : pieds de micros, retours, câbles... Les intégrer à vos photos peut les renforcer, mais il y a une différence entre juste le micro et un imbroglio de câbles. Il va donc falloir soigner votre composition afin que l'attention ne soit pas trop détournée du sujet.

Horse Feathers @ La Malterie (copyright Laurent Breillat)
Horse Feathers @ La Malterie (copyright Laurent Breillat)

Comment faire pour gérer tout ça à la fois ?

Le matériel

Commençons par là : vu le manque de lumière, il va vous falloir du matériel relativement à l'aise dans ces conditions. Si votre boîtier monte assez bien dans les hautes sensibilités ISO sans produire trop de bruit numérique, c'est déjà un avantage non négligeable. En intérieur, il est très délicat de travailler en-dessous de 1600 ISO pour la plupart des images.

Par ailleurs, il faudra vous équiper d'une optique lumineuse. La solution idéale est clairement un zoom qui ouvre à f/2,8. Si vous êtes proche de la scène (souvent le cas dans les petites salles), il vous faudra un 17-50 (sur APS-C) ou 24-70 (sur 24x36). Si vous êtes loin (par exemple pour des festivals en plein air), optez pour un 70-200mm f/2,8. Autant vous dire que la stabilisation aide bien en concert.
Si votre budget est limité, vous pouvez tout à fait monter un 50 mm f/1,8 par exemple. C'est une excellente optique, vous perdrez juste la flexibilité du zoom.

Les réglages de l'exposition

Évidemment, il n'y a pas de recette miracle, ça dépend beaucoup de la salle, de l'ambiance du concert (entre un piano voix et du punk, vous vous doutez bien que l'éclairage est différent). Vous pouvez éventuellement faire quelques tests avant l'entrée en scène si les lumières sont déjà allumées (c'est plutôt le cas dans les petites salles que dans les grandes).

Let's Go @ MJC La Fabrique (copyright Laurent Breillat)
Let's Go @ MJC La Fabrique (copyright Laurent Breillat)

Alors réfléchissons ensemble : il y a peu de lumière, il va donc falloir autant que possible augmenter l'exposition, en jouant sur les 3 paramètres.

On peut donc pour commencer régler la sensibilité ISO sur au moins 800 ISO voire 1600 ISO. N'hésitez pas à monter un peu au-dessus si besoin, et si votre appareil le permet sans trop de dégradation de la qualité d'image. Mais si vous ne pouvez vraiment pas faire autrement que de monter au maximum pour qu'on voit quelque chose sur vos images, n'hésitez pas : il vaut mieux une photo bruitée qu'une photo floue.

Ensuite, vous allez sans doute ouvrir au maximum permis par votre optique. Attention cependant : la profondeur de champ sera donc faible, et il faudra faire très attention à votre mise au point, ce qui n'est pas forcément évident en basse lumière (on y revient).

Pour finir, vous n'allez pas pouvoir ralentir trop votre vitesse d'obturation, puisque les musiciens bougent souvent rapidement.

Quel mode choisir alors ? Plusieurs options s'offrent à vous :

Le mode priorité vitesse, réglez sur une vitesse minimale qui permettra à la fois d'éviter tout flou de bougé et de figer le mouvement. Vous pouvez essayer 1/100e par exemple, c'est un bon début. Réglez la sensibilité qu'on a définie plus haut, et laissez l'appareil ouvrir comme il faut.
Le mode priorité ouverture : réglez l'ouverture maximale, et vérifiez toujours que l'appareil ne va pas trop diminuer la vitesse d'obturation. Dans ce cas, augmentez rapidement les ISO.
Le mode manuel : Faites quelques essais pour trouver des réglages qui donnent une exposition correcte. C'est moins facile si les lumières sont très changeantes : il vous faudra absolument faire attention aux changements d'intensité lumineuse pour changer les réglages à l'instinct. Ce n'est pas évident à maîtriser, mais ça vient avec de l'entraînement. Je shoote maintenant en manuel la plupart du temps.

Si vous utilisez un mode semi-automatique, pensez également à sous-exposer grâce à la correction d'exposition. En effet, une photo de concert est en général globalement sombre, ne serait-ce que parce que le fond est noir. Sous-exposer d'1 IL (ou plus), c'est comme dire à votre appareil « c'est normal si c'est sombre ».

Sna Fu @ Sequedin Rock Festival (copyright Laurent Breillat)
Sna Fu @ Sequedin Rock Festival (copyright Laurent Breillat)


Autre option pour gérer ce problème, à utiliser seule ou en complément de la précédente : utilisez le mode de mesure spot ou pondérée centrale, qui indiquent à l'appareil de mesurer l'exposition uniquement ou principalement au centre de l'image. Mais dans ce cas, vous pourriez être amené à devoir utiliser la mémorisation d'exposition en recadrant pour ne pas centrer votre sujet.

Gérer la mise au point automatique

La mise au point est le 2e plus grand défi après la gestion de l'exposition. Deux conseils principaux pour vous aider :
− Choisissez le mode autofocus continu sur votre appareil (AI Servo chez Canon, AF-C chez Nikon)
− Choisissez votre collimateur autofocus manuellement, et changez-en rapidement au besoin grâce à la molette, qui vous permet de ne pas enlever l’œil du viseur.

Autres conseils

• Surveillez bien tous les éléments gênants qui peuvent être dans le cadre. Vous être responsables de tout ce qui est dans le cadre, alors n'y mettez pas n'importe quoi !
• Si vous le pouvez, bougez beaucoup, et variez les points de vue. Faites des plans d'ensemble, des vues de détail, des portraits de scène des artistes, etc. Ne faites pas la photo que tout le monde fait.
• Ne pensez pas trop aux règles de composition. En concert, on n'a souvent pas le temps de réfléchir autant qu'en paysage par exemple. Laissez parler votre cœur, si vous avez bien développé votre œil ça marchera :)
• N'oubliez pas de respecter le public (qui a payé, lui), et les artistes évidemment. Vous ne faites pas le show, vous l'immortalisez. Respectez également les gars de la sécurité qui vous protégeront si une groupie hurlante passe par-dessus la barrière. Dites bonjour à tout le monde, soyez sympas quoi :D
• Préparez le concert, en particulier si vous connaissez peu le groupe. Regardez des vidéos live sur YouTube, ça pourra vous donner une idée des moments qui risquent d'être intéressants. Si vous avez vu 3 fois le chanteur sauter depuis la grosse caisse au même moment sur la même chanson, il y a des chances qu'il le refasse à votre concert. Soyez prêt.
• Amusez-vous. Vous avez dans le viseur des groupes que vous aimez quoi ! Prenez du plaisir, souriez, et je vous garantis que vos images seront meilleures ;)

Voilà, j'espère que ces quelques conseils vous aideront à vous faire plaisir en shootant quelques concerts, et qui sait, déclencheront une passion ? ;)

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation