Panasonic HDC-Z10000 test review vue interface

Prise en mains

Le Z10000 est une caméra légère (1600 g) et bien équilibrée. Elle dispose d'un "guidon" commun à de nombreux caméscopes de poing semi-professionnels pour la tenir en tournage ou la transporter. Les habitués des caméscopes Panasonic de la série AVCCAM retrouveront leurs repères. L'essentiel des commandes est présent sur le flanc gauche : focus, OIS, iris, zebra, WB, ainsi qu'on bouton iAuto emprunté aux caméscopes grand public de la marque.

Un interrupteur permet de basculer rapidement en Lecture/Caméra. Mais nous avons été surpris voir qu'il manquait un bouton d'accès direct pour commuter en 3D et 2D. Au lieu de cela, l'utilisateur doit passer en mode 3D via le menu du caméscope, ce qui est un peu laborieux.

Panasonic HDC-Z10000 test review détail interface Panasonic HDC-Z10000 test review stockage carte SD
La molette de réglage de la convergence 3D. Les 2 logements pour les cartes SD/SDHC/SDXC.

L'écran tactile est une plateforme incontournable pour la plupart des paramètres de la Z10000.

Les 3 bagues d'objectif  anneaux de lentilles assurent respectivement l'iris (diaphragme), le zoom et le focus.

Le menu contient des réglages de niveau professionnel, comme l'ajustement du gamma et la température de couleur.

Le compartiment de la batterie est profond ce qui permet de loger dans modèles à grande autonomie sans que la batterie dépasse trop du boîtier. Elle se recharge avec un chargeur séparé et non pas sur le caméscope lui-même comme c'est le cas avec les caméscopes grand public. En revanche, il est impossible de mettre une batterie sur la caméra quand celle-ci est branchée sur secteur.

Cartes SD

Des cartes SD de classe 6 sont requises pour traiter le débit de 28 Mbps en Full HD. La carte SDHC de 4 Go que nous avons utilisée dans ce test a pu enregistrer jusqu'à 18 minutes de vidéo 3D en AVCHD 1080/50i. En 2D cette durée grimpe à 21 minutes. Avec une carte de 64 Go, vous pouvez filmer jusqu'à 5h15 en 3D sachant que vous disposez d'un deuxième logement SD pour doubler cette capacité sans interruption.

Écran LCD : c'est dans l'étui !

La véritable innovation ergonomique est sans doute l'écran LCD orientable qui se déploie d'un logement dans le guidon et faisant office d'étui de protection. On tire donc l'écran vers l'extérieur puis on le retourne. Cela ne plaira pas à tout le monde mais pour nous c'est un "plus", car l'écran est protégé tout en étant rapidement étirable.

On utilise l'écran en permanence que ce soit pour filmer ou pour lire les clips. L'écran est en effet suffisamment grand (8,8 cm) et précis (1,15 mégapixels) pour évaluer la convergence avec un certain confort d'autant qu'il est en relief... sans lunettes !

   
1- L'écran est logé dans son "étui".  2- On le tire vers la gauche.  3- On le retourne.

Le viseur électronique fournit une image encore plus nette avec ses 1,22 mégapixels de résolution. Mais il est impossible à rétracter et son orifice est trop étroit.

Qualité d'image

Sensibilité

Le Z10000 possède une double optique ouverte à f/1,5 (grand-angle). L'iris est réglable.

Panasonic HDC-Z10000 test review test basse lumière
Panasonic Z10000 sous 3 lux (f/1,5). Panasonic AG-3DA1 sous 3 lux (24 db).

La sensibilité de l'AG-3DA1 est légèrement meilleure sous 3 lux certainement grâce à une taille de capteur plus importante (1/3 de pouce).

Piqué d'image

Nous avons cette fois comparé le piqué d'image du Z10000 avec celui du Sony HDR-TD10 qui filme aussi en 3D. Ce dernier possède le même capteur et la même optique que la version professionnelle Sony HXR-NX3D1.

Panasonic HDC-Z10000 test review test précision
Panasonic Z10000 Sony HDR-TD10
Panasonic HDC-Z10000 test review test précision
Panasonic Z10000 Sony HDR-TD10

Le Z10000 affiche une meilleure nuance des lignes alors que le Sony occasionne du moiré sur les cercles. Globalement, le modèle Panasonic est légèrement meilleur en terme de précision.

Colorimétrie

Le Z10000 bénéficie d'une architecture triMOS ( 3 capteurs) qui présente l'avantage d'analyser spécifiquement les trois couleurs primaires en vidéo (Rouge, Vert, Bleu). On constate donc un bon rendu chromatique avec des couleurs fidèles.

Panasonic HDC-Z10000 test review test rendu des couleurs
Panasonic Z10000 Sony HDR-TD10

Réglage la parallaxe et rendu 3D

Comme nous l'avons vu, le réglage de la parallaxe (ou convergence) s'effectue avec une molette spécifique située sur le flanc du caméscope. Une lettre C (pour Convergence) s'affiche sur l'écran suivi d'un nombre (ex: C22). L'opération consiste à caler les deux images l'une sur l'autre avec à l'écran en relief. Plus votre sujet-cible est proche, et plus l'indicateur sera faible (C0), plus le sujet est éloigné, et plus il sera grand (C33).

Le siège est filmé à 1 mètre, la convergence est mauvaise (C00). La convergence des deux vues est effectuée avec la molette (C12).

Le réglage de la parallaxe est comparable à celui d'une mise au point. Il faut cibler un sujet précis pour réussir son effet stéréoscopique. La moindre variation de focale ou de changement de position de la caméra modifie immédiatement la parallaxe. Idem si une personne passe dans le champ de la caméra. Cela risque de "jaillir" de l'écran.

Un mot à présent sur le rendu 3D du Z10000. Les deux lentilles sont espacées de 42 mm soit une distance inférieure à celle de deux yeux d'un humain qui est en moyenne de 64 mm. On obtient ainsi un relief intéressant sur des sujets relativement proches, entre 1 et 3 mètres. Au-delà, l'effet de perspective est toujours présent avec les perceptions de profondeurs dans le champ mais le Z10000 sera finalement rentable pour des films montrant des personnes ou des produits proches. On peut donc recommander ce caméscope pour des productions 3D de films d'entreprise montrant des machines, des interviews, des films de mariage (visages, bouquets de fleurs), et pourquoi pas la vidéo pornographique qui est devenue un "client" non négligeable de la production en relief. Mais pour des documentaires (paysages, grands bâtiments) ou des évènements sportifs, des caméras 3D haut de gamme ou montées en Rig sont mieux adaptées.

Qualité optique

Comme nous l'avons dit précédemment, les deux lentilles du Z10000 sont espacées de 42 mm pour former une structure stéréoscopique. On peut ainsi régler la parallaxe jusqu'à 45 cm du sujet en mode Macro. Le grand-angle, lui, offre un angle de champ assez large de 32 mm en équivalent 24x36. À l'instar de l'AG-3DA1, le Z10000 simplifie considérablement la captation en relief par rapport aux anciens systèmes Rig ou Miroir. Durant un tournage en reportage avec la caméra au poing, on est amené à faire varier la focale (zoom), l'iris (diaph) ou la mise la mise au point. Or, en 3D, ces variations posent des problèmes, car appairer deux objectifs est très difficile. Même sur des optiques identiques (qui ne le sont jamais vraiment) ou avec des caméras identiques montées en Rig, des disparités mineures d'images peuvent se faire sentir. L'utilisation de zooms complique encore les choses et réduit les chances d'appairer correctement deux optiques. L'imbrication d'une double optique intégrée est donc une aubaine, car elle garantit que les objectifs sont appairés "de série".

 Objectif gauche du Z10000  Objectif droite du Z10000

Le Z10000 possède un zoom étonnement puissant pour un caméscope 3D puisqu'il monte à 10x (32 - 320 mm).

Post-production 3D

Le traitement des fichiers 3D du Z10000 ramène l'utilisateur à un travail plus "grand public". Panasonic a en effet voulu simplifier le montage en regroupant les deux flux vidéo (droit et gauche) dans un même fichier MTS comme c'est le cas sur les caméscopes Sony TD10 ou JVC TD1. L'enregistrement s'effectue en MPEG-4 à 28 Mbps et génère un fichier .MTS comme sur n'importe quel caméscope AVCHD.

Ainsi, la présence de deux slots SD sur le Z10000 ne signifie pas que chaque carte SD reçoit un flux séparé comme sur le Panasonic AG-3DA1. La deuxième carte sert uniquement à créer un backup (enregistrement simultané) ou à continuer l'enregistrement lorsque la première carte est pleine (relais).

Pour récupérer les rushes, deux méthodes sont possibles. La première consiste à brancher le caméscope sur votre ordinateur par câble USB, et la deuxième est d'insérer directement la carte SD dans votre PC s'il possède un lecteur de carte. Vous trouverez alors vos rushes stockés dans un sous-dossier nommé STREAM.

Pour ce test, nous avons filmé au salon Batimat à Paris où de nombreuses machines industrielles se prêtaient bien à la stéréoscopie. Nous avons ensuite monté les rushes sur le logiciel Sony Vegas Pro 11 (qui vient de sortir.) Vegas Pro gère sans difficulté les fichiers 3D depuis la version 10. Il suffit de spécifier "Côte à côte" (pour Side by Side) dans les paramètres du projet.

Panasonic HDC-Z10000 test review test montage sur Sony Vegas
Montage sur Sony Vegas Pro 11. Message d'avertissement contre les maux de tête.

Pour illustrer la plupart de nos remarques, voici une vidéo montrant l'ouverture de l'écran LCD, la lecture des clips et les rubriques du menu tactile.



Vous pouvez également télécharger les fichiers natifs 3D pour estimer la qualité des images délivrées par la Z10000

> 00027.MTS
> 00007.MTS
> 00024.MTS

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation