Le flou de filé est une technique qui peut paraître de prime abord assez complexe, mais qui requiert surtout de la pratique. Il est très utile pour ajouter du mouvement à vos images, et comme le disent les Anglo-saxons « motion creates emotion » (le mouvement crée de l'émotion).

Cette technique est souvent utilisée pour des sujets rapides, notamment en photo de sport : cyclisme, sports mécaniques, etc. Voyons donc comment reproduire la même chose chez vous, avec le petit dernier qui fait de la luge ou le chien qui se met à courir après un canard ;)

Apprendre à créer un flou de filé illustration
Licence Creative Commons BY-NC-ND Julian Knutzen

Tout d'abord, revenons rapidement sur les différents types de flous qui existent en photographie :

• Le flou de profondeur de champ, ou bokeh, provoqué par une faible profondeur de champ. En général, il est voulu et sert à isoler le sujet de son environnement (arrière-plan voire avant-plan).
• Le flou de bougé : il est provoqué par un manque de stabilité du photographe, lié à une vitesse d'obturation trop faible. En général il n'est pas voulu, et pas esthétique.
• Le flou de mouvement du sujet : votre appareil est bien stable, mais le sujet bouge rapidement par rapport à la vitesse d'obturation. Sur l'image, le sujet apparaît donc flou, et son environnement net. Il est également voulu et peut servir à donner une impression de mouvement et de dynamisme à l'image, et d'une manière générale met en valeur les parties en mouvement (je pense aux bras du batteur).

Apprendre à créer un flou de filé illustration
Licence Creative Commons BY-SA Laurent Breillat

Le principe

Le flou de filé est également lié à la vitesse d'obturation, et se trouve être en quelque sorte l'inverse du flou de mouvement du sujet. Je m'explique.

En effet, l'idée est d'opter pour une vitesse d'obturation relativement faible (on y revient plus bas), mais non pas en maintenant l'appareil stable afin que le sujet paraisse en mouvement et l'environnement net. L'idée est de suivre le mouvement du sujet, afin qu'il paraisse net, et son environnement flou.

Mais comme on va travailler à faible vitesse d'obturation, tout le défi est de ne pas avoir un flou de bougé au lieu d'un flou de filé. Voyons donc tout d'abord les réglages.

Les réglages

Choisissez le mode priorité à la vitesse : c'est ce qui nous intéresse le plus, et l'appareil adaptera l'ouverture selon la luminosité. Vous pouvez en général laisser les ISO à 100, mais n'hésitez pas à les monter à 200 si l'appareil a tendance à trop fermer le diaphragme (genre à f/32), ce qui provoque en règle générale une perte de qualité de l'image par diffraction.

Il n'y a pas de règle universelle pour la vitesse d'obturation à choisir. Oui, je sais, vous auriez bien aimé une recette qui marche à tous les coups, mais ça dépend de la vitesse de votre sujet, et de votre propre stabilité. En général, vous pouvez tabler sur une vitesse comprise entre 1/60 s et 1/8 s. Il semblerait que 1/30 s ou 1/20 s fonctionnent globalement bien pour commencer, mais n'hésitez pas à tester ce qui marche le mieux pour vous (sans oublier qu'à 1/8 s, vous avez de grandes chances d'avoir du flou de bougé quand même).

Deux autres réglages à faire :
• Placez votre appareil en mode d'autofocus continu (AI Servo chez Canon, AF-C chez Nikon). Ce mode est adapté aux sujets en mouvement : ainsi, vous aurez les meilleures chances d'avoir un sujet bien net.
• Choisissez le mode rafale, vous aurez plus de chance de réussir votre cliché.

La technique de prise de vue

Et oui, pour le filé il va falloir « travailler » un peu, puisqu'il ne va pas suffire d'appuyer sur le bouton. Accrochez-vous, ce n'est pas forcément très facile à expliquer par écrit, mais mettez-vous dans ma peau ;) Admettons que votre sujet soit une moto qui vienne de la gauche à un carrefour.

• Vous vous plantez fermement sur vos 2 pieds face au carrefour.
• Ensuite, vous tournez le haut de votre corps vers la gauche. C'est-à-dire que vos jambes ne doivent pas bouger. Vous pivotez sur votre taille en fait.
• L'idée est de suivre le sujet en bougeant tout le haut de votre corps de manière continue (à vitesse constante), stable verticalement, et douce. Un peu comme on pivoterait la tête d'un trépied si vous préférez. (Oui, je suis en train de vous comparer à une tête de trépied, toutes mes excuses...).
D'ailleurs, en particulier avec un téléobjectif, vous pouvez utiliser un monopied (voire un trépied, mais c'est moins pratique).
• Vous commencez donc la rafale en étant tourné à gauche, et vous la continuez en suivant votre sujet, jusqu'à tant qu'il soit tout à droite, et même un peu après. N'hésitez pas à prendre 1 ou 2 clichés supplémentaires une fois que le sujet n'est plus dans le cadre, ça vous aidera à ne pas vous arrêter brutalement, ce qui pourrait gâcher la dernière image de la rafale.

Le corollaire de cette technique, c'est qu'il vous faut choisir un sujet qui a un mouvement d'une vitesse à peu près constante, et dans une trajectoire à peu près droite. D'où l'intérêt de vous entraîner sur les véhicules de votre ville : ce sont des sujets idéaux, et il y en a à foison !

Apprendre à créer un flou de filé illustration
Licence Creative Commons BY-NC-SA Ahmad-Dhanie

Vous n'allez pas être à l'aise avec le mouvement au début, et vous allez probablement rater une pelletée de clichés avant de réussir, je ne vous mens pas. Pour éviter d'être rapidement frustré, je vous conseille vraiment de prendre ça comme une expérience amusante. Prenez ça comme un jeu, vous n'en serez que plus contents quand vous aurez gagné ;)

Il ne reste donc plus qu'à vous entraîner encore et encore pour maîtriser le mouvement. Oui, les gens vont peut-être vous regarder bizarre au carrefour, mais il faut bien ça pour maîtriser cette technique particulière ! ;)


PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation