Rencontre avec 4 responsables Canon (Japon et Europe) lors du salon Canon Pro Solutions à Londres, pour discuter autour des nouveautés présentés récemment : le Canon EOS-1D X, les gammes d'optiques et les technologies concurrentes.

Canon Kazuyuki Suzuki general manager lens
 Canon, Kazuyuki Suzuki, general manager lens products Marketing
Focus Numérique : Nikon développe actuellement une belle gamme d'optiques au format DX (capteur APS-C) avec notamment des focales fixes. Nous avons l'impression que la gamme EF-S n'est pas au centre des préoccupations de Canon.

Équipe Canon : Nous avons une belle gamme d'optiques EF compatibles avec les boîtiers APS-C ! Notre stratégie est clairement orientée vers le développement d'optiques pour le plein format, mais nous restons à l'écoute des clients en ce qui concerne le développement d'optiques EF-S. Le format EF-S devait permettre de réduire la taille des optiques. Cela fonctionne avec certains modèles, mais sur les longues focales, le gain est vraiment minime.

Focus Numérique : Le 7D est un boîtier professionnel et pourtant la gamme EF-S n'est pas vraiment développée. Les photographes doivent-ils impérativement investir dans des optiques EF (plein format) ?

Équipe Canon : Nous avons quelques optiques de qualité en monture EF-S comme le 17-55 mm f/2,8, mais nous concentrons nos efforts sur la gamme EF.

Focus Numérique : Avez-vous des projets pour des optiques reflex spécifiquement étudiées pour la vidéo avec des autofocus souples et silencieux ?

Équipe Canon : Nous sommes en train d'étudier la question, car nous avons beaucoup de demandes dans ce sens.

Focus Numérique : Vous avez choisi d'utiliser sur le EOS-1D X un capteur plein format à 18 Mpx. Pouvez-vous nous expliquer ce choix ?

Équipe Canon : Cette combinaison de taille de capteur et de définition nous est apparue comme optimale pour de nombreux photographes à la fois pour la prise de vue en studio, mais également pour le reportage ou la photo sportive. Nous avons eu beaucoup de demandes pour ne pas augmenter la définition du capteur pour ne pas trop augmenter le poids des fichiers.

Équipe Canon : Nous sommes assez fiers de ce capteur, car c'est la première fois que nous disposons d'un réseau de microlentilles sans jointures sur un capteur 24x36. Techniquement, c'est assez compliqué à réaliser puisque vous devez parfaitement aligner les photodiodes et les microlentilles. Comme il n'y a plus d'espace entre deux lentilles, celles-ci doivent se positionner exactement au dessus de la zone sensible, vous n'avez pas droit au moindre décalage.C'était très cher à réaliser auparavant et nous avons réussi à réduire considérablement le coût de cette technologie.
Canon Shingo Hayakawa manager lens products development
Canon, Shingo Hayakawa, manager lens products development

Focus Numérique
: Beaucoup de photographes de studio qui font de la pub, du packshot ou de la mode utilisent un 5D Mark II. N'avez-vous pas peur de les décevoir avec un capteur plein format moins défini ? Avez-vous d'autres projets avec des capteurs comportant plus de pixels ?

Équipe Canon : La définition d'un capteur n'est qu'un critère pour la qualité d'une image. Vous devez prendre en compte de nombreux paramètres comme la gestion du bruit électronique, la dynamique et le traitement des données. Entre 18 et 21 Mpx, la différence n'est finalement pas si importante et nous avons réécrit les algorithmes de traitement des images. Vous pourrez vous en rendre compte quand vous pourrez tester le produit.

Focus Numérique : Sur les compacts, les capteurs inversés (BSI CMOS) sont beaucoup plus performants que les précédentes générations. Est-il possible d'avoir ce type d'imageur sur un reflex ?

Équipe Canon : C'est très difficile. La technologie BSI fonctionne très bien sur un petit capteur, mais ne donne pas de bons résultats sur un capteur plus grand et notamment un plein format. Pour l'instant, ce n'est pas une solution envisageable et les coûts sont encore très élevés.

Focus Numérique : L'arrivée du EOS-1D X signifie-t-il la fin du format APS-H que de nombreux photographes animaliers apprécier pour utiliser les longues focales ?

Équipe Canon : Nous pensons que le capteur plein format permet d'obtenir une meilleure qualité d'image et il existe d'autres solutions pour "augmenter" la focale des optiques. Vous pouvez par exemple utiliser des doubleurs de bonne qualité.

Focus Numérique :Avec les doubleurs, vous perdez en luminosité et cela limite les possibilités AF. Avec le 1D X notamment, vous devez impérativement utiliser des optiques lumineuses avec des doubleurs pour conserver l'autofocus.

Équipe Canon : Effectivement, les optiques f/4 (500 ou 600 mm) et un doubler x2 ne fonctionnent pas avec le nouveau boîtier (l'ouverture minimale est alors de f/8 et les capteurs AF ne sont sensibles que jusqu'à f/5,6) et nous sommes à la recherche d'une solution pour ces cas particuliers.

Canon Kojiro Yoshikawa, Pro business management
Canon, Kojiro Yoshikawa, Pro business management

Focus Numérique
: Toujours au niveau de l'autofocus, vous avez introduit il y a quelques années avec l'EOS 5 ou l'EOS 3 le pilotage de l'autofocus à l'oeil. Peut-on envisager le retour de cette technologie sur un boîtier actuel ?

Équipe Canon : Cette technologie à l'époque était vraiment novatrice et très attractive. Elle a rencontré un succès auprès de certaines personnes, mais d'autres photographes n'ont pas du tout apprécié. Nous avons également rencontré quelques difficultés techniques avec notamment pour la reconnaissance des yeux selon la couleur et si vous portiez des lunettes lors de la période de calibrage. La technologie n'était pas parfaite. Nous menons encore des recherches dans ce sens, mais pour l'instant rien n'est prêt à être intégré dans nos produits actuels. Si nous intégrons cette technologie dans nos reflex, nous devrions faire des compromis sur d'autres plans techniques et nous devons faire des choix. Le "eye tracking" n'est pas une priorité.



Focus Numérique
: Que pensez-vous des nouvelles technologiques introduites par Sony sur l'Alpha 77 avec un miroir semi-transparentqui permet également une rafale rapide ?

Équipe Canon : Ce système présente des faiblesses et nécessite par exemple plus de lumière pour fonctionner. Il est alors difficile de développer des systèmes capables de monter très haut en sensibilité, alors que c'est une demande très importante de la part des photographes.

Focus Numérique : Pourquoi le système autofocus par détection de contraste est-il si lent sur les reflex ?

Équipe Canon : C'est avant tout dû à la taille du capteur. Plus un capteur est grand, plus cela prend du temps pour lire les informations. Avec les systèmes actuels, il est très difficile d'avoir un capteur plein format avec un autofocus par détection de contraste rapide.

Canon, Michael Burnhil, Professiona -support specialist
Canon, Michael Burnhil, Professional support specialist
Focus Numérique : Nikon, avec le système Nikon 1 propose également une nouvelle solution pour l'autofocus en intégrant un système AF par corrélation de phase dans le capteur. Ce principe pourrait-il arriver dans un reflex Canon ?

Équipe Canon : Fujifilm a déjà présenté cette technologie sur un compact. Nous sommes conscients de la faiblesse de l'autofocus par détection de contraste et cette technologie est une des solutions pour pallier le manque de réactivité.

Focus Numérique : Nous pourrions découvrir cette technologie dans de futurs produits ?

Équipe Canon : C'est un peu tôt pour le dire. Nous ne sommes pas certains que cette technologie soit la plus adaptée, mais cette solution est intéressante, mais il n'est pas possible de vous dire si c'est la solution que nous allons retenir.

Focus Numérique : Que pensez-vous de la 3D dans la photo ?

Équipe Canon : Vous devez acheter deux appareils photo, c'est donc très bien ! (rires). Pour vous, la 3D apporte-t-elle un réel avantage pour l'utilisateur ?

Focus Numérique : Pour moi, c'est une niche, mais Canon n'est pas présent.

Équipe Canon : Nous ne voyons pas de réel intérêt à produire un appareil photo 3D pour l'instant. Pour l'instant, les solutions que nous avons pour le grand public ne sont pas franchement satisfaisantes. Nous préférons pour l'instant nous concentrer sur la qualité des images que sur un format 3D. i

Focus Numérique : Le capteur d'exposition dispose de 252 zones pour épauler le système autofocus. Fonctionne-t-il comme sur les reflex Nikon ?

Équipe Canon : L'idée est la même, mais notre système est différent. Nous utilisons des algorithmes de reconnaissance des visages, les mêmes que sur les compacts PowerShot et nous recherchons l'emplacement des yeux et du nez. Le système Nikon ne reconnait que la couleur et la taille et peu facilement se faire berner par un sujet dont la couleur est proche de la couleur de la peau. Notre système est très efficace dans le sport, car vous pouvez sélectionner un visage, le système AF s'occupant de suivre le sujet en déplacement.

Canon, Michael Burnhil, Professiona -support specialist
Canon, Michael Burnhil, Professional support specialist
Focus Numérique : Le système reconnait-il des formes ?

Équipe Canon : Nous, c'est pour l'instant limité aux visages et aux couleurs.

Focus Numérique
: Pouvez-vous nous détailler le fonctionnement de la cellule d'exposition qui passe de 352 zones à 30 en basse lumière ?

Équipe Canon : Nous opérons un regroupement de pixels (pixel binning) pour augmenter la sensibilité du capteur en basse lumière. Il est alors capable de détecter de petites variations lumineuses sur une scène globalement très sombre.

Focus Numérique : Pourquoi ne pas avoir implanté une connexion USB 3 sur le reflex ?

Équipe Canon : Nous aurions pu également utiliser une prise Thunderbolt ! Non, plus sérieusement, je pense qu'au moment de la conception du produit, le format USB 3 n'était pas très répandu et il est difficile de revenir sur une décision au moment de la production du produit. Vous pouvez également transférer rapidement vos images via Ethernet.

Focus Numérique : Peut-on imaginer pouvoir contrôler le reflex à distance via Ethernet ?

Équipe Canon : Bien sûr et c'est déjà le cas. Tout ce que vous pouviez faire avec l'USB, vous pouvez le faire avec une connexion Ethernet. Canon Utilities permet déjà de piloter à distance votre boîtier. Les câbles Ethernet sont en outre moins chers, plus longs et la transmission des informations plus rapide ! C'est une solution très appréciable en studio lorsque vous voulez travailler avec plusieurs boîtiers.

Canon, Michael Burnhil, Professiona -support specialist
Canon, Michael Burnhil, Professional support specialist
Focus Numérique : Le Canon EOS-1D X propose une connexion Ethernet. Pourquoi ce choix à la place du Wi-Fi par exemple ?

Équipe Canon : Vous pouvez utiliser un module Wi-Fi sur le 1D X.

Focus Numérique : Oui, mais celui-ci est en option et n'est pas intégré dans l'appareil.

Équipe Canon : Nous avons des demandes pour intégrer un module Wi-Fi, mais également une puce GPS, mais la connexion Ethernet est une demande plus importante.

Focus Numérique : Vous ne pouviez pas tout intégrer ?

Équipe Canon : Nous avons du faire un choix, car nous n'avions pas la place pour installer toutes les technologies dans le boîtier. Il n'y a vraiment plus de place et c'est pour cela que nous proposons des solutions externes. Nous avions de priorités comme le nouveau système autofocus ou la cadence rafale à 12 i/s. En outre, il suffit de relier l'EOS-1D X à un routeur Wi-Fi pour transférer ses images vers un réseau sans fil.

Focus Numérique
: Bien sûr, mais ce n'est pas aussi pratique. Terminons cette entrevue avec une question sur les compacts à objectifs interchangeables. Avez-vous des projets dans ce sens ?

Équipe Canon : Aucun commentaire ! (rires). Bien sûr nous regardons l'évolution du marché et nous étudions la concurrence, mais pour l'instant, nous ne pouvons rien vous dire.

PARTAGER
canon-1d-x-interviews-120px.jpg
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation