Nikon 1 V1 test review avis conclusion

Techniquement, le Nikon 1 V1 est une belle réussite. Le capteur de 10 Mpx délivre de belles images avec une belle maîtrise de la gestion du bruit électronique si l'on prend en compte la taille du capteur. Le V1 n'a pas à rougir face à la plupart des compacts Micro 4/3, même s'il reste un ton en dessous. Face à un capteur de taille APS-C, le V1 perd "naturellement" du terrain et dans le domaine des hautes sensibilités, le Sony NEX-5N reste intouchable. Le mode vidéo est également à l'honneur sur le V1 avec un mode HDTV 1080 i et p de très bonne qualité et la présence d'une prise micro stéréo. 

Le module autofocus (par corrélation de phase et par détection de contraste) fonctionne vraiment bien. En pleine lumière, la mise au point est très rapide et le suivi d'un sujet plutôt efficace. En basse lumière (le système passe alors sur une détection de contraste), la mise au point est plus laborieuse tout en restant honnête. Globalement, le V1 est très agréable à utiliser et réactif, même si le temps d'enregistrement entre deux images est trop lent. Le mode rafale à 60 i/s (sur 30 images) peut s'avérer également intéressant.

Côté visée, le V1 propose un écran, malheureusement non orientable, confortable et fluide. En outre, vous disposez d'un viseur électronique de bonne qualité et toujours pratique pour cadrer dans des conditions difficiles.

D'un point de vue technique, gamme Nikon 1 est donc réussi, c'est au niveau de la réalisation et de l'ergonomie que le V1 déçoit. Il est simplement trop gros et trop lourd. Face à la concurrence qui dispose de capteurs plus grands, le V1 est aussi imposant. Équipé de la batterie qui équipe le D7000, le boîtier est large et l'ensemble fait plus de 480 g (avec le 10-30 mm). L'optique n'est également pas un modèle de compacité et si la position voyage permet de réduire l'encombrement en mode photo, le V1 est aussi volumineux qu'un Olympus E-P3 (qui certes ne dispose pas de viseur intégré). Nous sommes assez loin du petit compact que nous étions en mesure d'attendre avec un capteur de 13,2 x 8,8 mm. De ce point de vue, le Nikon 1 J1 est beaucoup plus réussi avec un corps moins épais et 100 g de moins sur la balance.

L'ergonomie est également sujet à controverse. Positionné à plus de 800 euros, le V1 s'adresse avant tout aux personnes désireuses de s'investir dans la photographie. Pourtant l'interface est clairement orientée très grand public, le V1 ne disposant d'aucune touche personnalisable ou d'un accès direct aux modes P,S,A ou M. Pour passer en mode priorité vitesse ou modifier la sensibilité ISO, un passage par les menus est obligatoire. Vous pourrez par contre facilement passer du mode photo au mode Instant animé (vidéo ralentie + photo) ou au mode sélecteur de photo optimisé. D'un autre côté, Nikon fait totalement l'impasse sur les modes très à la mode actuellement comme le panorama à main levé par balayage ou les filtres créatifs (sténopé, miniature, pop-art...). 

Points forts

Points faibles

Qualité de fabrication et belle finition

Boîtier assez lourd et volumineux

Ecran LCD agréable à utiliser : bonne fluidité et rendu des couleurs fidèle

Autofocus parfois trop hésitant en basse lumière

Autofocus très vif en pleine lumière

Pas de touche personnalisable

Possibilité de fonctionnement totalement silencieux (obturateur électronique)

Pas de flash intégré

Viseur électronique intégré précis

Griffe flash incompatible avec les flashes de reportage des reflex. Flash optionel non compatible avec le système créatif Nikon

Enregistrement vidéo de qualité et possibilité de brancher un micro stéréo

Pas de poignée pour une bonne préhension de l'appareil

Mode rafale jsuqu'à 10 vps avec autofocus impressionnant

Optique 10-30 mm sensible au flare

Mode sélecteur de photo optimisé parfois intérressant

Parc d'optiques balbutiant (pas d'objectif macro...)

Bonne gestion du bruit électronique (1600 ISO) compte tenu de la petite taille du capteur

Pas de filtres créatifs (sténopé, miniature, vignetage...)

Possibilité de faire évoluer son appareil avec la griffe porte accessoire (peu d'accessoires sont actuellement disponibles)

Difficile de jouer avec la profondeur de champ avec un capteur aussi petit

Bague d'adaptation vers la monture F disponible (intéressant uniquement pour les téléobjectifs car coefficient x2,7...)

Pas de stabilisation mécanique intégrée au boîtier (la stabilisation est déportée dans certaines optiques)


Face à la concurrence

Sony NEX-5N test review
Sony NEX-5N
. Compact grand public, le NEX-5N est le concurrent direct du V1. Il dispose d'un capteur nettement plus grand (23,7x15,7 mm contre 13,2x8,8 mm du côté de Nikon) qui permet au compact d'accéder à une qualité d'image dans les hautes sensibilités nettement supérieure. Le capteur APS-C du Sony donne accès à une meilleure gestion de la profondeur de champ (flou arrière pour détacher un sujet). En outre, le capteur propose une définition de 16 Mpx contre 10 sur le V1. Un surplus de pixels qui permet de recadrer plus facilement dans les clichés. Côté vidéo, le Sony prend également l'avantage avec un mode HDTV 1080p à 50 vps contre seulement 30 vps sur le Nikon. D'un autre côté, le V1 est le seul à proposer des modes pour créer des ralentis. Le petit compact de Sony dispose d'un bel écran inclinable horizontalement et de divers filtres créatifs réussis. Vous apprécierez également le mode panorama par balayage plutôt efficace. Le Nikon V1 a pour lui un autofocus un peu plus réactif et un vrai viseur électronique intégré. La gamme optique, certes naissante, est de meilleure qualité (le 18-55 mm et le 16 mm de Sony sont vraiment médiocres) avec notamment un 10-30 mm tout à fait convenable. Pour la rafale, le Nikon V1 est mieux armé avec une cadence de 10 vps avec autofocus, le NEX-5N également cette rafale sans suivi AF. Enfin, le V1 peut photographier en toute discrétion avec son obturation électronique totalement silencieuse.

Olympus E-P3 test review
Olympus E-P3
. Olympus est un des premiers fabricants avec Panasonic à avoir proposé un compact à objectifs interchangeables. Le E-P3 est le troisième rejeton de la lignée. Celui arrive avec un capteur de 12 Mpx plus large et stabilisé (la stabilisation fonctionne avec toutes les optiques, même anciennes). Le parc d'optiques Micro 4/3 est par ailleurs le plus important et le plus intéressant dans la catégorie COI. Le Pen E-P3 dispose d'un flash intégré capable de piloter des flashes distants sans fil et d'un écran Oled confortable et tactile. De son côté, le Nikon V1 propose un écran LCD plus précis (920 000 points contre 640 000 sur le compact d'Olympus) ainsi qu'un viseur électronique intégré et de qualité. Sur le E-P3 l'option vous coutera un peu moins de 200 euros supplémentaires. Le mode vidéo est en faveur du V1, les deux proposant l'enregistrement en HDTV 1080 60i, mais le V1 étant le seul à proposer un mode progressif à 30 vps. Les autofocus sont similaires, les deux appareils réalisant le point rapidement en pleine lumière. Dans la pénombre, les deux systèmes AF sont pénalisés. Côté rafale, le Nikon V1 prend clairement l'avantage sur son concurrent qui peine à dépasser les 3 vps, alors que le V1 dispose de modes à 5, 10 voire 60 vps. L'encombrement est pratiquement identique entre les deux boîtiers équipés d'un zoom transstandard. Le V1 propose en outre une obturation électronique totalement silencieuse.

Panasonic G3 test review
Panasonic G3
. Ce modèle est une bonne synthèse du savoir-faire de la marque sur le segment des COI. Le G3 embarque un capteur de 16 Mpx nouvelle génération assez performant au niveau du traitement du bruit électronique. L'écran LCD n'affiche que 460 000 points, mais est tactile et orientable (monté sur rotule). Le viseur électronique intégré est de qualité ( équivalent 1 440 000 points), mais certains peuvent être gênés par l'effet arc-en-ciel de l'affichage séquentiel. Le G3 dispose d'un parc d'optiques riche et complet (macro, télézoom, fish-eye...). Le système autofocus est sans doute le plus performant avec une excellente réactivité en pleine lumière et dans la pénombre. En outre, le G3 dispose d'un flash intégré idéal pour déboucher un contrejour. Le Nikon V1 dispose quant à lui d'un mode rafale exceptionnel (jusqu'à 10 vps avec autofocus et 60 vps sans mesure). Le mode vidéo est à l'avantage du Nikon qui propose un mode HDTV 1080p à 30 vps et des modes pour des ralentis, le G3 en proposant qu'un mode entrelacé à 60 vps. Le V1 est également plus discret avec un déclenchement inaudible.



PARTAGER
NOS FORMATIONS

FOCUS NUMERIQUE & RDV Photo vous proposent toute l'année des formations photos.

Contact LES RDV PHOTOS Charte de la vie privée